Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

'Raoul Thibault de Déols meurt lors de la Première croisade.

Raoul Thibault de Déols (ca 1040 – 1059 - 1097), quatrième du nom, est né vers 1040, au Château Raoul, et décède en 1099 au siège d’Antioche[1].


Raoul Thibault est le fils cadet de Raoul le Prudent de Déols, (ca 1005 – 1044 - 1052). Son frère aîné, Raoul IV l’Enfant (ca 1038 – 1052 - 1058) succède à leur père en 1052, mais il décède en 1058, d’où son surnom. Il meurt sans enfant, donc son frère cadet Raoul IV Thibault devient le nouveau Prince de Déols, en 1059[2].

Il a un frère, Eudes Ier seigneur d'Issoudun (ca 1040 - 1085) (voir chapitre VII BRANCHE D’ISSOUDUN)[3] et un autre frère, Eudes de Déols, abbé de Saint-Sulpice de Bourges.

BIOGRAPHIE[]

,

En 1072, Raoul Thibaud, abandonnent au chapitre de Levroux des hommes et des femmes qui, atteints du mal de Saint-Sylvain, viennent coucher sous le porche de l'église collégiale.

Expansion territoriale (milieu du XIe siècle)[]

.

Le château de Hérisson.

Raoul Thibault est attesté pour la première fois en 1059, comme baron de Déols.

Les seigneurs laïcs de Déols entament une expansion territoriale. Ils prennent Issoudun, La Châtre, Châteaumeillant et vassalisent des seigneurs de la Marche : les Brosse. La liste de leurs possessions, dès le début du XIe siècle, est grande. Selon Mémoires de la Société des antiquaires du Centre : Raoul l'Enfant laisse sa seigneurie de Boussac, à sa mort, en 1052, à Raoul Thibaut. Il s'agit là, bien entendu, du château primitif.

Raoul Thibaud s'empare temporairement du château d'Hérisson qui dépend des Bourbon, selon le cartulaire de l’abbaye Saint-Sulpice de Bourges. A cette époque, le castrum ce n'est qu'un donjon qui domine la vallée de l'Aumance. Dans ce Berry féodal dont une grande partie de l’histoire nous échappe, la prise du château d’Hérisson dut avoir un retentissement considérable[4].

Vers 1070, un nouveau viguier est en place à Hérisson, preuve que Bourbon est rentré en possession de son bien par rachat, négociation ou reconquête[5]. Durant ce siècle, les Princes de Déols affrontent et remportent deux victoires sur les Bourbon[6].

Du castrum primitif d’Hérisson, il ne reste aucun vestige, la fortification de terre et de bois ayant été remplacée aux siècles suivants par une belle forteresse[7].

Raoul Thibaud et l'abbaye de Déols[]

.

Raoul Thibaud veut conserver son contrôle sur l'abbaye de Déols.

Le roi des Romains Henri IV agenouillé devant Mathilde de Toscane en présence du Pape Grégoire VII qui l'a excommunié, miniature d'Hugues de Semur.

Le 20 mars 1079, nous avons des lettres de Grégoire VII à Raoul de Déols, à Eudes d'Issoudun, à Ebbes de La Châtre, à Humbaud de Vierzon, à Evrard d'Argenton, à Boson de Cluis, à Girard de Linières, à Adalard de Châteaumeillan princes du Berry, par lesquelles il les invite à déserter la cause de l'intrus Gautier, et à reconnaître, comme abbé de Déols, Wormond, archevêque de Vienne. En effet, à la fin du XIe siècle, des liaisons entre le seigneur de Déols et le sire d’Huriel sont décelables. Lors de la fondation du prieuré d’Orsan, sont réunis dans l’église de Déols, dédiée à Notre-Dame, un grand nombre de seigneurs du Bas-Berry, dont Raoul de Déols, Geoffroy d’Issoudun, Jean de Lignières, Hélie d’Huriel et Humbaud de Sainte-Sévère. Ce sont tous des seigneurs qui se connaissent, se côtoient et représentent la partie ouest du Cher, terres que les Déols veulent contrôler. Il existe donc des relations entre le sire d’Huriel et le prince de Déols dès la fin du XIe et début XIIe siècle[8].

Raoul Thibaud veut conserver son contrôle sur l'abbaye de Déols. Ce personnage n'hésite pas à se dresser contre l'autorité pontificale[9]. Dès le XIe siècle, l'abbé de Déols est ordonné et consacré par le pape. En 1079, les moines de Déols veulent remplacer leur abbé Warmond qui vient d'être nommé archevêque de Vienne et procèdent à l'élection d'un autre, Gauthier. Mais le pape proteste

Gauthier est un intrus, les moines de Déols n'ont d'autre abbé canonique que celui qui a été consacré par le pape lui-même[10].

Et lorsque Grégoire VII, en 1081, accorde à Warmond une bulle de confirmation des possessions de l'abbaye, il donne des instructions précises pour les élections d'abbés qui seront faites à l'avenir : il n'y aura d'autre abbé que celui que les moines auront élu d'un commun consentement et qu'ils auront fait sacrer et ordonner par le pape. Grégoire VII adressant en 1081 une bulle à Warmond lui dit les conditions dans lesquelles devront avoir lieu les consécrations d'églises[11].

Raoul Thibaud et Château Raoul[]

.

En 1088, le Château Raoul n’est qu’une simple motte castrale, entourée de quelques huttes.

Le château Raoul du temps de Raoul Thibault de Déols n'a pas encore cet aspect.

Raoul Thibaut est seigneur de Déols et de Châteauroux en 1088. Nous lisons dans une chronique que Châteauroux est la proie des flammes, en 1088. Mais ce document n'explique pas si c'est un accident ou une vengeance contre un vainqueur impitoyable[12].

Selon L’histoire de Châteauroux et de Déols, de Gérard Coulon, Jean-Michel Delétang, Michel Garraut, René Pècherat et Jacques Tournaire, en 1088, le château n’est qu’une simple motte castrale, entourée de quelques huttes[13].

Après l’incendie le château en bois est certainement reconstruit en pierre et défendu par des fortifications, selon ces historiens et Guy Devailly[14].

Le donjon de Châteauroux est construit entre 1088 et 1112 par Raoul IV dit Thibault, et Raoul le Vieil de Déols, son fils. Il semble surveiller le passage de l'Indre, plutôt que servir de verrou au Château Raoul[15].

L’habitat s’agglutine alors au pied de la forteresse et forme un vrai village. Mais la chronique des moines de l’abbaye  de Déols montre que c'est le raid militaire du roi de France, en 1152, qui a un effet dynamisant sur les équipements militaires de la principauté déoloise. Car, sitôt éteints les brasiers ayant consumé ses anciennes tours de bois, Ebbes II de Déols fait élever, en bordure de plateau, près de l'ancienne motte castrale, une nouvelle forteresse incomparablement plus solide que l’ancien fortin de bois. Et tous ses vassaux reconstruisent en dur, non inflammable, après 1152.

Raoul Thibaud et la Croisade (1096 - 1099)[]

.

Raoul Thibaud est tué lors du siège d'Antioche, en 1099.

Raoul Thibaud est menacé d'excommunication par le Pape Grégoire VII, car il défend les moines de l'abbaye de Déols et leur abbé Gautier. Pourtant Raoul Thibaud est très croyant et généreux avec l'Eglise. Il ne peut pas s'opposer à la réforme grégorienne propagée par l'abbé de Déols, Warmond et l'archevêque de Bourges, Richard[16]

Jusqu’alors très généreuse avec les fondations religieuses, la pieuse famille de Déols va voir Raoul Thibaut d'abord revêtir l'habit de pèlerin et visite Jérusalem, avant la Première croisade (1096)[17].

Puis, Raoul Thibaut repart en 1096 vers la Terre Sainte et participe à la Première Croisade[18]. Avant de partir de désigne son fils comme son unique héritier et Prince de Déols

Ce personnage, prend donc part à la première croisade et meurt au siège d'Antioche[19], en 1099, juste avant la prise de Jérusalem.


MARIAGE ET DESCENDANCE[]

,


Son mariage (1060)[]

.

Raoul Thibault de Déols (ca 1040 – 1059 - 1097) se marie vers 1060 avec Adda (ca 1045 - 1072), dont on ne connaît pas la famille.

Leurs enfants[]

.

Cérémonie d'hommage du temps de Raoul le Vieil de Déols.

Raoul Thibaut et son épouse, Adda (ca 1045 - 1072), sont les parents de :

Raoul le Vieil de Déols (ca 1060 – 1096 - 1141), qui suit, est Prince de Déols en 1096, baron de Châteauroux, prince du Bas-Berri, seigneur de La Châtre, Saint-Chartier, Cluis, Argenton, Aigurande, Le Châtelet.... En 1138 celui-ci change le nom de sa seigneurie, il se qualifie de seigneur de Châteauroux. Il établit son fils puîné Geoffroy comme seigneur de Boussac pour protéger le flanc Sud de son territoire. Raoul annexe les seigneuries de Châteaumeillant, La Roche, Saint-Chartier et Cluis-Dessous.

Reconstitution 3D de l'abbaye Notre Dame (société AB Prod) consultable sur borne au Point Info Tourisme de Déols[20].

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Le Berry: du Xe siècle au milieu du XIIIe, Volume 19 de (Civilisations et sociétés), Guy Devailly, Mouton, 1973, p. 373.
  2. Histoire de Berry contenant tout ce qui regarde cette province et le diocèse de Bourges, la vie et les éloges des hommes illustres, et les généalogies des maisons nobles tant de celles qui sont éteintes que de celles qui subsistent à présent, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Billaine, Jacques Morel, 1689, p.506.
  3. Compte rendu des travaux de la Société du Berry à Paris, 1863, p.173.
  4. La prise du château d’Hérisson par Raoul de Déols (milieu XIe)Olivier Trotignon, médiéviste
  5. La prise du château d’Hérisson par Raoul de Déols (milieu XIe)Olivier Trotignon, médiéviste
  6. Compte rendu des travaux de la Société du Berry à Paris, 1863, p.173.
  7. La prise du château d’Hérisson par Raoul de Déols (milieu XIe)Olivier Trotignon, médiéviste
  8. Compte rendu des travaux de la Société du Berry à Paris, 1863, p.173.
  9. Le Berry: du Xe siècle au milieu du XIIIe, Volume 19 de (Civilisations et sociétés), Guy Devailly, Mouton, 1973, p. 373.
  10. Hubert Jean. L'abbaye exempte de Déols et la Papauté (Xe-XIIe siècles). In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1987, tome 145, livraison 1. pp. 5-44.
  11. Hubert Jean. L'abbaye exempte de Déols et la Papauté (Xe-XIIe siècles). In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1987, tome 145, livraison 1. pp. 5-44.
  12. Le Berry: du Xe siècle au milieu du XIIIe, Volume 19 de (Civilisations et sociétés), Guy Devailly, Mouton, 1973, p.123.
  13. L’histoire de Châteauroux et de Déols, de Gérard Coulon, Jean-Michel Delétang, Michel Garraut, René Pècherat et Jacques Tournaire, Éditions Horvath – Roanne 1981.
  14. Le Berry: du Xe siècle au milieu du XIIIe, Volume 19 de (Civilisations et sociétés), Guy Devailly, Mouton, 1973, p.123.
  15. Château Gaillard: études de castellologie européenne, Colloque des Andelys, 30 mai-4 juin 1962, Volume 1 de Château Gaillard, Université de Caen. Centre de recherches archéologiques médiévales, Université de Caen, 1964.
  16. Le Berry: du Xe siècle au milieu du XIIIe, Volume 19 de (Civilisations et sociétés), Guy Devailly, Mouton, 1973, p. 373.
  17. Histoire de Berry contenant tout ce qui regarde cette province et le diocèse de Bourges, la vie et les éloges des hommes illustres, et les généalogies des maisons nobles tant de celles qui sont éteintes que de celles qui subsistent à présent, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Billaine, Jacques Morel, 1689.
  18. Histoire de Berry contenant tout ce qui regarde cette province et le diocèse de Bourges, la vie et les éloges des hommes illustres, et les généalogies des maisons nobles tant de celles qui sont éteintes que de celles qui subsistent à présent, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Billaine, Jacques Morel, 1689.
  19. Le Berry: du Xe siècle au milieu du XIIIe, Volume 19 de (Civilisations et sociétés), Guy Devailly, Mouton, 1973, p. 373.
  20. A la découverte de la ville
Advertisement