Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

brouillon



Statue de Musa ibn Musa à Tudela.

A l'apogée de Musa ibn Musa.

Statue de Musa ibn Musaest souvent confondu avec l'émir Marsile.

Musa ibn Musa, ou Musa ibn Musa ibn Fortun, appelé al Qasaw (le Grand) est né à Arnedo en 788 et mort au combat à Tudela, le 26 septembre 862[1].


Musa ibn Musa est gouverneur de al-Tagr al-Ala, correspondant à Tudela, Huesca , Saragosse et Lérida ( Marque supérieure). ) d' al-Ándalus . Il était l'un des personnages les plus en vue de la famille Banu Qasi. Il était le fils de Musa ibn Fortún et d' Oneca , veuve d'Íñigo Jiménez, père du futur roi Íñigo Arista de Pampelune .demi-frère de Musa ibn Musa, arrière-petit-fils du comte Casio , converti à l' islam après la conquête musulmane de la péninsule ibérique.

Il resta en général fidèle à Cordoue, siège du pouvoir central, même s'il tourna souvent le dos au gouverneur de Saragosse et à l'émir de Cordoue. En 840, il habita au château d' Arnedo . Cette année-là se positionne contre l'émir de Cordoue pour la nomination d'Al Kulaby au poste de gouverneur de Tudela.

Allié à son demi-frère de sa mère, le roi de Navarre, Iñigo Arista, et également au comte chrétien de Sobrarbe, le Vilayato de Huesca était également sur le point d'être annexé en 840, ce qui lui aurait donné pratiquement la vallée moyenne. Ebro .

Après avoir subi Abderramán II , qu'il a reconnu wali de Arnedo en 843. L'année suivante , il a augmenté jusqu'à nouveau, mais a obtenu le pardon.

Selon Ibn al-Qutiyya dans Ta'rīj iftitāh al-Andalus (Histoire de la conquête d' Al-Andalus ), entre 844 et 845, les Normands attaquèrent la péninsule près de Séville et semèrent la panique parmi la population qui cherchait refuge dans la ville voisine de Carmona . Abd-al Rahman a mobilisé les troupes pour faire face à l'ennemi et "parmi les habitants de la frontière est venu Musa ibn Qasi (sic)" après que l'émir lui ait rappelé les liens et la conversion de son ancêtre, le comte Casio . Ibn Hayyan , un autre chroniqueur arabe, raconte les mêmes événements et s’appuie sur les travaux d’Ibn al Quitiyya. 1

En 852, Abderramán II le nomma digne de Tudela et, plus tard, le nouvel émir Mohamed Ier le nomma digne de Saragosse . Ainsi, il contrôlait une grande partie de la marque supérieure, raison pour laquelle il s'appelait lui-même " tertius regem d'Isbaniya " ( troisième roi d'Espagne ).

Le pouvoir central de Cordoue a dû utiliser la dynastie des Tuyibis pour s'opposer à Musa ibn Musa, jusqu'à ce qu'ils parviennent à le réduire.

Il a fondé une ville qu'il a appelée Qal'at Musa (قلعة موسى), qui signifie Forteresse de Musa (l'actuelle Calamocha ).

Avait un combat avec son fils Azraq ibn Mantīl , marié avec une fille dont le nom est mentionné par des sources, 2 à Guadalajara , est mort à l' arrivée à 26 Février Tudela 862.


Article détaillé : Banu Qasi


SA JEUNESSE (799 - 839)[]

.

Banu Qasi est désormais aussi une marque.

Banu Qasi (816 - 851).

En 799 des Vascons pro-carolingiens assassinent son demi-frère aîné, le gouverneur de Pampelune, Mutarrif ibn Musa (770 - 799). Les Cordouans envoient, en 802, le général Amrus ibn Yusuf fait la guerre à sa famille et à tous les insoumis de la Marche supérieure d’al-Andalus. Il prend Saragosse, et Huesca, et expulse Bahlul Ibn Marzouq. Il fortifie Tudela et y installe son fils, Yusuf ibn Amrus.

Saragosse se rebelle à nouveau en décembre 802. Amrus ibn Yusuf est capturé en 803 par une coalition de Basques et troupes des Banu Qasi. Amrus est néanmoins, en 804, nommé gouverneur de Saragosse.

En 806, les Navarrais se mettent sous la protection des Carolingiens afin d'échapper aux armées de l'émirat de Cordoue venues réduire les Banu Qasi et leurs alliés vascons. Il se crée ainsi, pour un temps, une marche franque en Espagne.

En 807, Amrus ibn Yusuf étouffe une rébellion à Tudela. Les faits et gestes des premières années de la vie de Musa ibn Musa ne nous sont pas connus. Il est souvent confondu avec l'émir Marsile, qui est cité dans La Chanson de Roland.

Le fait le plus remarquable de cette période est la deuxième bataille de Roncesvalles en 824, au cours de laquelle les Banu Qasi - déjà dirigés par Musa ibn Musa, "le Moor Muza", aident Íñigo Arista à supprimer définitivement le joug des Carolíngiens. A partir de cette date naît véritablement la monarchie navarraise, un royaume indépendant de Cordoue et des Carolingiens[2]. Les comtes Francs chrétiens sont à nouveau battus. Ebles est envoyé comme cadeau à l’émir Abd ar-Rahman II (822 - 852). Le rôle de Musa ibn Musa dans cet affrontement et la création de ce royaume chrétien est décisif.

En 839, son fils Fortun ibn Musa, bien qu’encore très jeune, va défendre Medinaceli contre le Roi Alphonse[3]. Il mène une campagne qui a comme conséquence une déroute du roi des Galiciens Loderik. Il rase les défenses d'Alava.

LE TEMPS DES REBELLIONS (839 - )[]

.

Rébellion de Musa ibn Musa (841)[]

.

Le château comtal de Musa ibn Musa à Arnedo, en 1898.

Eneko Arista est le demi-frère de Musa ibn Musa.

En 840, Musa ibn Musa vit dans son château d'Arnedo, dans La Rioja.

En réponse aux attaques du royaume de son demi-frère, Íñigo Arista, et à l'expulsion de son parent Abd al-Yabbar ibn Qasi par les gouverneurs cordouans de Zaragoza et Tudela, Al-Udri note que Musa ibn Musa se rebelle contre Abd ar-Rahman II (822 - 852). Car ce dernier nomme les frères Abd Allah ibn Kulayb wali de Saragosse et Amir ibn Kulayb wali de Tudela en 840/841[4].

Ils ne reconnaissent pas l'autorité de Musa ibn Musa[5]. Le wali de Tudela détruit et pille les biens des Banu Qasi. Les deux frères attaquent et pillent les propriétés des Arista, parents des Banu Qasi.

De son impressionnant refuge d'Arnit (Arnedo), vrai bastion de la famille, cherche le soutien de son frère utérin, le roi Íñigo Aristo[6]. Musa ibn Musa refuse de continuer à dépendre de la souveraineté de l'émir. Mais il est dédommagé pour les dommages causés et l'émir le nomme gouverneur de Tudela[7].

Expéditions de Musa ibn Musa (841 - )[]

.

La Navarre et l'Aragon au IXe siècle.

Pourtant suite à des désaccords, Musa ibn Musa refuse en 841 de participer à l’expédition contre le royaume de Pampelune, dirigée par al-Mutarrif, fils de l'émir Abd ar-Rahman II (822 - 852). Il se repose de toutes ses guerres dans son château d'Arnedo, mais finalement envoie son fils Fortun ibn Musa (809 - 874) à la tête d'une unité de cavalerie. Al-Mutarrif, irrité, trouve le comportement de Musa déloyal et refuse cette aide.

Après une trêve de compromis, fin 841, l'émir envoie une expédition contre la Cerdagne et Narbonne. Il semble que Musa ibn Musa, gouverneur de Tudela, commande les troupes de l'avant-garde[8].

Mais suite à son désaccord avec les généraux de Cordoue, la rupture est définitive dès 842. Il faut dire que Musa ibn Musa fait prisonnier pendant neuf mois le nouveau gouverneur de la Marca Superior, Harit ibn Bazí, qui à son tour avait précédemment fait prisonnier son fils, Lubb ibn Musa (ca 820 - 875).

Face à cette situation de désobéissance ouverte et de conflit armé, les armées de Cordoue se mobilisent pour organiser des aceifas (expéditions de punition) - aceifas" - qui arrivaient avant la récolte des céréales, au moment de l'incinération des champs.


En avril ou mai de l'année 843, le propre Abderramán II met au front son armée pour punir le Banu Qasi et son frère le roi Íñigo Arista "un des princes politeístas de l'Espagne". Il était accompagné de ses deux fils, l'héritier Muhammad et Mutarrif. Les troupes musulmanes ont semé le chaos dans les villages et les récoltes et ont fait de nombreux prisonniers, même parmi les chrétiens de Pampelune, les armées des "infidèles" étant totalement défaites. Musa ibn Musa a libéré Harit ibn Bazí et son habileté diplomatique lui a permis d’obtenir le règne de sa forteresse Arnedo ( Arnit ) pas avant de remettre à son fils le " petit chien" Lope ( Lubb ibn Musa ) en otage

[9].


L'étroite amitié entre la famille Arista et le clan des Banu Qasi protège les premiers des attaques musulmanes, mais les soumet aux aléas de la politique de leurs alliés. Jusqu'en 841, les Banu Qasi ont de bonnes relations avec l'émir et Pampelune jouit de la paix, les expéditions musulmanes se dirigent vers l'Alaba. Mais lorsque deux nouveaux walis sont nommés à Saragosse et à Tudela, la situation change et les attaques se multiplient contre les possessions des Arista et des Banu Qasi[10].

En 842, la campagne contre les Navarrais terminée un général cordouan, Harit ibn Bazi, wali de Saragosse, attaque la principauté de Musa. Musa ibn Musa est battu à Borja et Tudela. A la fin de l'année néanmoins, avec son neveu, García Íñiguez de Pampelune, ils battent l’armée de l’émir. Le général ennemi est blessé et fait prisonnier lors de son passage de l'Èbre.

Ces circonstances provoquent la campagne d'Abd al Rahman II en mai 842, puis 843, contre Pampelune. Le roi de Navarre, Fortun Íñiguez[11], frère d'Iñigo Arista, demi-frère de Musa ibn Musa, est tué lors de cette bataille et Galindo Íñiguez de Navarre († 851), fils d'Iñigo Arista, blessé. Une partie de la population navarraise à proximité de Pampelune est emmenée en esclavage dans les pays musulmans[12].

Iñigo Arista doit payer 700 dinars annuels d'impôt et rendre les prisonniers. Mais la rupture du pacte par le camp Arista provoque l'année suivante une nouvelle campagne, à l'issue de laquelle les chrétiens sont vaincusi[13]. Musa ibn Musa et Íñigo peuvent s’échapper, mais des centaines de nobles du royaume de Pampelune sont tués. Peu de temps après Musa proclame l’indépendance de son royaume. Toutefois quand Muhammad Ier, fils de l'émir Abd ar-Rahman II (822 - 852), prend Tudela, il doit donner son fils Lubb ibn Musa et son neveu Galindo Íñiguez comme otages... et obéir. Selon le chroniqueur Ibn Hayyan, nombreuses furent les personnalités de Pampelune qui passent au camp de l'émir et demandent sa protection[14].

Les incursions vikings (844)[]

.

Attaque viking.

Les raids vikings à cette époque. Les Banu Qasi repoussent celui de 844 en Andalousie.

Le 20 Août de 844, l'arrivée des Vikings à Lisbonne battu sur les côtes asturiennes fait que Abd ar-Rahman II (822 - 852) demande l'aide de Musa ibn Musa. Les Normands remontent le Guadalquivir, saccage Séville. Musa ibn Musa va à Séville avec une nombreuse armée, mais craignant quelque trahison de la part des troupes de l'émir, il laisse une partie de ses troupes à Cordoba. De là, il décide de tendre une embuscade à l'ennemi près de Séville.

La victoire de la Qasi Banu est obtenue le 11 novembre par les troupes de l'émir dans Tablada. Les Normands fuient Séville et doivent échanger des captifs détenus, des vêtements et le fruit de leurs razzia fournitures, en échange de leur liberté. Ils quitté les côtes hispaniques.

Musa ibn Musa est couvert d'honneurs par l'émir et ses vizirs. Il est accueilli triomphalement dans ses anciennes possessions de la vallée de l'Èbre, qui lui sont restituées.

Cette soumission ne dure pas longtemps. L’émir Abd ar-Rahman II (822 - 852) est forcé de lancer des campagnes punitives contre Musa ibn Musa, en 847. Musa et Íñigo Arista sont encore alliés lors de ce soulèvement. Ils perdent la guerre et Musa doit donner comme otage un autre de ses fils, Ismail.

Musa ibn Musa attaque avec le prince Muhammad les terres du royaume de Pampelune. Puis l'armée musulmane fait des razzias dans le Leon, récemment repeuplé par le roi Ramiro Ier. Musa ibn Musa commande aussi les armées de l’émir qui ravagent la Septimanie en 850.

En juin-juillet 850, Musa ibn Musa, ayant rejeté de nouveau la suzeraineté de Cordoue, met à mal le territoire de Tudela et fait dévaster les environs de Tarazona et de Borja par ses propres troupes et les contingents fournis par ses alliés navarrais[15].

Musa ibn Musa, Wali de la Marca Superior (852)[]

.

Le roi Ordoño Ier d'Oviedo.

Musa est nommé Wali de Saragosse, le 14 octobre 852, par l'émir Muhammad Ier. Le château des moros à Saragosse.

En 851, les Francs envahissent le royaume de Pampelune. Ils sont repoussés par Musa ibn Musa et ses troupes, du fait de la première bataille de Albelda, à l'été 851. L'année islamique 237 (fin 851/début 852) joue un grand rôle dans la vie de Musa ibn Musa. Iñigo Arista qui est à la fois son demi-frère, son beau-père et son allié, meurt. Son émir, Abd ar-Rahman II (822-852) décède lui aussi. Al-Udri note que Muhammad Ier nomme Musa ibn Musa wali de Tudela, en 852, et, le 14 octobre 852, wali de Zaragoza, puis de la Marca Superior. 'année suivante, du fait de cette victoire à Albelda, les pouvoirs de Musa sur sa principauté et ses liens avec l'émirat sont plus clairement définis.

Dans la décennie qui suit, ses pouvoirs sont encore plus étendus. Il dirige les régions de Zaragoza, Tudela, Huesca. Il gouverne un immense taïfa (royaume vassal), s'étendant de Najera à Zaragoza et Calatayud. La taille de cette principauté est telle qu’elle est l’équivalent de l'émirat de Cordoue ou du royaume des Asturies, Musa est souvent désigné comme le troisième roi d'Espagne, tertium regem in Spania. Musa ibn Musa vit comme un souverain et échange des cadeaux avec Charles le Chauve (823 - 877) ou d’autres rois.

En 854, les mozarabes (chrétiens des régions musulmanes) de la région de Tolède, dirigés par Eugenio, contestent le gouverneur musulman et conquièrent la forteresse de Calatrava. Ils demandant son appui militaire à Ordoño Ier d'Oviedo, roi des Asturies et à García Íñiguez. Les chrétiens envoient le comte Gatón du Bierzo, qui met en échec les partisans de l’émir à Andújar en 853. Les troupes asturiennes sont en revanche battues lors de la bataille de Guadalacete, au sud-ouest de Tolède. Musa II combat aux côtés des troupes de l’émir de Cordoue.

Le Banu Qasi essaie ensuite de s’emparer de la totalité de la vallée de l'Èbre et de La Rioja. En 855, il attaque Alava et restaure les fortifications d'Albelda. À la vue de la menace que fait peser cette forteresse sur les territoires orientaux de son royaume, Ordoño Ier d'Oviedo lance une offensive contre Albelda. En 857, Ordoño Ier d'Oviedo doit repousser les troupes envoyées par le gouverneur de Tolède.

La fin de la vie de Musa ibn Musa[]

.

La bataille de Clavijo, par Martin Schongauer.

Izraq Ibn Muntil.

En 859, Musa ibn Musa permet à une armée viking de passer par ses terres pour attaquer Pampelune. Ils capturent son neveu, gendre et allié García Íñiguez de Pampelune. Les Vikings demandent une rançon de 80.000 dinars d'or. Après le paiement de cette très importante rançon le roi retourne à Pampelune. Bien entendu la vieille alliance entre les Vascons et les Banu Qasi est désormais rompue. García devient l’allié du royaume des Asturies et attaque les terres de Musa ibn Musa.

Ordoño Ier d'Oviedo s'avance avec une nombreuse armée sur Logroño et se prépare à assiéger Albelda. Musa II accourt à la tête d'une armée considérable pour délivrer la forteresse. Ordoño Ier d'Oviedo ne lève point le siège. Il divise son armée en une partie pour maintenir le blocus de la ville et une autre à la tête de laquelle il marche au-devant de Musa ibn Musa. Les troupes d'Ordoño Ier, bien qu'inférieures en nombre, emportent la victoire. Dix mille musulmans et une foule de chrétiens, entre autres Garcia, le gendre de Musa, restent sur le champ de bataille. Musa ibn Musa lui-même est grièvement blessé, et ne parvient à se sauver qu'avec l'aide d'un ami dans l'armée asturienne qui lui fournit une monture. Cette défaite des musulmans est connue chez les chrétiens sous le nom de bataille de Clavijo.

La victoire chrétienne d’Albelda provoque la fin de l'autonomie de Musa. Dès 860, l'émir retire à Musa II ses fonctions de wâli (gouverneur).

Muhammad Ier commande lui-même une armée qui occupe les terres de Musa et mène une campagne punitive qui dure plusieurs mois contre le royaume de Pampelune. L’émir capture le prince Fortun de Navarre, dit le moine, neveu de Musa. En 861, Muhammad Ier demande à Musa II de jouer un rôle mineur dans une campagne contre Barcelone.

L'année suivante, Musa ibn Musa essaie de récupérer un peu de sa puissance passée par une expédition militaire contre son gendre, le Berbère Izraq ibn Muntil, Wali de Guadalajara. Il attaque Guadalajara, mais y reçoit plusieurs blessures et ne peut plus monter à cheval. Musa ibn Musa se retire à Tudela, où il meurt le 26 septembre 862 de ses blessures.

La mort de Musa ibn Musa coïncide avec la lente disparition de la scène politique des membres de cette famille. Ils se retrouvent seigneurs d’une petite principauté coincée entre les puissances montantes du califat au sud et du royaume chrétien au nord. Les Banu Toujibi vont progressivement les remplacer.

Mariages et descendance de Musa ibn Musa[]

.

Le roi de Navarre, Iñigo Arista, demi-frère de Musa ibn Musa.

Le Moro Musa est un personnage célèbre de bandes dessinées des siècles passés.

Musa ibn Musa (Moïse fils de Moïse) se marie vers 812 avec sa nièce, Assona Íñiguez, fille de son demi-frère Iñigo Arista, futur roi de Pampelune et de son épouse Oneca, fille d'un seigneur de Pampelune. Le Codex de Roda cite Garsea Enneconis et Domna Assona... les enfants de Enneco cognomento Aresta, indiquant que Assona mariée à Domno Muza Qui tenuit Borza et Terrero[16]. Plus tard, devenu veuf il va prendre comme seconde épouse, sa cousine Maymona, fille de Zahir Ibn Fortun, qui est la mère de son fils Ismaïl[17]. Le Codice de Roda nous dit que Musa ibn Musa et Assona Íñiguez ont plusieurs enfants :


Lubb ibn Musa (ca 820 - 875), qui suit (VIe génération. article Banu Qasi).


Mutarrif ibn Musa, gouverneur de Huesca, qui meurt crucifié avec ses trois fils à Cordoue. Il prend Tudela en décembre 871, mais est capturé par l'émir Muhammad qui le fait exécuter à la prison de Al-Duwayra à Córdoba[18].


Fortun ibn Musa (809 - 874) (voir chapitre : DESCENDANTS DE FORTUN IBN MUSA de l'article Banu Qasi)


Oria bint Musa se marie à un prince basque García (- 859) et est mère d'un Aurea[19]. García est un fils de García Galíndez le Mauvais, comte d'Aragon, et Oria et lui ont pour fille Oria (Aurea) épouse de Fortún Garcés, troisième roi de Navarre[20]. Ibn Hazm cite Awriya comme la fille de Musa ibn Musa, et ajoute qu'elle se marie avec Garsiya rey de los Vascos et appelle son fils Musa ibn Garsiya[21]. Selon Settipani ils ont une fille mariée au roi des Navarrais Fortun Garci (838-906)[22].


Et une autre fille mariée avec le Berbère Izraq ibn Muntil.


A la fin de sa vie Musa ibn Musa se remarie avec l’une de ses cousines, Maymuna Zahir ibn Fortun ibn Fortun et ils ont un fils :

Ismail ibn Musa (8??-889), gouverneur de Zaragoza, prend Saragosse le 16 janvier 872. Al-Udri nous dit qu'il tue son beau-père, Abd Allah ibn Jalaf capturé deans sa villa, Barbastro. La Chronicon Albeldense parle de Zmael Iben Muiza qui défend Cæsaraugustam (Saragosse) contre l'attaque d'Almundar, fils de l'émir Mahomat Regis filius, en 882. est capturé, puis libéré et transféré au château de Valtierra. Al-Udri nous dit qu'Almundar après avoir récupéré Saragosse, Tudela y Valtierra envoie Ismail ibn Musa au château de Monzón, en 872, capture le gouverneur de cette ville, puis occupe la ville de Monzon, tandis que son frère Mutarrif s'empare de Huesca. La réaction de Cordoue, en 873, amène Khalaf, seigneur de Barbitaniya, à prendre Monzon et à livrer à l'émir Ismail. Ismail veut épouser la fille de Khalaf et à le tuer et à massacrer ses huit frères, nous dit le chroniqueur al-Udri. Ismail est emprisonné jusqu'à sa mort le 10 octobre 889 et il est enterré dans ce château de Monzon.

Notes et références[]

.

  1. La Noblesse du Midi carolingien, Volume 5 de Occasional publications of the Oxford Unit for prosopographical research. Prosopographica et genealogica, Christian Settipani, Occasional Publications UPR, 2004.
  2. Los Banu Qasi del Valle del Ebro
  3. Les Musulmans, le Pays Basque et la Navarre, Yvette Cardaillac-Hermosilla, p. 85-96
  4. Foundation for Medieval Genealogy
  5. Los Banu Qasi del Valle del Ebro
  6. Los Banu Qasi del Valle del Ebro
  7. IBN MUZA MUZA (788-862).
  8. Los Banu Qasi del Valle del Ebro
  9. Los Banu Qasi del Valle del Ebro
  10. Les Musulmans, le Pays Basque et la Navarre, Yvette Cardaillac-Hermosilla, p. 85-96
  11. If Not, Not: The Oathe of the Aragonese and the Legendary Laws of Sobrarbe, Volume 2043, Ralph E. Giesey, Princeton University Press, 2015, p.255.
  12. Lévi-Provençal, Évariste (1953). Du nouveau sur le royaume de Pampelune au IXe siècle. Bulletin Hispanique (Université de Bordeaux) 55 (1): 5-22.
  13. Les Musulmans, le Pays Basque et la Navarre, Yvette Cardaillac-Hermosilla, p. 85-96
  14. Les Musulmans, le Pays Basque et la Navarre, Yvette Cardaillac-Hermosilla, p. 85-96
  15. Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux et des Universités du Midi. 4e série. Bulletin hispanique, Volume 55, Université de Bordeaux III, Éditions Bière, 1953.
  16. Foundation for Medieval Genealogy
  17. IBN MUZA MUZA (788-862).
  18. Foundation for Medieval Genealogy
  19. Cañada Juste, Alberto, Los Banu Qasi (714-924), Príncipe de Viana, Any 41, Núm. 158-159, 1980.
  20. La Noblesse du Midi carolingien, Volume 5 de Occasional publications of the Oxford Unit for prosopographical research. Prosopographica et genealogica, Christian Settipani, Occasional Publications UPR, 2004.
  21. Foundation for Medieval Genealogy
  22. La Noblesse du Midi carolingien, Volume 5 de Occasional publications of the Oxford Unit for prosopographical research. Prosopographica et genealogica, Christian Settipani, Occasional Publications UPR, 2004.
Advertisement