.

.

.

.

.


                    Le Lynx ibérique (Lynx pardinus)


.

.

.

.

.

Fiche sur le lynx ibérique.

Le lynx comme le Loup ibérique est un animal très protégé au Portugal.

El Lince Ibérico (Lynx Pardinus).

Le lynx ibérique, ou Lynx pardelle, (Lynx pardinus), est une espèce de mammifère carnivore de la famille des félidés, du genre Lynx, endémique de la péninsule ibérique.


Sa situation taxonomique est l'objet d'une controverse. Certains auteurs considèrent qu'il s'agit d'une sous-espèce du lynx boréal, tandis que d'autres le considèrent comme une espèce totalement différente[1]. Contrairement au lynx eurasien, le Pardelle s'est développé phylogénétiquement dans le sud-ouest de l'Europe et est donc aujourd'hui classé comme une espèce distincte. Les deux espèces sont apparues ensemble en Europe centrale au Pléistocène et ont évolué en tant qu'espèces distinctes au Pléistocène supérieur. On pense que le lynx ibérique est un descendant du Lynx issiodorensis[2].

Le lynx ibérique, le Pardelle est un lynx très rare[3]. L'habitat des pardelles est la forêt de broussailles méditerranéenne. A son habitat particulier s'ajoute le fait qu'il chasse surtout des lapins sauvages (Oryctolagus cuniculus). Le nombre de ses proies du fait des maladies, plus précisément dans les années 1950 de la myxomatose, s'est effondré, et son habitat est de plus en plus fragmenté. Ce qui fait que le lynx ibérique est répertorié comme en danger sur la Liste rouge UICN[4].

Au début du XXIe siècle, le lynx ibérique était sur le point de disparaître, une centaine d'individus seulement ayant survécu dans deux sous-populations isolées en Andalousie. Depuis 2001, le gouvernement espagnol lance un programme d'élevage en captivité avant l'extinction, comme l'a essayé depuis 1999 le Portugal. Les mesures de conservation mises en œuvre depuis 2002 comprennent l'amélioration de l'habitat, le repeuplement en lapins, la translocation et la réintroduction des lynx ibériques.

En 2013, les spécialistes chargés de l'étude de la population de lynx ibérique (Lynx pardinus) estiment le nombre d’individus à l’état sauvage en Andalousie à 319 soit une hausse de 5,6 % par rapport à 2012. 169 lynx se trouvent dans la Sierra Morena dans les parcs naturels de Cardeña-Montoro (province de Cordoue) et d’Andújar (province de Jaén) et 85 dans la zone du parc national de Doñana (province de Huelva). Ce sont les deux noyaux principaux de distribution de l’espèce en Espagne et dans le monde. Ces données plus récentes confirment la tendance à la hausse de ces dernières années[5].

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

CARACTÉRISTIQUES[modifier | modifier le wikicode]

.

El Lince Ibérico (Lynx Pardinus).

Jeunes lynx.

Le lynx ibérique est un grand carnivore. Les pardelles sont très similaires au lynx eurasien. Ils ont un crâne rond ressemblant à un chat et une moustache de cinq à huit centimètres de longueur. Les pardelles ont la queue caractéristique du lynx. L'avantage que les lynx ont tiré du développement de cette queue courte, qui n'est pas caractéristique des chats, reste flou à ce jour. La tête est relativement petite et les oreilles sont grandes, terminées par des pinceaux caractéristiques de poils noirs. Comme le lynx eurasien, ils sont importants pour leur perception. Dans le cas des pardelles, des expériences montrent que la perte de cette brosse limite leur audition et leur capacité de localisation.

Les pardelles sont beaucoup plus petits que le plus répandu dans le lynx nord-eurasien. Avec un poids corporel compris entre 9 et 15 kilogrammes, ils pèsent moins des deux tiers d'un lynx eurasien. Leur taille est de 85 à 110 centimètres, car leurs pattes sont proportionnellement longues. Le pelage est généralement plus clair et plus tacheté que celui du parent du nord. Il existe deux variantes de couleurs différentes. Le soi-disant type avec grandes tâches a sur son pelage environ 12 taches avec un diamètre moyen de deux centimètres. Plus commun, cependant, est le soi-disant type avec petites tâches dont les taches ont seulement environ un centimètre de diamètre. Le pelage est moins dense globalement que le lynx eurasien. La couleur de base du pelage est un jaune rougeâtre. Dans le cas du type avec petites tâches, le pointillé fin donne l'impression que le pelage est sensiblement plus foncé que le lynx eurasien.

.

.

.

.

.

Le dernier Lynx, Propriété de Son Altesse Royale Felipe VI (Manuel Sosa).

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

HISTOIRE DU LYNX IBÉRIQUE[modifier | modifier le wikicode]

.


Le lynx ibérique à la préhistoire[modifier | modifier le wikicode]

.

Fossiles d'un crâne et de deux mâchoires au musée d'histoire naturelle de l'Université de Florence, en Italie.

Reconstitution du lynx ibérique vivant dans la péninsule ibérique il y a 1,6 million d'années.

Situation géographique des restes fossiles du lynx ibérique et du lynx boréal en Europe occidentale.

Selon les études de biologie moléculaire de Stephen J. O'Brien, le lynx descend d'un grand groupe de félidés vivant il y a 3 à 7 millions d'années. La division la plus récente s'est produite il y a 2,8 millions d'années, avec une branche formant les grands félins : Lions, Tigres, Jaguars, Léopard, Léopard des neiges...[6].

L'ancêtre commun de toutes les espèces appartenant au genre Lynx, Lynx issiodorensis, est apparu en Amérique du Nord il y a environ quatre millions d'années avant de s'étendre aux continents d'Asie et d'Europe où il a persisté au fil du temps. Ces espèces ont subi peu de changements, sauf une diminution de la taille[7].

Les restes d'un spécimen de lynx ibérique vivant il y a 1,6 million d'années ont été trouvés dans une grotte de Barcelone. Ce spécimen nouvellement découvert est de 10 à 20 centimètres plus grand et d'environ 10 kilogrammes plus lourd que le lynx ibérique. Son pelage est également plus long qu'il ne l'est aujourd'hui afin de résister à des températures de quasi-gel continues[8].

Les restes fossiles de ce félin témoignent de sa présence dans la péninsule ibérique il y a 1,6 à 1,7 million d'années. Jusqu'à présent, les scientifiques avaient daté l'apparition du lynx ibérique entre 1 et 1,1 million d'années. Ainsi, cette découverte signifie que l'émergence de ce félin dans la péninsule ibérique date en réalité de 500.000 ans plus tôt que ce que les scientifiques pensaient à l'origine[9].

La population européenne de Lynx issiodorensis a conduit à l'apparition du Lynx pardinus il y a un million et demi d'années. Depuis lors, cette espèce continue d'habiter la péninsule ibérique aujourd'hui. La nouvelle date fournie par l'étude, il y a 1,6 million d'années, correspond à la période où toute l'Europe du Sud, en particulier la péninsule ibérique, est devenue un refuge contre la glaciation du Quaternaire[10].

Cette grotte abritait également le lapin européen (Oryctolagus cunilus), principale proie du lynx ibérique dans plus de 75% des cas. Les analyses morphologiques réalisées sur le crâne trouvé en Catalogne confirment le type de régime consommé par ce félin[11].

.

.

.

.

.

Le lynx ibérique par le passé[modifier | modifier le wikicode]

.

Lynx : art roman (Espagne).

En un siècle le lynx disparaît de pratiquement toute la péninsule ibérique.

Le duc de Tarifa pose avec un lynx chassé à Doñana, en 1920.

Un squelette de lynx datant de l'Age du Bronze du sud de la France est attribuable au type pardelle. La répartition du lynx ibérique inclut le sud de la France et le nord de l'Italie. Puis, les deux lynx, boréal et pardelle ont coexisté jusqu'à la fin du XIXe siècle dans les Pyrénées et peut-être sur la côte nord de l'Espagne[12].

Une équipe de scientifiques vient de découvrir que dans les montagnes galiciennes il y a eu des lynx jusqu'à récemment. Mais pas l'ibérique, mais son plus grand cousin, le lynx boréal (lynx lynx), avec deux fois le poids[13].

Quand au lynx ibérique il est autrefois présent dans toute la péninsule ibérique, le sud de la France, la Sardaigne, la Grèce, le Moyen-Orient et peut-être les Carpates.

L'historien Juan Pablo Torrente constate que la chasse aux ours, loups et lynx, représente en termes absolus et relatifs, une source importante de richesse pour les populations locales. Il est vrai que les paysans espagnols sont exploités, encore plus qu'en France, par les grands propriétaires et surtout l'Eglise, notamment avant l'expulsion les Jésuites.

Aussi étrange que cela puisse paraître, un plat typique du passé de Huelva de Doñana est le lynx à la tomate.

Cependant l'histoire du lynx ibérique est longtemps marquée par une petite population ce qui a mis sa survie en péril, comme en témoigne une étude à laquelle a participé le Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) et dans laquelle ont été analysé jusqu'à 19 restes fossiles de cette espèce. Selon Molecular Ecology, la faible diversité génétique Lynx ne réduit pas les chances de survie du lynx, comme on le pensait auparavant, en fait, leur variété génétique a déjà été faible au cours des 50.000 dernières années.

Selon les scientifiques, le manque de diversité génétique conduit à l'extinction du lynx, en raison de la consanguinité et de la capacité limitée de s'adapter à l'évolution des écosystèmes. La chute drastique des effectifs de lynx est liée à la destruction récente de l'habitat, au déclin du lièvre d'Europe, sa trop unique ou presque source de nourriture.

Dans les années 1950, la population du nord s'étend de la Méditerranée à la Galice et à certaines parties du nord du Portugal, et la population du sud du centre au sud de l'Espagne. Entre le début des années 1960 et 2000, il perd environ 80% de son ancienne territoire.

.

.

.

.

.

Au début du siècle l'Espagne et le Portugal décident de sauver le lynx ibérique.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

PRÉSENCE ACTUELLE[modifier | modifier le wikicode]

.


Les deux derniers refuges des lynx ibériques en 2000[modifier | modifier le wikicode]

.

En 1998 le Lynx ibérique survit difficilement dans deux petites régions.

Les populations sont passées de 15 sous-populations dans les années 1940 à seulement deux sous-populations au début des années 1990, notamment dans les Montes de Toledo et la Sierra Morena.

Les deux plus grands gisements vivent en Andalousie dans le Parc National de Coto de Doñana et dans la Sierra de Andújar dans la province de Jaén (200 à 250 animaux au total) ; confirmé en octobre 2007, une autre occurrence en Castilla-La Mancha, une zone très peu peuplée, avec 15 animaux.

.

.

.

.

.

La reconquista des zones lynx[modifier | modifier le wikicode]

.

Lynx ibérique adulte photographiée dans le cadre du programme de conservation.

La reconquista commence.

El Lince Ibérico (Lynx Pardinus).

Au Portugal, une station d'élevage est créée en 1999 dans la zone protégée Serra da Malcata. A partir de 2019 il espère pouvoir réintroduire régulièrement des lynx dans la nature.

Tout récemment encore, en 1994, il y avait des populations isolées d'au moins dix animaux dans la Serra da Malcata, la Serra de São Mamede et dans le Guadiana, qui ont été placé sous protection en 1995. Dans le Parque Natural do Vale do Guadiana, le nombre de lyns est estimé à 40/50.

En 2005, le lynx ibérique était encore dans ses trois terroirs presque éteint. Un autre facteur inquiétant était la construction des barrages d'Odelouca et d'Alqueva.

Le Portugal et l'Espagne collaborent pour réintroduire le lynx dans ses territoires d'origines historiques. Ainsi, grâce à des programmes de conservation, le lynx ibérique a reconquis des zones lynx, avec 169 unités en Sierra Morena, 85 dans la Doñana, 39 dans la vallée de la rivière Guadalmellato (Córdoba) et 30 dans la vallée de la rivière Guarrizas (Jaén), environ. Cependant, le travail n'est pas terminé, ni dans ces régions ni dans le reste de la péninsule[14].

L'habitat de prédilection du lynx Pardelle est une terre ouverte peuplée d'arbres et d'arbustes. Il préfère les zones de basse forêt, les pinèdes avec un sous-bois dense, les forêts de cistes (arbustes) et de chênes-lièges. Les pardelles sont néanmoins des animaux moins forestiers que le lynx eurasien.

Le boisement avec des eucalyptus et des pins, qui a été effectué sur la péninsule ibérique, a conduit à une diminution de la colonisation par les pardelles, ainsi que la perte de nombreuses forêts de chêne-liège. La raison pour laquelle la plupart des pardelles vivent aujourd'hui dans les montagnes, est due à l'urbanisation des plaines et non à une préférence naturelle pour l'altitude en tant qu'habitat.

Comparé au lynx d'Eurasie, les régions où il est présent sont beaucoup plus petites. En Estrémadure, la superficie moyenne parcourue par un pardelle est en moyenne de 300 hectares. Mais comme pour le lynx eurasien, la densité de la population de proies est déterminante pour la taille de la zone. La zone doit également avoir des points d'eau.

.

.

.

.

.

Le Parc de La Doñana et les espèces menacées.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

UN CHASSEUR[modifier | modifier le wikicode]

.

Le monde du lynx ibérique.

Un virus décimant les lapins peut mettre en danger le plan de réintroduction du lynx.

Lynx chassant un lapin.

Lynx ibérique, le chasseur solitaire.

Prises capturées dans la gueule.

L'habitat typique du lynx ibérique est - nous l'avons vu - le bosquet et la forêt méditerranéenne, à condition qu'il y ait une abondance de lapins, de grandes zones avec une végétation dense et un faible degré de présence humaine.

Les pardelles sont des solitaires nocturnes. Leurs proies principales sont les lapins sauvages, qui ont une importance similaire pour les pardelle que les cerfs pour les vivants en Europe centrale, le lynx d'Eurasie.

La proportion de lapins dans leur alimentation dépend de leur abondance relative par rapport aux autres proies potentielles.

Dans les montagnes espagnoles, les lapins représentent 56% de leurs proies.

Dans le parc national espagnol de Coto de Doñana, cependant, leur part est de 79%.

Les Pardelles sont toutefois si dépendants des populations de lapins que les fluctuations dans les populations de lapins ont un impact sérieux sur les populations de lynx. Après l'épidémie de myxomatose dans les années 1958 à 1961, les pardelles ont donc été largement décimés par la faim. Afin de protéger le lynx, le gouvernement espagnol a pris des mesures pour stabiliser le déclin des populations de lapins.

Sinon, le Pardelle est un chasseur plutôt opportuniste, qui mangent régulièrement les petits mammifères tels que les souris et les lièvres en plus des lapins. Si les canards sont également présents dans son habitat, ceux-ci jouent également un rôle majeur dans son alimentation. Dans le Coto de Doñana, ils représentent au moins 9% des vertébrés tués par les pardelles. D'autres espèces d'oiseaux diverses, notamment les perdrix, sont également régulièrement chassés par lui.

Pour chasser des cerfs adultes, en bonne santé, il est trop petit, mais il attaque régulièrement leurs petits. Il en de même avec le sanglier. Les verrats sont trop dangereux pour lui, mais pas pour le lynx d'Eurasie. Ses besoins alimentaires quotidiens moyens sont d'un kilogramme. C'est environ la moitié de la ration du lynx eurasien.

Comme son grand cousin, le lynx eurasien, le pardelle est un chasseur paresseux. Contrairement au loup, il ne se précipite pas sur ses proies sur de longues distances. Le lapin est la composante fondamentale de l'alimentation du lynx ibérique et représente 80 à 90% de sa consommation. Il se cache près de son terrier. Quand ils quittent leur terrier, ils se faufilent jusqu'à une distance de quatre mètres, puis les rattrapent avec quelques sauts. Les lapins sont tués par une morsure dans le cou.

Contrairement au lynx eurasien, le pardelle préfère emporter sa proie du lieu de la chasse. Les lapins, par exemple, ils les transportent sur de longues distances avant de s'installer et de les manger jusqu'aux plus gros os et aux restes de fourrure. Les gros animaux il ne peut que les traîner sur une courte distance. Si la proie est trop grosse pour qu'il la consomme complètement tout de suite, il revient la manger plusieurs fois. Les morceaux non consommés sont enterrés.

.

.

.

.

.

Le sort des populations de lynx est lié au nombre de lapins là où ils vivent.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LE BRACONNAGE POUR SA FOURRURE[modifier | modifier le wikicode]

.

Un tapis fait avec la peau d'un lynx ibérique.

Chasseur et le lynx qu'il a tué.

Trophée de chasse.

Le déclin du nombre de pardelles était dramatique.

Au début du XXe siècle, la population des Pardelles est probablement encore de 100.000 individus dans pratiquement toute l'Espagne et du Portugal.

En 1960, la population est tombée à environ 5.000 animaux. Des groupes de lynx sont disséminés un peu partout, ce qui se traduit par de la consanguinité.

Dans les années 1980, il y a encore environ 1.000 à 1.200 exemplaires, qui vivent sur une superficie d'environ 11.000 km², et en 2000, seulement 100 animaux adultes.

Depuis lors, l'espèce semble se rétablir facilement.

Selon SOS Lynx, il y a 150 lynx en 2000, mais le nombre de femelles fertiles est estimé à seulement 30. En revanche, l'UICN parle en 2002 d'une population de seulement 52 animaux adultes.

En 2005, il y a 160 pardelles, dont la zone de circulation couvre une superficie de 585 km².

En 2007, le nombre de lynx est estimé à 215-265 exemplaires.

En 2008, le World Wildlife Fund estime son nombre à 180.

En 2009, SOS Lynx estime à 220 le nombre de lynx en liberté en Espagne.

Selon une autre source pour l'année 2015, il n'y a que 156 animaux adultes en 2012.

Plusieurs facteurs ont causé cette forte baisse. Les populations de lapins, la nourriture principale du lynx de pardelle, a fortement diminué en raison de la myxomatose et de la chasse. Une autre cause est la contamination du lynx par le virus de la leucémie féline, qui peut entraîner une leucémie fatale chez ce chat sauvage.

Dans le même temps, l'évolution de l'utilisation des terres par les humains a traditionnellement gaspillé des terres agricoles, ce qui a été un facteur important dans la raréfaction des lapins. Là où les petites propriétés n'existent plus s'est développé une agriculture plus intensive qui n'est plus un habitat convenable pour les lapins.

Dans la Liste rouge espagnole et portugaise, ainsi que dans la Liste rouge des espèces menacées de l'UICN, l'espèce a longtemps été identifiée comme gravement menacée. Après que le stock soit passé de 52 à 156 animaux de 2002 à 2012, l'espèce n'a plus été considérée comme menacée, surtout depuis 2015.

.

.

.

.

.

Trois types de pelages du lynx ibérique.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

PROTECTION[modifier | modifier le wikicode]

.

Le lynx ibérique (Lynx pardinus) est l'espèce la plus emblématique de la péninsule ibérique, où elle est devenue un symbole de conservation, mais aussi un énorme défi pour les administrations, les techniciens et les scientifiques impliqués dans sa préservation [15].

.

.

.

.

.

Population en hausse mais fécondité en baisse[modifier | modifier le wikicode]

.

Une partie des lynx sont élevés en captivité et relâchés dans les zones lynx.

Le Centre National de Reproduction Lynx-Ibérique (CNRLI), près de Silves, Portugal.

En 2013, le suivi de la population de lynx ibérique (Lynx pardinus) a estimé le nombre d’individus à l’état sauvage en Andalousie à 319 soit une hausse de 5,6 % par rapport à 2012 : 169 lynx se trouvent en Sierra Morena dans les parcs naturels de Cardeña-Montoro (province de Cordoue) et d’Andújar (province de Jaén) et 85 dans la zone du parc national de Doñana (province de Huelva). Ce sont les deux noyaux principaux de distribution de l’espèce en Espagne et dans le monde.

Ces données confirment la tendance à la hausse de ces dernières années. Le nombre de femelles reproductrices, essentielles pour l’espèce, a également augmenté, passant de 85 à 92[16].

Mais le nombre de petits nés en 2013, estimé à 54, a quant à lui chuté de 30 % suite à une nouvelle souche de fièvre hémorragique du lapin, principale proie du lynx ibérique, qui sévit particulièrement à Andújar[17].

En ce qui concerne l’aire de répartition de l’espèce, elle a atteint 1093 km² (1073 en 2012)[18].

.

.

.

.

.

Les réintroductions de lynx[modifier | modifier le wikicode]

.

La réintroduction du lynx est un plan de grande envergure.

Les lâchers dans la nature se poursuivent en Espagne, souvent en présence du Ministre de l’environnement.

Un nouveau-né du programme Ex Situ.

Depuis 1973 et 1974, la chasse aux pardelles en Espagne et au Portugal est interdite. Les contre-mesures nationales et mondiales sont reflétées dans divers programmes de protection. Ceux-ci sont en plus de la Liste rouge de l'Annexe I de la Convention CITES pour la prévention du commerce des espèces en voie de disparition, CITES (angl. Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages), l'annexe II de la Convention de Berne du Conseil de l'Europe, ainsi que dans leur mise en œuvre au sein de l'Union européenne avec la directive 92/43/CEE (directive faune-flore-habitat) aux annexes II et IV.

Par ailleurs, les lâchers dans la nature se poursuivent avec celui du mâle Junipero le 15 janvier dernier 2018 à Guadalmellato (province de Cordoue). Le ministre de l’environnement, présent lors du lâcher, a souligné la collaboration avec les communautés locales, les propriétaires fonciers et la société de chasse. Le ministre a précisé l’engagement du gouvernement andalou pour la préservation du lynx ibérique. Il a ajouté que la conservation des espèces emblématiques, tels le lynx ibérique, est source d’emplois : 31 emplois permanents ont été créés dans les secteurs dans les provinces de Huelva, Cordoue et Jaen. Sans compter les 7 millions d’euros pour améliorer l’habitat (clairière, élagage etc), dont ont bénéficié 486 PME andalouses, et le tourisme vert autour du lynx[19].

Une partie des mesures de protection régionales favorise l'utilisation des terres, ce qui favorise la propagation des lapins. la protection des habitats des lynx assure non seulement la survie du lynx de pardelle, mais aussi celle d'autres espèces menacées. Par exemple, l'aigle impérial espagnol qui bénéficie des mesures de protection en faveur du lynx de pardelle.

Parmi les mesures de conservation spéciales, il y a une alimentation supplémentaire, dans laquelle des cages de clôture spéciales sont équipées de lapins et de lapins ou de poulets. Les clôtures sont construites de telle manière que le lynx puisse y pénétrer et vaincre les proies, ce qui favorise surtout la progéniture femelle, qui dépend d'une alimentation particulièrement copieuse.

.

.

.

.

.

Les dangers dus à la circulation routière[modifier | modifier le wikicode]

.

Comme en France il faut limiter les collisions avec la faune sauvage pour sa sécurité, mais aussi les laisser vivre.

L'un des plus grands dangers est le développement de la route: en 2010, trois pardelles morts ont été trouvés le long de l'A-494, ce qui représente une perte importante pour quelque 70 animaux vivant dans la zone touchée. Par conséquent, quatre passages souterrains supplémentaires doivent être construits sur cette route, qui devrait utiliser le lynx.

Parallèlement, 24 cas de mortalité de lynx ont été enregistrés en 2013 dont 14 suite à des collisions (8 en Sierra Morena et 6 dans la Doñana) soit le double par rapport à 2012. Un chiffre record qui peut être lié d’un côté à la fièvre hémorragique poussant les lynx à chercher plus loin leur nourriture et d’un autre côté à la dispersion des animaux due à l’augmentation de leur population[20].

.

.

.

.

.

L'élevage en captivité[modifier | modifier le wikicode]

.

Opala, âgée d'un an et élevée en Espagne, a sauté de sa cage dans le parc naturel de la Valle del Guadiana, au Portugal.

Exemplaire de lynx libéré dans la vallée de Matachel.

L'élevage en captivité commence à porter ses fruits dans le parc national de Coto de Doñana et dans la Sierra de Andújar, qui comptent actuellement 37 lynx.

Une première fois, en mars 2005, trois bébés lynx sont nés dans le centre d'élevage à Doñanu (le premier succès de reproduction du lynx ibérique en captivité). Depuis le nombre de lynx en captivité a augmenté de façon constante : 60 animaux en permanence.

Le transfert d'animaux vers d'autres stations d'élevage et la réintroduction massive vont t commencer. Avec un nombre de 80 petits, en 2010, le programme a plus de succès que prévu. En 2010, les sept lynx de Guadalmellato libérés en décembre 2009 ont également trois petits.

Le Portugal a également commencé à élever et à réinstaller des lynx andalous. Plus de 20 organisations des deux pays ibériques ont réussi à déposer 33 animaux au Portugal, à partir de décembre 2014. Ces animaux ont eu 16 enfants dans la nature. Hélas quatre d'entre eux sont morts (par empoisonnement, mauvais traitements, infection et le quatrième d'une cause inconnue).

Le même projet a réintroduit les espèces aussi dans les régions d'Espagne d'où ils ont disparu : la vallée de Matachel en Estrémadure (6 autres en 2018), la montagne de Tolède et de la Sierra Morena, dans la Castilla-La Mancha[21].

.

.

.

.

.

Au début du siècle, comme il ne reste plus que 94 lynx ibérique le programme de récupération est mis en place et aboutit à 547 en liberté.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LE LYNX DANS L'ART[modifier | modifier le wikicode]

.

Miguel Borja Bersabé : lynx ibérique au milieu des retamas.

L'animal est très présent dans les peintures ibériques, notamment chez Francisco de Goya.

Fernando Herrera dédie plusieurs œuvres à l'image du lynx ibérique, une espèce en danger d'extinction, de sorte qu'il existe un legs pictural sur cette espèce.

On a aussi Miguel Borja Bersabé et ses lynx ibériques. Il donne une vision plus optimiste de l'avenir du lynx. Dans ses œuvres l'animal chasse et est au milieu de la nature préservée des sierras espagnoles ou portugaises.


Le lynx ibérique


.

.

.

.

.

Sur les traces de l'ours, du lynx et des loups Almerienses. Vivant déjà à la préhistoire en Espagne, les ours, lynx et loups de nos jours y sont des espèces moins en voie de disparition, et moins détestés qu'en France.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES[modifier | modifier le wikicode]

.

  1. Statut et conservation du lynx pardelle (Lynx pardina) dans la péninsule Ibérique, Volume 55 de Nature and environment series.Instituto Nacional para la Conservación de la Naturaleza (España), Éditeur Council of Europe, 1992.
  2. Kurtén, B. (1968). Pleistocene Mammals of Europe. London, New Brunswick: Aldine Transaction.
  3. Dictionnaire de la montagne, Sylvain JOUTY, Hubert ODIER, Place des éditeurs, 2009.
  4. Rodríguez, A. & Calzada, J. (2015). "Lynx pardinus". The IUCN Red List of Threatened Species. IUCN. 2015.
  5. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction
  6. Meet the first Iberian lynx on the Iberian Peninsula
  7. Meet the first Iberian lynx on the Iberian Peninsula
  8. Meet the first Iberian lynx on the Iberian Peninsula
  9. Meet the first Iberian lynx on the Iberian Peninsula
  10. Meet the first Iberian lynx on the Iberian Peninsula
  11. Meet the first Iberian lynx on the Iberian Peninsula
  12. Historia De Un Lince Ibérico
  13. Un lynx à O Suído
  14. Historia De Un Lince Ibérico
  15. La genómica y la conservación del lince ibérico
  16. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction. FERUS
  17. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction. FERUS
  18. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction. FERUS
  19. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction. FERUS
  20. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction. FERUS
  21. Historia de un lince en Portugal
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .