Wiki Guy de Rambaud
Advertisement


                         Lynx en France et en Espagne



Planche Lynx, par Jacques de Sève, gravée par Barron, dans l'Histoire naturelle de Buffon, 1761.

Présence passée en France[1].

Art roman - Espagne.

Le lynx comme le Loup ibérique est un animal très protégé au Portugal.

Au cours des deux cents dernières années, pratiquement toutes les espèces de grands mammifères sauvages des Alpes et du Jura ont été réduites à de très petites populations ou à l'extinction. C'était le sort des bouquetins, des cerfs, des chevreuils, des loups, des lynx et des ours bruns. Ce n'est pas très souvent que les espèces qui disparaissent reviennent, mais le repeuplement des espèces de gibier a permis la propagation naturelle du loup[2]. Le lynx boréal en France est désormais un animal protégé et l'un des plus gros prédateurs du pays. Le lynx boréal en France côtoie notamment les ours et les loups. Mais contrairement à ses illustres voisins, la situation pour le moins préoccupante du félidé demeure relativement méconnue. Pourtant discret et ne s'attaquant jamais à l'homme, il a été traqué depuis le XIVe siècle, puis totalement éradiqué au XIXe siècle. Revenant naturellement des pays frontaliers ou ayant été réintroduit, le lynx boréal commence à recoloniser la France, provoquant des tensions avec les deux principaux opposants à son retour : les éleveurs arriérés et les braconniers. On estime leur nombre en France à plus ou moins 150 individus adultes. Mais, outre les collisions avec les véhicules motorisés l’impact du braconnage est sous-évalué en France. L'exemple vosgien en est la meilleure illustration. Le lynx y a été réintroduit dans les années 80, mais il a pour ainsi dire complètement disparu depuis les années 2010 du fait de cette criminalité qui se développe aussi dans les pays de l'est européen[3]. Par contre, en Allemagne ou en Suisse le monde de la chasse et les éleveurs ne manifestent pas une aversion particulière envers le lynx.


Article détaillé : Lynx Boréal en France


Le lynx ibérique, ou Lynx pardelle, (Lynx pardinus), est une espèce de mammifère carnivore de la famille des félidés, du genre Lynx, endémique de la péninsule ibérique.

Sa situation taxonomique est l'objet d'une controverse. Certains auteurs considèrent qu'il s'agit d'une sous-espèce du lynx boréal, tandis que d'autres le considèrent comme une espèce totalement différente[4]. Contrairement au lynx eurasien, le Pardelle s'est développé phylogénétiquement dans le sud-ouest de l'Europe et est donc aujourd'hui classé comme une espèce distincte. Les deux espèces sont apparues ensemble en Europe centrale au Pléistocène et ont évolué en tant qu'espèces distinctes au Pléistocène supérieur. On pense que le lynx ibérique est un descendant du Lynx issiodorensis[5].

Le lynx ibérique, le Pardelle est un lynx très rare[6]. L'habitat des pardelles est la forêt de broussailles méditerranéenne. A son habitat particulier s'ajoute le fait qu'il chasse surtout des lapins sauvages (Oryctolagus cuniculus). Le nombre de ses proies du fait des maladies, plus précisément dans les années 1950 de la myxomatose, s'est effondré, et son habitat est de plus en plus fragmenté. Ce qui fait que le lynx ibérique est répertorié comme en danger sur la Liste rouge UICN[7].

Au début du XXIe siècle, le lynx ibérique était sur le point de disparaître, une centaine d'individus seulement ayant survécu dans deux sous-populations isolées en Andalousie. Depuis 2001, le gouvernement espagnol lance un programme d'élevage en captivité avant l'extinction, comme l'a essayé depuis 1999 le Portugal. Les mesures de conservation mises en œuvre depuis 2002 comprennent l'amélioration de l'habitat, le repeuplement en lapins, la translocation et la réintroduction des lynx ibériques.

En 2013, les spécialistes chargés de l'étude de la population de lynx ibérique (Lynx pardinus) estiment le nombre d’individus à l’état sauvage en Andalousie à 319 soit une hausse de 5,6 % par rapport à 2012. 169 lynx se trouvent dans la Sierra Morena dans les parcs naturels de Cardeña-Montoro (province de Cordoue) et d’Andújar (province de Jaén) et 85 dans la zone du parc national de Doñana (province de Huelva). Ce sont les deux noyaux principaux de distribution de l’espèce en Espagne et dans le monde. Ces données plus récentes confirment la tendance à la hausse de ces dernières années[8].


Article détaillé : Lynx ibérique (Lynx pardinus)


Sur les traces de l'ours, du lynx et des loups Almerienses. Vivant déjà à la préhistoire en Espagne, les ours, lynx et loups de nos jours y sont des espèces moins en voie de disparition, et moins détestés qu'en France.

NOTES[]

.

  1. Le lynx : conservation et présence en France
  2. The Re-introduction of the Lynx Into the Alps: Proceedings of the 1st SCALP Conference, Engelberg, Switzerland, 7-9 December 1995. Environmental encounters. Christine Breitenmoser-Würsten, Christoph Rohner, Urs Breitenmoser, Éditeur Council of Europe, 1998.
  3. La situation du lynx en France est carrément alarmante
  4. Statut et conservation du lynx pardelle (Lynx pardina) dans la péninsule Ibérique, Volume 55 de Nature and environment series.Instituto Nacional para la Conservación de la Naturaleza (España), Éditeur Council of Europe, 1992.
  5. Kurtén, B. (1968). Pleistocene Mammals of Europe. London, New Brunswick: Aldine Transaction.
  6. Dictionnaire de la montagne, Sylvain JOUTY, Hubert ODIER, Place des éditeurs, 2009.
  7. Rodríguez, A. & Calzada, J. (2015). "Lynx pardinus". The IUCN Red List of Threatened Species. IUCN. 2015.
  8. Lynx ibérique : population générale en hausse mais baisse importante de la reproduction
Advertisement