.

.

.

.

.


                                  Les Lanuza  

.

.

.

.

.


La_Revolandera,_himno_a_Aragón.

La Revolandera, himno a Aragón.

Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1591).

Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1592), Grand Justicier d'Aragon (1591 - 1592), monument aux Justiciazgos (Grands Justiciers d'Aragon) (1904), Saragosse.

En Aragon, le juge Juan de Lanuza y Urrea a sa statue sur ce monument, sa plaque remémorant son exécution, sa place et des cérémonies patriotes honorent la mémoire de ce défenseur des fueros victime des occupants et de l'inquisition[1].

Martin Bautista de Lanuza (1550 - 1622).

Salle des séances, Congrès des députés de Madrid.

L'une des plus importantes lignées nobles du royaume d'Aragon, la Casa de Lanuza, descend des Comtes de Bigorre[2], s'installe à Lanuza et Sallent de Gállego (district judiciaire de Jaca)[3], limite Comté de Sobrarbe. Par la suite ils sont Grands Justiciers d'Aragon.

Comme le blason des Comtes de Bigorre porte deux lions, ce lion se retrouve sur leur premier blason. Ils sont d'abord appelés Leonuza[4]. Il existe une branche de la famille qui retourne s'installer de l'autre côté des Pyrénées, les Lannux.


Voir article détaillé sur les Lannux


Les membres de cette famille de Lanuza occupent des postes de hautes responsabilités à la Cour d'Aragon du XIe siècle à la Renaissance, notamment comme Grands Justiciers d'Aragon.

Don Quichotte, le héros de Cervantès, lorsqu'il énumère les principales lignées régionales péninsulaires cite la Casa Lanuza.

De son côté Sereno, personnage de l'oeuvre de Gonzalo Fernández de Oviedo, dit :

¿ Quién son estos de Lanuça, e qué armas tienen, e qué renta tenía este señor ? (Qui sont ces de Lanuça, et quelles sont leurs armes. et quel revenu avait ce monsieur ?)

Alcayde :

De su renta ni vasallos yo no tengo notiçia. Sí que su ofiçio era el principal de Aragón, e que era uno de los más estimados cavalleros de aquel reyno. E parésçeme queste ofiçio de Justiçia de Aragón anda en este linaje; e de sesenta años a esta parte hasta el presente, yo he visto este ofiçio en el padre e en el hijo e en el terçero Johan de Lanuça que he dicho (Sur ses revenus ou vassaux je n'ai pas d'information, sinon que son rôle était le principal d'Aragon, et qu'il était l'un des plus estimés chevaliers de ce royaume. Et il apparaissait que cette fonction de Grand Justicier d'Aragon appartenait à cette lignée depuis soixante ans jusqu'à nos jours, j'ai vu cette fonction chez le père, le fils et au troisième Juan de Lanuça, dont j'ai parlé)[5].

Son importance historique commence avec :

- Don Gil de Lanuza (ca 1230 - après 1300), et son frère Jaime, sont des chevaliers venus de la montagne au nord de Jaca. Ils accompagnent Jacques Ier (1268 - 1278) à la conquête de Valence (1232 - 1245), à la tête d'un escadron de cavalerie et d'infanterie[6]. Gil de Lanuza participe aussi à la conquête de la Murcie avec le roi Jacques II le Juste, d'Aragon, de 1296 à 1300. Il se distingue par son courage dans les combats contre les Maures[7][8].

Ils sont bien souvent Justiciazgos (Grands Justiciers d'Aragon) :

- Ferrer de Lanuza et Gil de Castro (14?? - 1479), premier Grand Justicier d'Aragon de sa lignée (1439 - 1479)

- Juan de Lanuza et Garabito (1435 - 1495), Grand Justicier d'Aragon (1479 - 1498), vice-roi de Sicile (1495 - 1498).

- Juan de Lanuza y Pimentel, Grand Justicier d'Aragon d'Aragon (1498 - 1507) et vice-roi de Sicile (1498 - 1506).

- Juan de Lanuza y Torrellas Grand Justicier d'Aragon (1507 - 1533), vice-roi d'Aragon (1520-1535).

- Ferrer de Lanuza y Perellós, Grand Justicier d'Aragon (1547 - 1554)

- Don Geronimo Bautista de Lanuza (1553 - 1624) évêque de Barbastro et après d'Albarracín.

- Juan de Lanuza ey Perellós (1554 - 1591)

- Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1592), Grand Justicier d'Aragon (1591 - 1592).

Comte de Plasencia est un titre de noblesse espagnol, créé en 1611 par le roi Felipe III, en faveur de Pedro Lanuza et Ximénez de Urrea, vicomte de Rueda, vicomte Perellós, Justícia Mayor de Aragón.

- Don Martin Bautista de Lanuza (1550 - 1622), Justicia Mayor de Aragón (1601 - 1622)

- Don Miguel Bautista de Lanuza, écrivain, est chevalier de l'Ordre de Santiago et occupe de hautes fonctions dans le royaume d'Aragon, se distinguant toujours par sa prudence et sa sagesse.

- Le Roi Don Carlos II (1665 - 1700) accorde le titre de Conde de Clavijo à Don Marcos Baltasar de Lanuza Mendoza y Arellano Marcos de Lanuza, en 1690.

- Juan de Lanuza y Oms (1636 - 1723), militaire.

...


.

.

.

.

.

Juan de Lanuza y Urrea est exécuté sur la Plaza del Mercado, appelée Plaza de Lanuza depuis 1885. Une plaque, des écrits et des manifestations rappellent son sacrifice pour la défense des fueros du peuple aragonais.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

ORIGINES DES LANUCE/LEONUZA/LANUZA[modifier | modifier le wikicode]

.


Les Comtes de Bigorre[modifier | modifier le wikicode]

.

Les Lanuce-Lanuza, héritiers des comtes de Bigorre[9] sont la branche aînée de la Maison de Vasconie, selon Jaurgain.

Pour aller du comté de Bigorre au royaume d'Aragon il faut traverser la vallée de la Tena, où se trouve le fief de Lanuce.

La première épouse du Roi Ramire, fille d'une Bigorre, concède le fief de Lanuce dans l'Alto Gállego (Aragon) à son parent Blasco Arnaldo, après 1038.

Miniature de la première moitié du XIIe siècle représentant Sancho Ramírez de Aragón et son père Ramiro I d'Aragon (avec barbe).

Blason des Lanuza. Les ailes d'argent viennent des Barons d'Escuer.

Les Lanux-Lannux sont cités comme aristocrates dans le Cartulaire de Saint-Mont.

L'historien Jean de Jaurgain, le Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía (1998), et différents historiens aragonais, nous disent que la famille Lanuce-Lanuza descend des Comtes de Bigorre. A cette époque, le nom s'écrit Lanuce ou Lanuze, par galicismo, prononcé Lanus ou Lanuss. Ils sont également appelés Lanux, du fait des langues de l'époque[10][11][12][13].


Ramon Dat (ca 910 - 956), Comte de Bigorre, Regemundo de Bigorra, est le fils de Dato II Loup, Comte de Bigorre, et d'une certaine Lupa Sánchez, fille illégitime de Sancho García de Navarre (865 - 945) et sa maîtresse. Le Codex de Roda cite domna Lopa comme l'enfant de Sanzio Garseanis ... ex anzilla, déclarant qu'elle est mère de Regemundo de Bigorra[14]. Il se marie à Gersende ou Faquilène d’Astarac (ca 925 - après 955), comtesse d’Aure, dame de Larboust et d’Oueil fille d’Arnaud, comte d’Astarac et veuve d’Auriol d’Aure, comte d'Aure, des Quatre-Vallées et de Magnoac. Ils sont les parents de :


- Louis de Bigorre (ca 950 - 1005), succède à son frère aîné comme comte de Bigorre. Il n'a pas de descendance[15].

- Arnaud de Bigorre (ca 945 - 985), succède à son père comme Comte de Bigorre car il est le frère aîné[16], avec une épouse, dont la Foundation for Medieval Genealogy ne sait pas le nom, peut-être Tachilène, il a :


- Garcia Arnaud de Bigorre (965 - 1025/1032), fils d’Arnaud de Bigorre, neveu de Louis. Il succède à son oncle comme comte de Bigorre en 1005. En 1022, lors d'une importante cérémonie, Garcia Arnaud de Bigorre signe avant les autres grands seigneurs féodaux. Cela peut indiquer la primauté de Garcia Arnaud parmi les vassaux du duc de Gascogne. Il se marie vers 985 à Richarde (ca 970 - 1046), peut-être la fille du comte Arnaud d’Astarac (ca 950 - 1023). Garcia Arnaud de Bigorre et Richarde d'Astarac (?) sont les parents de :


- Gersende de Bigorre (986 - 1032/34), mariée vers 1011, à Bernard Roger de Carcassonne (981 - 1036/1038), fils de Roger de Comminges, Comte de Carcassonne et sa femme Adélaïde de Pons. Il est en 1012 comte de Couserans et Carcassonne, Seigneur du pays de Foix, Comte de Bigorre, du fait de sa femme[17]. Il sont les parents entre autres de :


- Gisberge de Bigorre (1014 - 1049) repose au monastère de San Juan de la Peña. La Crónica de San Juan de la Peña note e que de Roi Ramiro épouse la fille du comte de Bigorre appelée Hermissenda en 988. Le contrat de mariage est entre Ranimirus ... prolis Sanctioni regis et Gilberga filiam comitis Bernardi-Rodegari et comitissæ matris eius ... Garsinde. Il est daté du 22 août 1036 et énumère sa dot comme castellum ... Atheres, selon l'Histoire Générale du Languedoc. Elle adopte le prénom d'Ermesenda en tant que Reine d'Aragon. Ceci est confirmé par la charte datée d'octobre 1076 sous laquelle sa fille ancia comitissa Ranimiri regis filia et Armissende regina fait donation de biens au monastère de Santa Cruz de la Serós[18].


Blasco Arnaldo de Bigorra reçoit le fief de Lanuce en concession de sa parente, Gisberge de Bigorre (1014 - 1049), selon le Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía[19], après 1038. Une vieille inscription dans une tour d'une maison à Sallent de Gallego cite les Lanuza et dit qu'ils sont des réfugiés de la Cour de Barcelone. Il est vrai que la Comtesse de Carcassone, leur parente, doit quitter Barcelone du fait d'une révolte des nobles, au début des 1020. La région de Sallent/Lanuza c'est le Sobrarbe, la vallée de Tena, au cœur des sommets des Pyrénées, au milieu de la partie la plus septentrionale du Royaume. La vallée de Tena est située aux confins de la France, près de la source du fleuve Gallego, qui passe par Sallent. Ici se sont rassemblés les Reliques des Goths après 711 et se sont réfugiés de nombreux descendants des familles nobles[20]. Pour celle de Lanuza la Reine a certainement choisi un cousin pour protéger l'Aragon de la Bigorre sur l'autre versant des Pyrénées.

Jaurgain précise que les Lanuza-Lannux sont la branche aînée de la Maison de Vasconie[21].

Les seigneurs de Lanuce forment deux branches. En l'an 1050, le comte de Gascogne et d'Armagnac, Bernard II Tumapaler (ca 1011 - après 1081), comte de Gascogne et d'Armagnac fonde le monastère de Saint-Mont. Les Lanux-Lannux sont cités à de nombreuses reprises, dès cette époque, comme aristocrates dans le Cartulaire de ce prieuré de Cluny. Par la suite ils vivent dans différentes provinces françaises, ou en Espagne. Les Lannux sont consuls d'Espagne avant 1789.

.

.

.

.

.

Les Lannux/Lanuza sont originaires de la Bigorre.

.

.

.

.

.

Lanuce ???[modifier | modifier le wikicode]

.

Lanuza, dans la vallée de la Tena, est célèbre pour être le lieu de naissance de neuf juges d'Aragon membres de la famille Lanuza.

Le toponyme Lanuce va donner son nom aux familles Lannux-Lanus et Leonuza/Lanuza.

Selon Roberto Faure, coauteur du Diccionario de Apellidos Españoles et le philologue Joan Coromines, il a peut-être pour origine le nom arabe al-nuzha', dérivé de la racine nzh', qui peut se traduire par s'éloigner[22].

En gascon Lannux correspond à lanus, un terrain de lande très maigre[23]. Le nom Lanuza peut aussi dériver du terme celtique latinisé landa ou lana, ce qui signifie pente.

En latin nux c'est la noix. Sur le blason des Lannux l'arbre ressemble à celui du Comté de Sobrarbe, dont ils viennent.

Selon d'autres linguistes, c'est une corruption de Leonuza, car le blason de la famille de Lanuza, va être D'or à un lion de gueule et celui des premiers comtes de Bigorre est D'or à deux lions de gueules. Celui des Lannux, outre l'arbre du Comté de Sobrarbe (sans croix) a son lion, lui-aussi.

.

.

.

.

.


Blason des Lannux.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LA VALLÉE DE TENA AVANT LES LANUCE/LANUZA[modifier | modifier le wikicode]

.

Comte de Bigorre, Iñigo Arista, devient roi de Navarre.

Santa María de Isún (XIe</sup siècle). Ce village fait partie du fief des Lanuza.

Après une rapide conquête d'une grande partie du territoire péninsulaire, Tarik ben Ziyad (subordonné de Musa Ibn Nusayr) prend Saragosse en 714, et Huesca en 720.

L'origine du comté de Sobrarbe est enveloppée dans des légendes. Selon l'une d'elle, Garcia Ximenez, une noble basque établi entre le Cinca et le Gallego, se rebelle l'année 724 contre le pouvoir musulman. Avant le commencement de la lutte apparaît une croix rouge sur le dessus d'un chêne. Le nom de Sobrarbe vient de cette histoire: sobre + arbre (sur l'arbre) et son blason va devenir le symbole de la Reconquista aragonaise.

Les vallées hautes, dont celle de Tena, font partie du point de vue politique, militaire et économique d'al-Andalus. Les partisans de l'islam écrivent que les non-musulmans doivent juste payer des tributs aux moros et peuvent pratiquer leur religion. Les sources chrétiennes insistent sur le fait que des chrétiens sont souvent esclaves des moros ou doivent fuir vers les montagnes.

Cependant, il est clair qu'au milieu du VIIIe siècle, les musulmans dominent complètement la région. En 732, il y a une expédition militaire faite par des Berbères venant de l'Atlas. Ils tuent les hommes, puis envoient en esclavage leurs femmes et leurs enfants. Les expéditions au nord des Pyrénées montrent bien que leurs arrière est complètement contrôlé[24].

Au IXe siècle, un premier comté de Sobrarbe est au début sous la souveraineté carolingienne. Par la suite il y a le soulèvement de García el Malo et son mariage avec la fille du Comte de Bigorre.

Iñigo Arista devient le premier roi de la dynastie navarro-aragonaise de Pampelune, de 824 à 851[25].

Au Xe et au début du XIIe siècle le Sobrarbe subit encore des raids des moros.

En 1016 - 1018 toute la région est libérée par Sancho Garcés III el Magno, qui y construit des forteresses. Il est fort probable que le Alto Gállego soit régi administrativement par les comtes de Sobrarbe.

.

.

.

.

.

Les Banu Qasi et la frontière nord d'al-Andalus vers l'an 900.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES LANUZA DANS LE ALTO GALLEGO[modifier | modifier le wikicode]

.

Vallée de Tena. Rio Gallego.

L'une des plus importantes lignées nobles du royaume d'Aragon, les Lanuza, descendants des Comtes de Bigorre[26], s'installe à Lanuza et plus tard à Sallent de Gállego[27], avant de s'installer dans le piémont des Pyrénées et la vallée de l'Ebre.

Les Lannux/Lanuce/Lanuza/Leonuza reçoivent des terres dans le haut de la vallée du Gallego, à la limite du Comté de Sobrarbe. La vallée de Tena est située de nos jours aux confins de la France, près de la source du fleuve Gallego, qui passe par Sallent.

Leur blason à Lanuza, Sallent de Gállego et Arguisal est d'abord : d'or avec lion de gueule. Après le XIIe siècle ils s'installent à Apiés, Monte del Plasencia, Escuer, Isun de Basa, Huesca, Bardallur et Alfocea (quartier de Saragosse).... et ajoutent des quartiers avec une aile argent, venant de leur alliance avec les barons d'Escuer. Ils portent aussi des quartiers avec les armes royales d'Aragon. Le blason de la Casa Lanuza devient aux siècles suivants une aile élargie en argent auquel s'ajoutent des quartiers avec les armes des familles alliées[28].

Les recherches sur les premiers Lannux-Lanuce, et Lanuza-Leonuza sont difficiles.

.

.

.

.

.

Blasons des Lanuza après le mariage avec Luisa, baronne de Escuer.

.

.

.

.

.

Blasco Arnaldo de Bigorra (ca 990 - avant 1070)[modifier | modifier le wikicode]

.

Le premier des Seigneurs de Lannux reçoit le fief de Lanuce en concession de sa parente, Gisberge de Bigorre (1015 - 1049), première reine d'Aragon et épouse du Roi Ramiro[29].

Sallent de Gállego au siècle dernier.

I. Blasco Arnaldo de Bigorra (ca 990 - avant 1070) reçoit le fief de Lanuce - qui se prononce comme Lanusse ou Lanux[30] - en concession de sa parente, Gisberge de Bigorre (1014 - 1049), selon le Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía[31]. Ce fief est dans la vallée de Tena, dont les seigneurs sont vassaux des Comtes de Bigorre, mais ceux-ci à leur tour rendent hommage aux Rois d'Aragon[32].

Jaurgain affirme que les Lanuza-Lannux sont la branche aînée de la Maison de Vasconie[33], après 1038.

Les Lanuza vivent d'abord dans un solar (maison-forte) à Sallent de Gállego[34]. Il est le père - ou apparenté - à :

- Roger de Lannux (voir chapitre Cartulaire du Prieuré de Saint-Mont)

- Julienne de Lannux (voir chapitre Cartulaire du Prieuré de Saint-Mont)

- Garcia Blasco (ca 1030 - après 1070) apparaît dans un document de 1070. Luttant continuellement contre les Maures sur la ligne de la Cinca, Sancho Ramírez de Aragón prend Estada en 1087, et Monzón en 1088, mais ne réussit pas à capturer Tudela en 1087, malgré le soutien de Raymond IV de Toulouse et de troupes provençales, normandes et bourguignonnes[35]. Garcia Blasco est le père de Roger de Lanuza (ca 1050 - après 1094), sur lequel il y a des références écrites de 1092 et 1094.

- Beltran de Leonuza (ca 1025 - 1080 bataille contre Centulle), qui suit.

.

.

.

.

.

Les Lannux sont originaires de la Bigorre. Ils vont en Aragon et forment deux branches : les Lanuza qui s'y installent tandis que les Lannux vont en Gascogne. Du Béarn, au XVIIe siècle, une branche s'installe dans l'Angoumois et l'autre, les Lanux, à Paris. Ceux des Charentes émigrent à Morlaix au XVIIIe siècle. Ces Lannux font du négoce à Séville et Cadix et sont Consuls d'Espagne à cette époque. On retrouve la branche parisienne dans l'Océan Indien. Les Lanuza deviennent Grands Justiciers d'Aragon d'Aragon et des comtes très estimés à la cour de ce royaume.

.

.

.

.

.

Beltran de Leonuza (ca 1025 - 1080 bataille contre Centulle)[modifier | modifier le wikicode]

.

Les terres des Lanuza sont haut de la vallée du Gallego, à la limite du Comté de Sobrarbe.

II. Beltran (ca 1025 - 1080), Dominus de Leonuza, accompagne, en 1080, Sancho Ramírez de Aragón, fils de sa parente Gisberge de Bigorre (1014 - 1049) en Bigorre. Le Vicomte Centulle V de Béarn devenu par alliance Comte de Bigorre refuse de rendre hommage à son Roi[36]. Le différent est pacifié, mais Beltran de Leonuza meurt en combattant ce comte[37]. En 1088, Centulle V va combattre les moros. Il couche chez un vassal dans la vallée de Tena. Ce vassal se prénomme Garcia, mais il n'est pas de la famille Lanuza. Toutefois le fait que cela soit la vengeance d'un proche de Lanuza n'est pas à exclure.

Comme le dit une pierre gravée venant d'une tour des maisons de Sallent Beltran est entouré de Ferry ou Ferrer Bertran, son petit-fils, sa femme Dona Luisa :

Ferraris Bertrandus, Dominus de Leonuza, Bertrandis filins Ferreri, Bertrandi de Leonuza qui cum Centullo Bearnense Vicecomite ocuonit anno MXXC[38].

Avec Doña Puisa ils sont les parents de :

- Ferrer de Leonuza (ca 1070 - après 1118), qui suit.

.

.

.

.

.

Ferrer de Leonuza (ca 1070 - après 1118)[modifier | modifier le wikicode]

.

Historia de la familia Lanuza y antiguos documentos del Valle de Tena.

III. Ferrer de Leonuza (ca 1070 - après 1118), dont Zurita parle, participe à la conquête de Saragosse, avec les Franco-Normands dirigé par le croisé Gaston de Béarn en 1118[39] et les premiers Almogávares. Il se marie à Alamanda, señora de Santa Olalla (Santolarieta ou Santolaria, fief du Major de Huesca). Les Santa Olalla sont une très ancienne famille des Asturias, de Santillana, qui passe en Aragon et y fait partie de la noblesse[40].

Les Lanuza contrairement aux Lannux, qui sont restés des aristocrates proches des princes, sont pendant un temps très court des mesnaderos aragonais, qui combinent travaux agricoles ou pastoraux, en temps de paix et deviennent des miles en temps de guerre[41]. Ce qui les distingue des autres pauvres chevaliers c'est qu'ils exercent le pouvoir judiciaire, sont juges ou Bayles, ou des hauts magistrats de la Vallée de Tena et des montagnes pyrénéennes[42], puis Juges d'Aragon. Ferrer de Leonuza et Alamanda de Santa Olalla sont les parents de :

- Sancho Garcés de Santa Olalla (1100 - après 1172) est un rico-hombre (aristocrate), seigneur de Santa Olalla de la Peña. Il adopte le nom de sa mère, très connu dans l'évêché de Huesca. Il est le premier d'une dynastie de juges locaux de la vallée de Tena. C'est peut-être aussi le 13eGrand Justicier d'Aragon, car il est présent à la confirmation des privilèges que fait Alphonse II le Chaste aux églises, aux ricos-hombres, aux villages et aux villes en l'an 1164. Son nom apparaît dans le document d'une concession réalisé par le même monarque en faveur du monastère de Veruela en 1172[43].

- Beltrán II de Lanuza (ca 1100 - après 1150), qui suit.

.

.

.

.

.

Beltrán II de Lanuza (ca 1100 - après 1150)[modifier | modifier le wikicode]

.

Ferrer et Beltran II de Leonuza prennent part à la Reconquista de Zaragoza en 1118.

La bataille de Fraga, année 1134.

IV. Beltrán II de Lanuza (ca 1100 - après 1150), seigneur de Lanuza, va Avec Alfonso Ier à la conquête de Saragosse, en 1118, puis aux combats pour Lerida (1123) et en 1134 à la bataille de Fraga. Il aide Ramiro II à réprimer une révolte des nobles en 1137. Puis il l'accompagne le Princeps Aragonensis qui devient abbé de l'abbaye de Saint-Pierre-le-Vieux à Huesca. L'ancien roi est successivement évêque de Huesca et de Roda-Barbastro, avant sa mort en 1186.

Beltrán de Lanuza comparaît comme témoin de la vente de certaines haciendas dans un document de 1133 conservé dans les archives e de l'église zaragozana de Santa María del Pilar[44].

Beltrán II donne la moitié de l'église de Inered à celle de Loscas, en 1150. Il se marie à Greida, dame de Esun de Basa, Arguisal et autres lieux dans la montagne[45]. Il y a à Arguisal le petit monastère San Juan, qui n'existe plus. Il est fondé en 1093 par le Roi Sancho Ramírez, près d'Escuer. Isún de Basa est de nos jours un hameau appartenant à la municipalité de Sabiñánigo, dans l'Alto Gállego. Beltrán II et Greida sont les parents de :

- Ferrer II de Leonuza (1150 - après 1212)

.

.

.

.

.

Ferrer II de Leonuza (ca 1150 - après 1212)[modifier | modifier le wikicode]

.

Bataille de Las Navas de Tolosa (1212).

Château d'Escuer Alto, dont la construction par les Lanuza commence en 1123, selon des archives locales (Archives photographiques du gouvernement d'Aragon)[46].

V. Ferrer II de Leonuza (1150 - après 1212) est le quatrième seigneur de Lanuza, Arguisal et Esun de Basa. Il combat à la bataille de Navas de Tolosa, en 1212. Il est juge de la vallée de Tena, comme il est dit dans les archives de Panticosa. Il fait construire un grand manoir avec des tours, et graver sur une pierre un texte sur sa famille, au Casalon de los Lanuzas, à Sallent de Gallego[47], à partir du XIIe siècle. Il épouse doña Luisa, señora de la baronía de Escuer. Ses héritiers ajoutent à leurs ancêtres ceux des Escuer, et adoptent leur blason nobiliaire qui est d'azur à une aile d'argent[48]. Le Castillo de Escuer est une forteresse située à Escuer Alto, à quelques kilomètres du village actuel d'Escuer. Cette forteresse date du XIIe siècle construite par les Lanuza, qui sont déjà une famille importante du Alto Gállego. Escuer est vendue en partie à García de Castellezuelo, le 8 avril 1296, mais les Lanuza ee restent seigneurs majeurs[49].

Ferrer II de Lanuza (ca 1150 - après 1212) et Luisa, baronne de Escuer ont pour enfants :

- Pedro de Lanuza y Escuer (ca 1180 - après 1210), qui suit ;

- Greyda,

- Ferrer

- Beltrán

- et Luis.

.

.

.

.

.

Le Alto Gállego.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES LANUZA APRES LE MARIAGE AVEC UNE BARONNE ESCUER[modifier | modifier le wikicode]

.


Pedro de Lanuza y Escuer (ca 1180 - après 1210)[modifier | modifier le wikicode]

.

Blason de Plasencia.

VI. Pedro de Lanuza y Escuer (ca 1180 - après 1210) vie au début du XIIe siècle. Comme premier-né il est le cinquième seigneur de Lanuza. Il épouse une riche héritière 'une partie de Plasencia de Jalón, provincia de Zaragoza, fief du Somontano qui va rester dans la famille.

Certes à partir du XIVe siècle, les seigneurs principaux sont les comtes de Luna. Cependant en 1429 il passe aux Lanuza.

Comte de Plasencia est un titre de noblesse espagnol, créé en 1611 par le roi Felipe III, en faveur de Pedro Lanuza y Ximénez de Urrea, vicomte de Rueda, vicomte Perellós, Justícia Mayor de Aragón. Le titre est attribué en mémoire de l'ancienne possession de la seigneurie que la famille Lanuza exerce sur Plasencia de Jalon, jusqu'à ce qu'elle en soit dépouillée par Felipe II, qui fait décapiter Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1592), Grand Justicier d'Aragon (1591 - 1592), pour avoir soutenu à Antonio Perez, son secrétaire, se croyant protégé par les Fueros de Aragón, et ne voulant pas être jugé pour le meurtre de El Escorial de Escobedo (secrétaire de Don Juan de Austria). La grandeur de l'Espagne leur est accordée le 18 août 1707 .

Pedro de Lanuza y Escuer et la riche héritière de Plasencia sont les parents de :

- Pedro II de Lanuza (ca 1210 - après 1230).

.

.

.

.

.

Pedro II de Lanuza (ca 1205 - après 1230)[modifier | modifier le wikicode]

.

VII. Pedro II de Lanuza (ca 1210 - après 1230) est peut-être le père de Osset de Lanuza (ca 1230 - après 1270), Gil de Lanuza (ca 1225 - après 1300), et son frère Jaime, mais aussi Pedro Calvo (fl 1262)[50].

.

.

.

.

.

Osset de Lanuza (ca 1230 - après 1270)[modifier | modifier le wikicode]

.

750e anniversaire de l'entrée à Murcie de Jaime d'Aragon.

Peinture murale du château d'Alcañiz qui représente l'entrée de Jaime Ier et ses chevaliers à Valence.

Los Lanuza conquistadores de Valencia y Murcia.

VIII. Osset de Lanuza (ca 1230 - après 1270) est le père de Ferrer III de Lanuza (ca 1270 - après 1327) fils d'Osset de Lanuza, selon Blancas, Pedro Vitales et Latassa[51]. Il est cité dans des documents vers 1250.

On a, à cette époque, deux Lanuza qui se distinguent lors de la Reconquista :

Don Gil de Lanuza (ca 1225 - après 1300), et son frère Jaime, sont des chevaliers venus de la montagne au nord de Jaca. Ils accompagnent Jacques Ier (1268 - 1278) à la conquête de Valence (1232 - 1245), à la tête d'un escadron de cavalerie et d'infanterie[52]. Gil de Lanuza participe à la conquête de la Murcie avec le roi Jacques II le Juste, d'Aragon de 1296 à 1300 où il se distingue par son courage dans les combats contre les Maures[53][54].

Lo escut à cuartells, que mirant estau,
En lo camp de vert un lleó rapant,
E una ala daurada, sobre camp de blau,
Pinta Gil Llanuza, de qui no ignorau
Governaba ell lo escuadró volant,
Que dels Pirinéus, é de sa frontera
Lo ha pogut juntar, é à Murcia el traspasa.
Un germà de aquest duya la senyera
De tota esta gent, cuant en Palomera
Als moros é al lloch cativà é abrasa
E ab vostra llicencia sen tornà à sa casa (Gil Lanuza, capitaine de l'escadron qui s'est rassemblé dans les Pyrénées, et sa frontière, a peint sur son bouclier, divisé en quartiers, un lion rampant d'or sur un champ de sinople, et une aile dorée, sur fond bleu. Passé à Murcie avec sa compagnie, un de ses frères va avec son étalon observer les Moros de Palomera lançant des raids. Ils les capturent et brûlent leur place. Et, revenu heureux, avec la permission du Roi, il rentre chez lui)[55].

.

.

.

.

.

Don Gil de Lanuza (ca 1225 - après 1300), et son frère Jaime, participent à la Reconquista de Valencia et de la Murcia.

.

.

.

.

.

Ferrer III de Lanuza (ca 1270 - après 1337)[modifier | modifier le wikicode]

.

Ferrer III de Lanuza va faire la guerre en Sardaigne en 1323, accompagnant l'Infante Don Alonso.

Ruines du château de Alfocea.

Conseil de nobles présidé par Jaime II d'Aragon.

IX. Ferrer III de Lanuza (ca 1270 - après 1327) possède la baronnie de Escuer et la seigneurie d'Isun de Basa, dans la région de Jaca, à l'époque du règne de Jacques II d'Aragon (1291 - 1327). Il va faire la guerre en Sardaigne en 1323, accompagnant l'Infante Don Alonso[56][57]. Jaime el Justo d'Aragon (1267 - 1327), lui vend en 1327 la seigneurie de Alfocea (de nos jours quartier rural de Saragosse). Le village devient une résidence de la noblesse d'Aragon à partir de cette date. Ferrer III de Lanuza (ca 1270 - ap. 1327) est témoin d'un acte en 1327 à la la demande du Roi[58].

Ce Ferrer a pour enfants :

- Ferrer de Lanuza (ca 1290 - après 1312) est seigneur de Escuer, d'Isun de Basa, Arguilal et autres lieux dans la montagne. En 1357 il défend Saragosse, sur ordre de Pedro IV, à la place de Juan Lopez de Lara contre le Roi Pedro de Castille[59]. Du mariage sont nés :

- Ferrer de Lanuza et Gil de Castro (ca 1395 - 1479), le premier Grand Justicier d'Aragon de la Casa Lanuza.

- Martín

- Pedro de Lanuza.

- Lope de Lanuza (ca 1300 - après 1340), qui suit.

- et Miramunda,

Ils héritent de leur père et de leur oncle[60].


En 1337, Don Blasco Lanuza, Grand Sénéchal d'Aragon, est envoyé par le Roi avec un religieux Sanche d'Ayerbe, rencontrer le Pape pour lui demander une dispense et ne plus voir l'archevêque de Saragosse à sa cour[61].

.

.

.

.

.

Lope de Lanuza (ca 1300 - après 1340)[modifier | modifier le wikicode]

.

Galacián de Tarba, Grand Justicier d'Aragon, est l'auteur d'une version latine des Fueros (fors) de Aragón.

X. Lope de Lanuza (ca 1300 - après 1340) se marie à Urraca Fernández de Tarba, héritière de la puissante famille de Tarba[62], fille de Galacián de Tarba. En 1327, Ce Galician de Tarba obtient l'autorisation de relier certaines maisons et le moulin familial situé à San Nicolás, devant le Puente de Tablas, en ouvrant un autre portail. Ce distingué Aragonais, après avoir exercé de multiples fonctions royales et municipales, est nommé Grand Justicier d'Aragon vers 1348. Son mandat est bref et perturbé par des conflits concernant le privilège de l'Union. À sa mort, il est enterré dans sa paroisse de San Nicolás de Zaragoza. Il est l'auteur d'une version latine des Fueros (fors) de Aragón. Pedro Vitales appelle Urraca Fernández de Tarba Urraca Fernández de Jaraba, justifiant l'incorporation dans la Casa de Lanuza de l'hacienda de Jaraba[63]. Ils sont les parents de :

- Ferrer López de Lanuza Fernández de Tarba (ca 1350 - 1425), qui suit.

- Martin López de Lanuza (ca 1350 - 14??) se fait appeler Galacián de Tarba. Latassa cite ce deuxième Galacian de Tarba le 26 août 1389. Il est marié à Elvira López de Ses. Ils sont les parents de Violante mariée à Álvaro de Garabito, Bayle (intendant) général d'Aragon[64].

.

.

.

.

.

Ferrer López de Lanuza Fernández de Tarba (ca 1350 - 1425)[modifier | modifier le wikicode]

.

Table généalogique de la maison de Lanuza, grands juges d'Aragon et comtes de Plasencia.

XI. Ferrer López de Lanuza Fernández de Tarba (ca 1350 - 1425) est seigneur de Plasencia, de Bardallur, d'Escuer, Arguisal, Essun Bassa, Azailla, le Coscolluela et d'autres fiefs. En 1383 le roi Pedro IV accorde à un Ferrer de Lanuza plusieurs propriétés dans des lieux ayant appartenus aux Luna[65].

Il se marie avec Doña Galaciana Gil de Castro qui a comme dote la maison de Gil Tarm. Elle est une Castro, descendante de Jaime d'Aragon, dit le Conquérant. Elle est peut-être la fille du Baron Felipe III de Castro (1328 - 1354).

Ils sont les parents de :

- Ferrer de Lanuza y Gil de Castro (ca 1395 - 1479), qui suit.

- Martin le grand (ca 1395 -1481) est Bayle général d'Aragon (1439 - 1481) marié à Teresa Ximénez de Gurrea y Cerdán[66], fille de Don Juan de Gurrea et Teresa Ximénez Cerdán[67].

.

.

.

.

. .

.

.

.

.

LES GRANDS JUSTICIERS DE LA CASA DE LANUZA[modifier | modifier le wikicode]

.

Bien que cousins des rois d'Aragon les premiers Lanuza sont des chevaliers mesnaderos.

Juan de Lanuza (au centre) à l'enterrement de Charles Quint.

Les Lanuza sont membres de la noblesse titrée et occupe un haut rang dans la société espagnole. Leur condition initiale de chevaliers mesnaderos aragonais et leur modeste patrimoine originel les contraint à fonder leur stratégie de promotion sociale dans le service aux rois. D'où la présence continue des hommes de la famille en missions diplomatiques, campagnes militaires, surtout depuis le XIVe siècle[68].

Ils obtiennent au siècle suivant leur premier grand succès en soutenant les Comtes d'Urgell Mai c'est leurs charges à la Cour de justice d'Aragon, qui sont sans aucun doute l'instrument qui leur permet de devenir l'uns des principales familles du royaume[69].

La rébellion de 1591 laisse supposer qu'ils ont perdu la faveur de la Couronne et, avec lui, le patrimoine et le contrôle de l'institution susmentionnée, mais huit anse plus tard ils réussissent à récupérer leurs biens et, simultanément, ils trouvent un accès à de nouveaux moyens de promotion sociale[70].

De cette façon, loin de défier l'ordre établi, leurs stratégies de conservation et de promotion de la lignée font des Lanuza d'excellents défenseurs de la structure sociale et politique, fondement de la monarchie hispanique. Ils font partie des pouvoirs intermédiaires très ambitieux qui soustrait la notoriété et certaines positions sociales pertinent à la haute la noblesse - et qui contribue à la consolidation et au maintien des monarchies absolues[71]

.

.

.

.

.

Arbre généalogique de la Casa de Lanuza[72].

.

.

.

.

.

Ferrer de Lanuza y Gil de Castro (ca 1395 - 1479)[modifier | modifier le wikicode]

.

Plan du site d'Azaila (Cabezo de Alcalá, Azaila, Teruel).

Château de Turbena et ermitage roman de San Bartolomé.

Ferrer de Lanuza y Gil de Castro réconcilie en 1460 le Prince Don Carlos de Viana et son père le Roi Juan II d'Aragon (1458 - 1479).

Juan de Lanuza y Pimentel prête serment le 27 octobre 1502 à la Reine Juana et son mari Felipe, archiduc d'Autriche.

XII. Ferrer de Lanuza y Gil de Castro (ca 1395 - 1479) est Seigneur de Azaila (Teruel), Cosculluela, Escuer, Arguisal et Esun de Basa en 1412. Il est un représentant de l'autoritarisme monarchique et occupe des postes importants dans l'administration d'Alphonse V d'Aragon et de son successeur Juan II d'Aragon.

En 1431, le roi Alfonso V (1416 - 1458) vend Bardallur, le château de Turbena et la moitié de Plasencia, confisqués au comte Federico de Luna en 1428, à Mosén Ferrer de Lanuza y Gil de Castro (ca 1395 - 1479)[73].

Ferrer de Lanuza y Gil de Castro est Bayle (intendant) Général d'Aragon (1432 - 1433). Alfonso V le nomme Grand Justicier d'Aragon, le 1er juillet 1439. Il occupe cette fonction jusqu'en décembre 1478. C'est le premier Grand Justicier d'Aragon de la Casa Lanuza.

Il effectue diverses missions diplomatiques en Castille sur ordre d'Alphonse V et de Jeanne II de Catalogne-Aragon (1454 - 1468). Il crée une entente entre le Roi Juan II d'Aragon (1458 - 1479) et son fils le prince Charles, dit de Viane, (1421 - 1461), en 1460.

Le 25 juillet 1457, à Saragosse, Juan II d'Aragon promet solennellement de protéger les fueros (droits et privilèges du Royaume).

Lanuza assiste aux Cortes de 1451 à Alcaniz, à ceux de Saragosse en 1460, puis à Fraga en 1461 et à Calatayud et Saragosse, en 1467.

Ferrer de Lanuza y Gil de Castro (ca 1395 - 1479) est mort en 1479.

Il épouse vers 1430 Inès de Garabito y Lanuza[74].

Ferrer de Lanuza y Gil de Castro (ca 1395 - 1479) et Inès de Garabito y Lanuza sont les parents de :

- Martín le jeune de Lanuza y Garabito (ca 1430 - 1497), qui suit.
- Ferrer de Lanuza et Garabito (ca 1435 - 1507) qui hérite des seigneuries de Azaila et Cosculluela et épouse Marie de Luna y Coscón.
- Juan de Lanuza y Garabito (ca 1435 - 1498), troisième fils, qui hérite d'Escuer, d'Arguisal et d'Isún de Basa. Il prête serment comme Fernando, dit le prince des Asturies, puis comme roi le 28 juin 1479, et en 1481 avec le même Fernando et son épouse la reine Elizabeth au nom du prince Jean, qui est très jeune. Il est Grand Justicier d'Aragon (1479 - 1498)[75], lieutenant général du royaume de Valence (1492 - 1493), le lieutenant général de Catalogne (1493 - 1495) et Vice-roi de Sicile (1495 - 1498) du temps de Fernando II. Il est amiral de la Sicile en 1495. Il épouse Beatriz de Pimentel[76].
Il est père de Juan de Lanuza y Pimentel (1460 - 1507), dit le Mozo, le jeune ou l'aveugle, vice-roi de Sicile. Il succède à son père au poste de Grand Justicier d'Aragon (1498 - 1507), entamant une longue tradition des Lanuza dans la justice aragonaise. La position est devenue de facto héréditaire. Juan de Lanuza y Pimentel prête serment le 27 octobre 1502 à la Reine Juana et son mari Felipe, archiduc d'Autriche[77]. En 1507, à sa mort, il va assumer la fonction de vice-roi de Naples. Il épouse Juana de Rocabertí, avec qui il a une fille, María de Lanuza, mariée à Pedro Martinez de Luna, comte de Morata[78].
- Dianira, qui épouse Pedro de Luna, seigneur d'Illueca[79].

.

.

.

.

.

Bardallur, de nos jours.

.

.

.

.

.

Martín le petit de Lanuza y Garabito (ca 1430 - 1497)[modifier | modifier le wikicode]

.

Ruines du château de Rueda.

Petite tour de la porte des Moros à Céret.

Lettre de Philippe IV a envoyée au comte de Plasencia, alors vice-roi, en 1660.

XIII. Martín le petit de Lanuza y Garabito (ca 1430 - 1497), fils aîné de Ferrer, est seigneur de Plasencia de Jalón, domaine qui est à l'origine du Comté de Plasencia, et Bardallur. Entre 1485 et 1490, c'est Martin de Lanuza et, peu de temps après, les paysans qui se sont entassés. Le monticule où se trouve le château est abandonné, car en 1492, Turbena n'a déjà plus que deux habitants. Le château est situé à un kilomètre de Bardallur. De la route, une piste forestière en bon état mène à l'ermitage roman de San Bartolomé. Martín le petit de Lanuza y Garabito (ca 1430 - 1497) se bat à plusieurs reprises aux côtés du roi Juan II d'Aragon (1398 - 1479) et est célèbre pour avoir lors de la guerre de Catalogne tué vaillamment un lieutenant ennemi qui les a attaqués en présence du souverain. Depuis apparaissent dans les armes de la Casa Lanuza les armes royales.

Martín le jeune de Lanuza y Garabito (ca 1430 - 1497) se marie d'abord avec Beatriu de Bardaixí et plus tard avec Agraïda de Torrelles-Gurrea i de Perellós, dame de Céret et vicomte de Perellós et de Rueda. Il a deux enfants qui forment les deux lignes de la lignée :

- La première branche aragonaise des seigneurs de Plasencia a comme tige Juan de Lanuza y Torrelles-Gurrea, qui suit.
- La branche catalane des seigneurs de Céret (Catalogne) créée par Claudi de Lanuza y Torrelles-Gurrea, Gentilhomme du roi et empereur Carlos I, Baron de Llers, señor de Escaules, de Céret et de Sant Marçal, seigneur de Céret, qui se marie avec Anna de Montbui, héritière de la baronnie de Montbui[80].
Au cours de la vie de leur fils et successeur, Claudi de Lanuza y Montbui, les habitants de Ceret veulent obtenir que Ceret devienne ville royale, mais ils échouent, en raison des efforts du gouverneur de Rosselló Guillem de Senesterra, le mari d’Élisabeth de Lanuza, la soeur de ce Claudi II.
Joseph de Lanuza Montbui Vilarig y Rocabertí Pau (Girona 1623 - 1688), troisième comte de Plasencia, vicomte de Rueda et Perellós succède à la branche ligne aînée. Il est seigneur de Vilarig, et Palol, Baron de Montbui et Llers, Vice-roi de Majorque (1657 - 1663). Ce noble catalan a quatre enfants : Juan de Lanuza y Oms (1636 - 1723), militaire ; Bonaventura de Lanuza i Oms; canon de la cathédrale de Tarragone; Maria, aristocrate et Gertrudis, nonne.
- Jerónimo (1480 - 1550) abbé du monastère San Juan de la Peña.
- Grayda de Lanuza (1480 - 1544) mariée à Hugo de Urries y Ximenez Cerdan, señor de Ayerbe. Ce chevalier de Santiago et de Calatrava, est secrétaire des Rois Catholiques Ferdinand et Carlos I, qui le nommnt d'abord comme un des administrateurs du Collège de Santiago, à Huesca. Il construit avec sa femme Greyda de Lanuza, un somptueux palais, qui existe encore sur la Plaza de la ville de Ayerbe et en 1542 le couvent et l'église de Santo Domingo.

.

.

.

.

.

Somptueux Palais du XVIe siècle à Ayerbe construit par Hugo de Urries y Ximenez Cerdan et son épouse Grayda de Lanuza (1470 - 1544).

.

.

.

.

.

Juan de Lanuza y Torrellas[modifier | modifier le wikicode]

.

Du fait des exploits de Martín le jeune de Lanuza y Garabito (ca 1430 - 1497) la Casa Lanuza reçoit le privilège de mettre les barres aragonaises sur son bouclier.

Tombeau de Juan de Lanuza y Torrellas, Grand Justicier d'Aragon (1507 - 1533), et vice-roi d'Aragon (1520 - 1535), dans l'église Santa Maria Magdalena du château des Calatravos. Alcañiz (Teruel).

Juan de Lanuza et Torrellas (ca 1475 - 1547), dit le Bon, vicomte de Perellós et de Rueda, seigneur de Plasencia et Bardallur et vice-roi d'Aragon (1520 - 1535)[81].

Juan de Lanuza occupe la charge de Grand Justicier d'Aragon de 1507 à 1532 sous les règnes de Fernando II (1479 - 1516), Charles Quint avec sa mère Juana (1516 - 1555). Il est présent au Cortes en 1510, 1519 et 1528 et est également juge dans les royaumes de Naples et de Sicile et ambassadeur en France ou auprès du souverain pontife Paulo II. Ce juge est mort le 27 novembre 1532[82].

Juan de Lanuza et Torrelles (ca 1475 - 1547) s'est marié, en 1522, avec Doña Beatriz de Espés y Fabra (Beatriu d'Espés i Fabra), fille de Don Ramón de Espés, fondateur de la chapelle de Notre-Dame de l'Assomption (San PedroArbués) de La Seo de Zaragoza, seigneur des baronnies d'Espés et d'Alfajarín et du village d'Albalate de Cinca, et de Doña Isabel Fabra, dame de la reine doña Germana[83].

Juan de Lanuza et Torrelles-Gurrea et Beatriz de Espés y Fabra sont les parents de :

- Ferrer de Lanuza y Perellós (après 1522 - 1554) est Grand Justicier d'Aragon (1547 - 1554) et hérite au niveau de ses biens. Il obtient la concession de la mine de métaux précieux et d'autres de pierres précieuses dans la seigneurie de Llo de la Vicomté de Perellós[84].


- Juan Lanuza et de Espes (ca 1525 - 1591) Grand Justicier d'Aragon (1554 - 1591) marié à Catalina Ximénez de Urrea, qui suit.


- Ramón


- Martín, décédé à Milan


- Francisco


- Greyda, épouse du noble valencien Francisco de Borja (Borgia) Llansol de Romaní.


.

.

.

.

.

Juan de Lanuza y Perellós (ca 1525 - 1591)[modifier | modifier le wikicode]

.

La maison des Lanuza à Saragosse[85].

Les troupes royales entrent dans Saragosse.

Antonio Pérez sort de prison le 24 septembre 1591.

Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1592).

Lanuza est le symbole de nos libertés face au totalitarisme.

XIV. Juan de Lanuza y Perellós (1525 - 1591) est surnommé El Viejo ou El Zorro. Il sert comme gentilhomme de la maison du prince Philippe, qu'il accompagne lors de son voyage en Angleterre. Le roi Carlos Ier le nomme Grand Justicier d'Aragon le 16 avril 1554, succédant ainsi à son frère Ferrer de Lanuza y Perellós (après 1522 - 1554). Son mandat dure trente-sept ans, car il débute le 5 juin 1554 et finit en septembre 1591, du fait de son décès. Dans sa dernière année au pouvoir, lors de modifications des fueros d'Aragon, il doit faire face au problème de Antonio Perez, ancien secrétaire du roi Philippe II, qui cherche à exercer le privilège d'être Grand Justicier d'Aragon du fait de l'origine aragonaise de son père. Le 24 mai 1591 il y a une grave altercation à Saragosse par lequel le transfert à la prison de l'Aljafería de Perez est empêché par la populace. Le marquis de Almenara, représentant du roi est tué. Juan de Lanuza y Perellós meurt le 22 septembre 1591, alors que le conflit s'envenimer[86]. Ce Grand Justicier d'Aragon (1554 - 1591) marié à Catalina Ximénez de Urrea est le père de :


- Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1591), surnommé le Jeune ou Lo Mozo est né à Saragosse en 1564. Il a environ 27 ans lorsqu'il prend ses fonctions de Grand Justicier d'Aragon le 22 septembre 1591, à la mort de son père. A la fin du mandat de son père les Fueros d'Aragon sont menacés. Le bas peuple provoque une série d'affrontements car il conteste les institutions aragonaises et veut la mise en place de l'absolutisme royal. Antonio Perez, ancien secrétaire de Felipe II déshonore la roi dans des circonstances toujours pas élucidées. Il est enfermé dans la prison du Grand Justicier d'Aragon. Pour éviter l'obstacle juridique, le roi le dénonce comme hérétique auprès de l'Inquisition, sur laquelle les garanties de la loi aragonaise sont sans effet. Lorsqu'il passer de sa prison à celles de l'Inquisition de violentes émeutes éclatent à Saragosse. Le 24 septembre 1591 a eu lieu un second essai, avec de nouveaux troubles qui permettent à Antonio Perez de s'échapper et de se réfugier en France.

Cela provoqué la colère et la colère du roi d'Espagne, qui envoie des troupes contre l'Aragon, entre 10.000 et 14.000 soldats castillans, commandés par Alonso de Vargas, qui franchit la frontière aragonaise le 8 novembre 1591. Lanuza conteste l'envoi de cette troupe et se met à la tête d'une troupe d'environ 2.000 soldats aragonais. Les deux forces se font face à Utebo début décembre 1591. Les Aragonais se dispersent du fait de la supériorité numérique de l'ennemi et l'occupant castillan entre sans résistance dans Saragosse. Juan de Lanuza Y Urrea (1564 - 1591), après s'être réfugié un mois à Épila, prend la décision courageuse de retourner dans la capitale aragonaise. Il y est arrêté le 19 décembre 1591. Lanuza est détenu dans les cachots du palais de Torrellas avant son exécution. Ce Grand Justicier d'Aragon n'a pas le droit à un procès et l'arrêt d'Alonso de Vargas, commandant des troupes d'occupation, n'est pas respecté. Il est décapité sur la place du marché de Saragosse par ordre personnel de Philippe II le 20 de décembre 1591, 89 jours après sa prise de fonction comme juge suprême du petit royaume. À sa mort, les membres de la Casa Lanuza ne sont plus Grands Justiciers d'Aragon. La corruption est la règle pour les différents monarques[87][88].


- Pedro de Lanuza y Ximénez de Urrea, frère cadet du précédent, qui suit.


- Francisco ;


- María ;


- Ana ;


- Isabel.

.

.

.

.

.

Don Juan de Lanuza au départ pour l'échafaud (1591).

.

.

.

.

.

Pedro de Lanuza y Ximénez de Urrea[modifier | modifier le wikicode]

.

Ancêtres de Pedro de Lanuza Perellós et Urrea, Espes et Tolède, premier comte de Plasencia, Vicomte de Roda, chevalier de Santiago.

XV. Pedro de Lanuza y Ximénez de Urrea, vicomte de Rueda, vicomte Perellós, Justícia Mayor de Aragón, commandant de Mora (Castille), chevalier dans l'ordre de Saint-Jacques. Il est créé par Philip III de Castille, en 1611, Comte de Plasencia, en compensation de l'exécution injuste et illégale de son frère aîné. Il se marie avec María Sanz de Latrás, puis avec Luisa de Silva y Portocarrer. La branche s'éteint lors de la mort (1643) sans descendants du fils de Pedro, Ferrer de Lanuza et de Silva, protonoteur d'Aragon, et le comté de Plasencia et les viscutes de Rueda et Perellós passèrent à la ligne de Céret.

.

.

.

.

.

Ferrer de Lanuza y Silva (1613 - 1643)[modifier | modifier le wikicode]

.

XVI. Ferrer de Lanuza y Silva (1613 - 1643), Comte de Plasencia. Avec lui, la branche aînée de succession s'éteint.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

COMTES DE PLASENCIA[modifier | modifier le wikicode]

.

Joan de Lanuza-Montbui-Vilarig i d'Oms.

Marcos de Herrera Lanuza Mendoza Ramirez de Arellano y Aragon, est aussi Conde de Clavijo.

Les autres comtes après les deux premiers, membres de la branche aînée des Lanuza :

- José de Lanuza et de Rocaberti, troisième Comte de Plasencia.

- Juan de Lanuza et Oms (1636 - 1723) est le fils de José de Lanuza et Rocabertí. C'est un noble espagnol austracista au cours de la guerre de Succession d'Espagne. En 1713, il est un membre de la faction en faveur de la guerre contre le Français Philippe V. Il est quatrième Comte de Plasencia, vicomte de Rueda et Perellós, baron de Montbuy et Llers, et seigneur de Ceret, Escaules, Sant Marcal, Vilaritg, Cistella et Palol. Il est nommé Grande de España par l'archiduc Charles d'Autriche. Son fils est :

- Francesc Joan de Lanuza-Montbui-Vilarig i de Gilabert (mort en 1754) est Comte de Plasencia et militaire (1712). Son fils :

- Juan Antonio de Lanuza et Boxadors, Comte de Plasencia. Il est le second époux de María Joaquina Fernández de Heredia, VIe comtesse de Contamina. La lignée est morte en 1806, mort sans enfant de la fille de ce dernier.

- Maria Helena de Lanuza Montbui y Vilarig Boixadors, septième Comtesse de Plasencia, vicomtesse de Rueda et Perellós et la baronne de Montbui, épouse de 1745 de son cousin Giner Rabassa de Perellós et Lanuza, le troisième marquis de Dosaigües et le comte d'Albatera, à la descendance desquels il laisse son héritage[89]. Avec elle, cette ligne de succession est éteinte.


- Josefa Rabasa de Perellós y Lanuza, Comtesse de Plasencia épouse José Antonio de Marimon y Boil, Marqués de Boil, Marqués de Serdañola, comte de Revilla, Baron de Náquera. Sa petite-fille lui succède, puisque la VIIIe comtesse a pour fils:

- Juan Maria de Marimon et Rabasa-Perellós (1795 - 1842), IXe Marqués de Boil, Marqués de Serdañola, XIIIe comte de Revilla, baron de Náquera, qui épouse Maria Dolores Queri et Peñafiel et sont les parents de :

- Maria Dolores Marimon et Queri, IXe Comtesse de Plasencia, Marquise Serdañola, Marquise Boil, et Revilla, Marquise de Dos Aguas, Baronne Náquera. Grande d'Espagne.

- Marcos Baltasar de Lanuza Mendoza y Arellano Marcos de Lanuza n'hérite que du titre de señorío del palacio de Lanuza. Mais il se marie avec doña Juana Lorenza de Molina Mendoza. Le Roi Don Carlos II (1665 - 1700) lui accorde le titre de Conde de Clavijo, en 1690.

Avec Manuela Saenz de Cortes de Mendoza y Heredia y Latras ils sont les parents de :

- Francisca Javiera de Lanuza Sanz (1685 - 1754), d'abord mariée à Miguel Carlos de Sada y Antillon (1676 - 1741), puis en 1749 à Jerónimo de Baños y Utrera.

.

.

.

.

.

Plasencia de nos jours.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

AUTRES LANUZA[modifier | modifier le wikicode]

.

Martín Bautista de Lanuza (1550 - 1622).

¤ Martín Bautista de Lanuza (1550 - 1622) est fils de Miguel Bautista de Cellan et Catarina de Lanuza. Dès 1581 il est Lieutenant de la justice d'Aragon, nommé par le roi Philippe. Occupant ce poste, il est chargé d'appréhender Antonio Pérez à Calatayud et de le conduire à Saragosse. Ce fait, couplé avec son opposition ouverte au régime des privilèges et immunités, qui règne aux Cortes de Tarazona en 1592, lui vaut sa nomination comme régent du Conseil suprême d'Aragon et Grand Justicier d'Aragon pendant le règne de Philippe II (III de Castille) et au début de celui de Felipe III (IV). En dépit de la haine des Aragonais née du fait de sa participation à la perte des libertés aragonaises, il est loué par plusieurs historiens parce que plusieurs fois il ramollit les ordres stricts du monarque contre les Maures vivant encore en Espagne. Le roi Philippe III qui lui confie plusieurs commissions officielles d'importance notamment l'incorporation du comté de Ribagorza à la Couronne. Il est l'auteur de nombreux ouvrages historiques sur le royaume d'Aragon.


¤ Lorenzo Fernández de Heredia y Lope de Lanuza, fils de Francisco López de Heredia y Martina Lope de Lanuza, alliés avec les premières maisons de Tosos, Calatayud, Calatorao, Burbáguena.... Envoyé en Sardaigne avec la position de Viceroi il est Grand Justicier d'Aragon du 25 avril 1533 à 1547, quand il démissionne pour être Viceroy en Sardaigne, où il meurt en 1556[90].

.

.

.

.

.

Blasco Arnaldo de Bigorra reçoit le fief de Lanuce en concession de sa parente, Gisberge de Bigorre (1014 - 1049), selon le Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía[91], après 1038. Une branche se fixe alors que celle de mes ancêtres Lannux-Lanux retourne de l'autre côté des Pyrénées.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[modifier | modifier le wikicode]

.

  1. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  2. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  3. Gran enciclopèdia catalana, Lanuza
  4. Crónica de la provincia de Zaragoza, Crónica general de España, José Fernando González, MAXTOR : 2003.
  5. Gonzalo Fernández de Oviedo, Batallas y quinquagenas, ed. de Juan Pérez de Tudela y Bueso, Madrid, Real Academia de la Historia, 2000, t. II, diálogo XXVII, p. 96.
  6. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  7. Héraldique en Aragón / Nom actuel: LANUZA
  8. LANUZA
  9. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  10. Jean de Jaurgain. La Vasconie. Étude historique et critique sur les origines du royaume de Navarre, du duché de Gascogne, des comtés de Comminges, d'Aragon, de Foix, de Bigorre, d'Alava et de Biscaye, etc., de la vicomte de Béarn et des grands fiefs du duché de Gascogne. Pau, Garet, 1902.
  11. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  12. Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía, Alberto y Arturo García Carraffa, Mogrobejo Zabala S.l. 1998.
  13. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  14. Foundation for Medieval Genealogy, Comtes de Bigorre
  15. Hispanic-American Dictionary of Heraldry, Onomastics and Genealogy, Alberto et Arturo García Carraffa, Mogrobejo Zabala Sl 1998.
  16. Jean-Justin Monlezun, Histoire de la Gascogne depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Auch, J.-A. Portes, 1846 - 1854]
  17. Foundation for Medieval Genealogy, Comtes de Bigorre
  18. Foundation for Medieval Genealogy, Comtes de Foix
  19. Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía, Alberto y Arturo García Carraffa, Mogrobejo Zabala S.l. 1998.
  20. Geographia historica, de Castilla la Vieja, Aragon, Cathaluña, Navarra, Portugal, y otras provincias: con un catalogo de los Emperadores, y Reyes, que han dominado en España, Pedro Murillo Velarde, Pedro Murillo Velarde, en la oficina de D. Gabriel Ramirez, 1752.
  21. Jean de Jaurgain. La Vasconie, Étude historique et critique sur les origines du royaume de Navarre, du duché de Gascogne, des comtés de Comminges, d'Aragon, de Foix, de Bigorre, d'Alava et de Biscaye... de la vicomte de Béarn et des grands fiefs du duché de Gascogne. Pau, Garet, 1902.
  22. Lanuza
  23. Toponymie générale de la France, Ernest Nègre, Librairie Droz, 1990.
  24. Durán Gudiol, Antonio (1988). Los condados de Aragón y Sobrarbe. Zaragoza: Guara. Editorial. pp. 30-93. ISBN 84-7611-038-3.
  25. Barrau-Dihigo, Lucien (1900). Les origines du royaume de Navarre d’après une théorie récente. Revue Hispanique. Vol 7 (21–22): 141–222.
  26. El trabajo: poema cívico, Fernando de Antón del Olmet, Éditeur C. Bermejo, 1935.
  27. Gran enciclopèdia catalana, Lanuza
  28. Lanuza
  29. Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía, Alberto y Arturo García Carraffa, Mogrobejo Zabala S.l. 1998.
  30. LA SAGA DE LA LANUZA: MESNADEROS LABRIEGOS Y JUSTICIAS OU GENTILHOMBRES
  31. Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía, Alberto y Arturo García Carraffa, Mogrobejo Zabala S.l. 1998.
  32. L'art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes.... Maur Francois Dantine, Ursin Durand, Charles Clemencet, François Clément, Benoit Louis Prevost, Desprez Guillaume. chez G. Desprez, imprimeur ordinaire du roy & du clerge de France, 1770.
  33. Jean de Jaurgain. La Vasconie, Étude historique et critique sur les origines du royaume de Navarre, du duché de Gascogne, des comtés de Comminges, d'Aragon, de Foix, de Bigorre, d'Alava et de Biscaye... de la vicomte de Béarn et des grands fiefs du duché de Gascogne. Pau, Garet, 1902.
  34. Sallent, cabeza de el valle de Tena, sus autiguedades y varones, Leon Benito Marton, Francisco Picarte, 1750.
  35. Buesa Conde Domingo, El rey Sancho Ramírez. Guara, 1978.
  36. L'art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes.... Maur Francois Dantine, Ursin Durand, Charles Clemencet, François Clément, Benoit Louis Prevost, Desprez Guillaume. chez G. Desprez, imprimeur ordinaire du roy & du clerge de France, 1770.
  37. Crónica de la provincia de Zaragoza, Crónica general de España, José Fernando González, MAXTOR : 2003.
  38. Crónica general de España: ó sea Historia ilustrada...
  39. Crónica general de España: ó sea Historia ilustrada...
  40. Dictionnario de apellidos
  41. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  42. LA SAGA DE LA LANUZA: MESNADEROS LABRIEGOS Y JUSTICIAS OU GENTILHOMBRES
  43. Dictionnario de apellidos
  44. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  45. Crónica de la provincia de Zaragoza, Crónica general de España, José Fernando González, MAXTOR : 2003.
  46. Château d'Escuer
  47. Sallent, cabeza de el valle de Tena, sus autiguedades y varones, Leon Benito Marton, Francisco Picarte, 1750.
  48. Crónica de la provincia de Zaragoza, Crónica general de España, José Fernando González, MAXTOR : 2003.
  49. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  50. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  51. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  52. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  53. Héraldique en Aragón / Nom actuel: LANUZA
  54. LANUZA
  55. Trovas de Mossen Jaime Febrer que tratan de los conquistadores de Valencia, Jaime Febrer, Pedro Jose Gelabert, 1848.
  56. Plasencia del Monte, en La Sotonera. Sus infanzones (y 2), Lanuza
  57. Blason de España: libro de oro de su nobleza : reseña genealógica ..., Volume 5, Augusto de Búrgos
  58. Prosopografía de los infanzones de Aragón (1200-1410), Volume 1 de Colección Textos e instrumentaos para la investigación, María Isabel Falcón Pérez, Universidad de Zaragoza, Dep. de Historia, 2003.
  59. Crónica de la provincia de Zaragoza, Crónica general de España, José Fernando González, MAXTOR : 2003.
  60. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  61. Histoire generale d'Espagne, traduite de l'espagnol de Jean de Ferreras: enrichie de notes historiques & critiques, de vignettes en taille-douce, & de cartes géographiques, Volume 5, Juan de Ferreras, Vaquette d'Hermilly. Jacques Clousier, 1751.
  62. Revue historique, Volume 279, Gabriel Monod, Charles Bémont, Sébastien Charléty, Pierre Renouvin, JSTOR (Organization), Librairie G. Baillère, 1988.
  63. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  64. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  65. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  66. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  67. La educación de las personas con sordera: La escuela oralista española, Numéro 43 de Cuadernos del Departamento de Educación Comparada e Historia de la Educación: Serie minor, Manuel López Torrijo, Universitat de València, 2005. ISBN 8437060966, 9788437060965.
  68. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  69. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  70. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  71. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  72. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  73. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  74. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  75. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  76. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  77. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  78. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  79. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  80. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  81. Los Lanuza en la sociedad aragonesa: servicio al rey, linaje y patrimonio
  82. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  83. CAPILLAS Y PANTEONES FAMILIARES DE LA SEO DEL SALVADOR (ZARAGOZA): HERÁLDICA Y GENEALOGÍA
  84. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  85. Justicia de Aragón Lanuza, un linaje de magistrados al servicio del viejo reino
  86. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  87. Héraldique des juges d'Aragon. S. Broto Aparicio - Diario del Altoaragón.
  88. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  89. Gran enciclopèdia catalana, Lanuza
  90. La heráldica de los Justicias de Aragón (3)
  91. Diccionario Hispanoamericano de Heráldica, Onomástica y Genealogía, Alberto y Arturo García Carraffa, Mogrobejo Zabala S.l. 1998.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .