Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

.

.

.

.

.

                                Jean Motet

.

.

.

.

.

Un archer au XVIe siècle est souvent d'origines nobles ou le devient.

Les liens des Mottet avec l'Abbaye de Montmajour remontent au XIe. Son père Claude Mottet, est un Mottet de Tarascon qui s'installe certes à Paris en 1586, mais il y finit ses jours comme moine dans cette abbaye.

Jean Motet est né vers 1570 Tarascon. Il est décédé après 1605 à Mantes.


Jean Motet est le fils de Claude Mottet (1586), un Mottet de Tarascon, qui s'installe à Paris en 1586, mais finit ses jours moine à l'Abbaye de Montmajour (à côté d'Arles et de Tarascon). Avec son fils ils sont les premiers Mottet d'Île-de-France. Cette branche est elle-même à l’origine des Mottet de La Fontaine que l'on retrouve aux Indes françaises et anglaises, puis au Royaume-Uni et en métropole.

Jean Motet devient franc-archer de la ville de Paris, en 1595. Et cela donc peu de temps après que l'édit de 1579 qui crée les compagnies d'ordonnances, déclare que nul ne pourra être archer s'il est noble de race. On est accepté que si sa famille jouit d'une ancienne possession d'état. Ce qui est le cas de la famille Motet/Mottet, dont nous avons une généalogie sur plusieurs siècles.

Jean Motet naît à Tarascon, est franc-archer de la ville de Paris, se marie avec une Gosset, famille que l'on retrouve à Villers-Cotterêts, et Soissons, descendants de Robert Gosset gouverneur de Senlis, franc-archer présent à la Montre d'Amiens le 9 mars 1470, avocat du roi en 1501 : maistre robert gosset, l'un desdits gouverneurs en 1508, selon la Société d'histoire et d'archéologie de Senlis (1894), vieille famille de gens de justice[1]. Un protestant, Gosset, y est présenté comme appartenant à l'une des meilleures et plus anciennes familles de la ville dans l'Histoire ecclésiastique des églises réformées du Royaume de France[2].

Jean Motet est décédé après 1605 certainement à Mantes.


Article détaillé : Les Mottet du XIe au XXIe siècle

Article détaillé : Mottet de Tarascon

Article détaillé : Claude Mottet


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

MARIAGE ET DESCENDANCE[]

.

Les Gosset, l'une des meilleures et plus anciennes familles de la ville sont souvent échevins de Senlis.

Les Jean Gosset, père et grand-père de sa femme et ses sœurs, sont avocats à l'importante maîtrise des eaux et forêts de Villers-Cotterêts.

Nicole de Gosset, son épouse, est l'arrière-grand-tante de Jean Racine.

Nicole de Gosset, son épouse, est aussi la soeur d'une ancêtre d'Antoine de Lavoisier.

Mantes vers 1600.

Jean Motet épouse vers 1600 Nicole de Gosset (1570 - après 1605).

Nicole de Gosset est la soeur d'Anne Gosset (1565 - 1625), qui est l'arrière-grand-mère de Jean Racine. Son mari, Jean Racine, est honorable personne, receveur pour le roi notre sire et Ia reine, tant du domaine et du duché de Valois que des greniers à sel de La Ferté-Milon et de Crépy. Ils ont cinq enfants. Il meurt en 1593, et elle en 1625. L'idée que la noblesse familiale de Jean Racine est ancienne et fondée sur le service militaire a est formulée par Racine à la fin de sa vie. Dans un témoignage de moralité de 1696, le poète a laissé entendre que son père et son grand-père ont porté les armes avant de se voir accorder des charges. Louis Moréri le confirme dans son Grand Dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. Ses armoiries sont peintes sur les vitres de la maison que Jean Racine grand-père fait édifier en 1622.

Nicole de Gosset est aussi la soeur de Marguerite de Gosset (ca 1575 -avant 1642), ancêtre d'Antoine de Lavoisier. Elle est hôtelière à l'hostellerie de l'Ange à Villers-Cotterêts, le centre de réunion des vivandiers et regrattiers ainsi que des meuniers qui viennent à la halle aux blés deux fois la semaine. Son mari, Antoine Lavoisier, est écuyer, chevaucheur des écuries du roi, puis Maître des postes à Villers-Cotterêts.

Elles sont les filles de Jean Gosset (1533 - après 1587), avocat à l'importante maîtrise des eaux et forêts de Villers-Cotterêts, en 1558[3][4]. Jean de Gosset. Ce jurisconsulte de Soissons est, d’après Gonzague, très connu. Ce nom se rencontre ici ou là dans les familles soissonnaises. II y a dans la cathédrale de Soissons les restes d’une pierre tombale où l’on peut lire, sans date, Jean Gosset, licencié... . Son épouse est Anne de Ranis[5].

Nicole de Gosset est la petite-fille de Jean II Gosset (1500 - après 1547), avocat, aux alentours de 1526, à la maîtrise des eaux et forêts de Villers-Cotterêts en 1526, garde de la prévôté de Pierrefonds, échevin de Senlis en 1524/1525. Reconnaissance par Jean Gosset, licencié en droits, avocat aux sièges royaux du bailliage de Valois, demeurant à Crépy-en-Valois, au profit de Nicole Crespin, avocat en Parlement, prévôt de Pierrefonds, d'une créance de 195 l. t., à rembourser à ce dernier au premier août prochain.

Jean II Gosset (1500 - après 1547) est le fils de Jean l'illustre Gosset (1470 - après 1518), marchand, qui fréquente les assemblées municipales dès 1495, échevin de Senlis en 1503 et 1504, dépensier de la ville, échevin et Gouverneur-Atourné de 1517 à 1519. Il se marie avec Anne Rieul, fille d'un Contrôleur des deniers de la ville, riche marchand à Senlis, Échevin de 1513 à 1515. Receveur des Tailles en 1526[6].

Nicole, Anne et Marguerite sont les descendantes de Robert, ancien gouverneur de Villers-Cotterêts, franc-archer présent à la Montre d'Amiens le 9 mars 1470, avocat du roi en 1501. Les Gosset portent : D'azur, à une tige de pois chargée de 3 cosses d'or ; au chef d'argent, chargé d'une aigle de sable, le vol abaissé (Laonnois, Soissonnais), jusqu'au mariage avec Jean Mottet.


Jean Motet et Nicole de Gosset sont les parents de Louis Mottet, qui suit.


Article détaillé : Louis Mottet

Article détaillé : Mottet d'Île-de-France

Article détaillé : Benoît Mottet de La Fontaine

Article détaillé : Mottet de La Fontaine


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Une concorde urbaine: Senlis au temps des réformes, vers 1520 - vers 1580, Thierry Amalou. Presses Universitaires de Limoges et du Limousin (1 juillet 2007). ISBN-10 : 2842874374. ISBN-13 : 978-2842874377.
  2. Histoire ecclésiastique des églises réformées du Royaume de France, de Théodore de Bèze, Gregory Baum, Edvard Cunitz, chez De Graaf, Paru le 01/01/1974.
  3. Jean Racine et sa descendance, Arnaud Chaffanjon. Les Seize impr. M. Brient et Cie (1 janvier 1964) ASIN : B0014XY41S.
  4. article "Racine et sa famille à La Ferté Milon" de Maurice Henriet
  5. FÉDÉRATION DES SOCIÉTÉS D'HISTOIRE DE L'AISNE ET D'ARCHÉOLOGIE MEMOIRES TOME XXXVIII (1993).
  6. Une concorde urbaine: Senlis au temps des réformes, vers 1520 - vers 1580, Thierry Amalou. Presses Universitaires de Limoges et du Limousin (1 juillet 2007). ISBN-10 : 2842874374. ISBN-13 : 978-2842874377.
Advertisement