Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

.

.

.

.

.


                           Jérôme II Herlaut de La Motte

.

.

.

.

.

Projet pour le Grenier à sel, Compiègne. Architecte Claude-Nicolas Ledoux.

Jérôme II Herlaut de La Motte est officier de vénerie et surtout achète des arpents de bois dans les forêts du Valois.

Plan de la forêt de Compiègne.

Jérôme II Herlaut de La Motte est né vers 1665 à Compiègne et décédé en 1746 à Compiègne (paroisse Saint Antoine).


Jérôme II Herlaut de La Motte est un membre de la famille Erlaut-Herlaut[1], beau-frère de l'un des barons fieffés de l'abbaye de Saint-Corneille, Claude-Nicolas Mottet qui hérite de la moitié des terres achetées par Jérôme Herlaut père et au château de La Motte[2].

Jérôme II Herlaut de La Motte est adjudicataire de centaines d'arpents dans les forêts royales ou ecclésiastiques du Valois[3], pour vendre le bois surtout à Paris.

Jérôme II Herlaut de La Motte est coseigneur de La Motte, Champlieu et Donneval, après le décès de son père en 1708. Sa soeur se marie en 1683 avec un membre de la Famille Mottet, donc les Mottet héritent du château de La Motte, modifient leur blason et son les descendants des Herlaut.

Il est Conseiller du Roy en 1698 et devient conseiller élu en l'élection, cité en 1715, nous dit Études locales pour servir à l'histoire de Compiègne, par Arthur Bazin (1900)[4]. Jérôme II Herlaut de La Motte est présent au mariage de son neveu le baron Nicolas Mottet de La Motte en 1723. Il est dit Conseiller du Roi en l’élection de Compiègne et Officier dans les véneries du Roi.

Grenetier au Grenier a sel dudit Compiegne (1699), controlleur au grenier et magasin à sel de Compiègne à sel en 1709 et en 1722[5].


Jérôme II Herlaut de La Motte se marie vers 1690 avec Suzanne Moreau (1668 - 1749), qui possède une maison occupée par M Gaudoy, controlleur des batiments du roi. Elle est la fille d'un marchand de bois à Paris, bourgeois de Paris, intéressé dans les affaires du roi et d'Antoinette de Lavau. Le couple n'a pas d'enfants. Les Moreau, les Mottet et les Remond héritent de leurs biens.


Article détaillé : Famille Rémond


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

SA FAMILLE[]

.


Les Herlaut-Herlau-Erlaut célèbres[]

.

Blason Herlaut-Herlau-Erlaut (d'Hozier).

Blason des premiers Mottet en Île-de-France.

Blason des Mottet d'Île-de-France et des Indes après le mariage Herlaut. La Motte noire correspond au château de La Motte[6].

Jérôme Herlaut de La Motte est un membre de la famille Erlaut-Herlaut[7]. La famille Erlaut-Herlaut est fort ancienne. Nous avons un don par Marie, veuve de Philippe Maillart, par devant Geoffroi, doyen de Beauvais (1229), d'une rente de trois sous sur la maison d'Eude Herlant, sise in deserto belvacensi, à la maison de Saint-Lazare de Beauvais[8].

Les Herlant ou Erlaut, officiers de finance ou de judicature sont nombreux de Charles VII (21 octobre 1422 – 22 juillet 1461) à Charles VIII (30 août 1483 – 7 avril 1498)[9].

A part Antoine Herlaut (ca 1500-1573), Premier confesseur de la Reine Catherine de Médicis et évêque, il faut attendre un siècle pour retrouver des Herlaut illustres.

En février 1683, à Paris (paroisse Saint-Germain de l'Auxerrois), la fille de Jérôme Herlaut de La Motte se marie avec Louis Mottet de La Motte (1651-1733) et est l'ancêtre des Mottet d'Île-de-France et des Indes et leurs descendants.


Article détaillé : famille Erlaut-Herlaut

Article détaillé : Antoine Herlaut

Article détaillé : Henri Herlau (ca 1630 - 1703)

Article détaillé : Jérôme Herlaut de La Motte (ca 1630 - 1708)

Article détaillé : Simon Lourdet

Article détaillé : Nicolas-Jérôme Herlaut

Article détaillé : Famille Mottet

Article détaillé : Louis Mottet de La Motte

Article détaillé : Nicolas Mottet de La Motte

Article détaillé : Benoît Mottet de La Fontaine


.

.

.

.

.

Son père, Jérôme Herlaut de La Motte (ca 1630 - 1708)[]

.

Le château de La Motte (merci à Germain Kouba).

Jérôme Herlaut de La Motte est marguillier de la paroisse Saint Antoine.

Jérôme Herlaut Sieur de La Motte (1683)[10], Herlaud ou Herlant, de la Mothe, père, est né vers 1630 à Compiègne et décédé en 1708, paroisse Saint-Antoine de Compiègne.

Jérôme Herlaut de La Motte est un membre de la famille Erlaut-Herlaut[11]. Jérôme Herlaut est d'abord bourgeois, marchand de bois, seigneur de Donneval.

Dans la paroisse Saint-Antoine de Compiègne Jerosme Herlaut est selon Revue nobiliaire, héraldique et biographique (1862), Etats des privilégiés en 1688 :

conseiller du Boy, controlleur ordinaire des guerres, a acquis cette charge en 1685, est estably en cette ville et estimé riche de cent mil livres et plus[12].

Il porte :

D'or à deux fasces d'azur chargées chacune de trois merlettes d'argent[13].

Etats des privilégiés en 1688.

Les seigneurs de Donneval réunissent les terres d'Orrouy et de Champlieu depuis l'introduction du gouvernement féodal[14]. Le château de La Mothe, ou Motte est bâti au XVIIe siècle avec les ruines de l'ancien manoir de Donneval. Jérôme Herlaut achète, le 18 mai 1683, La Motte, Champlieu, Donneval, avec leurs maisons seigneuriales[15].

Jérôme Herlaut de La Motte est marguillier de la paroisse Saint Antoine. Il n'apprécie pas de ne plus être aux côtés du prêtre à certains moments, comme d'habitude. Cette querelle va durer des années et il va jusqu'à ne plus fournir de registres paroissiaux neufs. Le prêtre fait intervenir des huissiers, puis la justice.

.

.

.

.

.

Son beau-frère, Nicolas Mottet de La Motte[]

.

Son beau-frère, le baron Nicolas Mottet de La Motte (1)[16].

Son beau-frère, le baron Nicolas Mottet de La Motte (2)[17].

Nicolas Mottet de La Motte est officier de vénerie, comme de nombreux membres de sa famille, comme Herlaut.

François Coustant ...

...était à la fois – et le petit-neveu d'un autre bénédictin de son nom né aussi à Compiègne, une des illustrations de la savante congrégation de Saint-Maur, qui en comptait tant, dom Pierre Coustant, l'ancien prieur de Notre-Dame de Nogent-sous-Coucy, le pieux et savant doyen de Saint-Germain des-Prés, au moment de sa mort, en 1721, et le beau-frère de l'un des barons fieffés de l'abbaye de Saint-Corneille, Claude-Nicolas Mottet, seigneur de la Motte, officier de la vénerie du roi, qui avait épousé en 1723, Magdelaine Coustant, et fut enterré avec elle dans l'église de l'abbaye - et aussi l'oncle par alliance d'un des principaux représentants du roi en cette ville, Marie-Jean-François-Hyacinthe Esmangard de Beauval, seigneur de Fresnel, Saint Maurice, Ingénieur ordinaire du roi, Major de la ville de Compiègne en survivance de son père, Lieutenant des chasses de la capitainerie des chasses aussi en survivance, dont il (dom François) célébrait lui-même le mariage en 1764, avec Charlotte-Geneviève-Elisabeth Coustant, fille de son frère aîné, Antoine-François, Conseiller du roi, Avocat au parlement, Maitre particulier de la Maitrise des eaux et forêts de Compiègne[18].

Jérôme Herlaut de La Motte est présent au mariage de son neveu Mottet en 1723, il est dit Conseiller du Roi en l’élection de Compiègne et Officier dans les véneries du Roi. En 1723, son neveu, Nicolas Mottet de La Motte, bourgeois de Paris, a le droit à la moitié des terres achetées par Jérôme Herlaut père. Ses terres rapportent à Nicolas Mottet de La Motte 636 livres en argent, un muid de grains, 36 pigeonneaux, huit chapons, un agneau et 200 gerbes (O1 67 fol 776).

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

SEIGNEUR DE LA MOTTE (1709)[]

.

Champlieu, Donneval, La Motte.

En 1764, dans son Histoire du Duché de Valois, Claude Carlier, écrit :

En 1648, Hugues d’Ay se qualifioit Seigneur de Donnéval, Champlieu & la Mothe. Les Successeurs de Hugues d’Ay ont toujours possédé les trois Fiefs réunis jusqu'à la mort du Sieur Herlau, & ont fixé leur résidence à la Mothe, château qui a été formé des ruines de Donnéval. Du Sieur Herlau, Donnéval & la Mothe font passés à M. Mottet, qui en jouit présentement[19].

Jérôme loue, en 1714, ses terres de Donneval à Denis Charon pour 300 livres et les autres pour 350 livres, quatre chapons et 12 pigeonneaux.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

GRENIER A SEL (1698)[]

.


Le grenier à sel de Compiègne[]

.

Le port de la Palée - le port aux vins[20] - et le chantier naval, en 1680, ont une activité encore importante. Le Grenier a sel est tout d’abord installé sur les quais de l’Oise à proximité du port à vin.

Détail de la façade du grenier à sel.

Hôtel de ville de Compiègne.

Par une charte de Charles VI, le grenier à sel est transféré en 1396 de Noyon à Compiègne. On y trouve l’entrepôt, l’administration et la juridiction de la gabelle, l’impôt sur le sel créé par Philippe VI en 1341. Tout d’abord installé sur les quais de l’Oise à proximité du port à vin, il est déplacé à la fin du XVIIIe siècle. Les travaux, qui s'achèvent en 1784, sont dirigés par Claude Nicolas Ledoux,

Nous savons qu'il est officier du grenier à sel, grenetier (1698), grade en dessous du président :

Messieurs Les presidens Lieutenans Conseillers Du Roy Et Esleu de L’eslection De Compiegne, Suplie humblement hierosme herlant Sieur Delamotte Conseiller du Roy Grenetier au Grenier a sel dudit Compiegne Du fait qu’il a plu a sa Majesté, Le pourvoir de la ditte charge de Conseillier Du Roy Grenetier au Grenier a sel du dit Lieu suivant Les provisions qui lui ont esté expediée Le huit Decembre de l'année mil Six cens quatre vingt dix huit. Et en laquelle charge il a esté recu En la Cour des aides le vingt trois du mesme mois Et Suivant Lacte qui lui y a esté aussi expédié. Et ensuite installé audit Grenier Comme il paroit par l’acte signé de Pronnay et Datte du trois Janvier de l’année derniere mil Six Cens quatre vingt dix neuf, le tout attaché a la presente requeste, Et D’autant que le Supliant de ses vois faire enregistrer en nostre greffe Messieurs ses dittes Lettres de provision. Et acte fait en Consequence il esté Conseillier de vous baillies Laditte presente requeste pour estre sur ce pourvu. A Consideré Messieurs il vous plaise ordonner Ledit Enregistrement estre fait en vostre Greffe pour jouir par le Suppliant des droits privilege et Immunité a lui acordé a cause de laditte charge et office. A signé bien. Herlant H..

Faisans droit sur la presente requeste Et apres avoir ouy le procureur du Roy en Consantant avons ordonnés que lesdittes lettres de provision arrete la fonction En la Cour et arrete l’Installation audit grenier seront regissoit en nostre greffe pour y avoir reconnu quand leur soing est a Jour pour le supliant des droits privileges et attribution fait au bureau de la ditte Election, le vingt deux avril mil Sept Cents. R.Levesque, Poulletier, Coustant, Faroul, Thibault, procureur du Roy.

Jérôme fils est controlleur au grenier et magasin à sel de Compiègne à sel en 1709 et en 1722 avec son frère Sébastien..

.

.

.

.

.

Exemption (1694), puis condamnation (1723) au droit de franc-fiefs[]

.

Le château de La Motte est à Nicolas Mottet de La Motte[21], mais il est exempté de droits car il est baron.

.

Franc-fiefs. Par Edit du mois d'Octobre 1694, portant déſunion de la Juriſdiction des Gabelles du corps des Elections & création d'un nouveau corps de Greniers à ſel, l'exemption du droit de franc-fiefs fut accordée aux pourvus deſdits nouveaux offices. Il en fut encore créé, par Edit du mois de Novembre 1707, avec la même exemption[22].

En 1721, Jérôme doit 2.500 livres car les exonérations des droits de francs-fiefs sur La Motte, Champlieu, Donneval et autres lieux sont supprimés par une loi de 1715.

Mais le Roi ayant, par un Edit du mois d'Avril 1715, révoqué tous les privilèges accordés depuis 1689, il en réſulte que depuis ce temps les Officiers des Greniers à ſel ont dû payer le franc-fiefs des biens nobles qu'ils poſsèdent. C'eſt ſur ce principe que, par Arrêt du Conſeil du 20 Juillet 1723, le ſieur Caron, Procureur du Roi au Grenier à ſel de Crepy, en Valois, & le ſieur Herlant de la Motte, Grenetier au Grenier à ſel de Compiegne, ont été condamnés au droit de franc-fiefs[23].

.

.

.

.

.

Condamnation à payer les droits de franc-fief pour ses biens nobles (1725)[]

.

Extrait de la condamnation de son fils à payer les droits de franc-fief pour ses biens nobles que son père achète en 1683[24].

Jérôme II Herlaut de La Motte, son frère, et son neveu ont l'Office de Grenetier au Grenier à Sel de Compiegne. Cet office leur est contesté.

L'autre façade du château de La Motte.

Nous savons par un arrêt du Conseil, du 30 janvier 1725, que le Sieur Jérôme Herlaut de La Motte fils est condamné a payer les Droits de Franc-Fiefs des Biens Nobles qu'il poffede, aux frais de l'eftimatìon defdits Biens :

Terres & Seigneuries de la Motte, Donneval & Champlieu, fur le Sieur de Travaille, héritier du Sieur Darcy, Seigneur de Vaux, la Motte, Donneval & Champlieu, adjugées le 18. May 1683. au Sieur Herlant, pere dudit Sieur de la Motte ; ensuite de laquelle ensaificement des Seigneurs de Razays & des Etuats, pour ce qui peut relever d'eux des héritages y compris fur quoi le Subdelegué auroit estimé le revenu de la Terre de Champlieu, à la somme de trois cens quatre vingt cinq livres dix huit fols, & celui de la Terre de Donneval, à trois cens cinq livres quatre fols, & à l'égard de la Terre de la Motte, il en auroit furcis l'estimation, jusqu'à ce qu'il ait été décidé si elle est en Fief, fur quoi ledit Basset, auroit observé que le Sieur Herlant de la Motte avoit été taxé au Rolle arresté au Conseil dès le 6 Mars 1717 à la diligence de Charles le Noir, ci-devant chargé du recouvrement des droits de Franc-Fiefs dûs par les Particuliers dont les Annoblissemens, Privilèges & Exemptions, ont été révoquez & supprimez à la somme de deux mille cinq cens livres, pour droits de Franc-Fief de la Terre & Seigneurie de la Motte, à cause de la révocation de l'exemption du droit de Franc Fief qui avoit este attribuée à l'Office de Grenetier au Grenier à Sel de Compiegne, dont il est revêtu, qu'il auroit formé différentes contestations qui auroient donné lieu aux Décisions du Conseil des 17 Aoust 1721 & 4 Juin 1722 & aux Arrests des 20 Juillet & 20 Novembre 1723 qu'au lieu d'obéir aux condamnations qui ont esté prononcées contre lui en connoissanCe de cause, il s'avise de dire pour nouvelle objection, que la Terre de la Motte est en roture; ledit Basset seroit convenu, que dans l'aveu & dénombrement du Fief de Donneval & Champlieu, du 6 Septembre 1586 - rendu au Sieur de Brachet Seigneur de Nery, Gouverneur & Bailiy de Vallois, il est marqué que la Maison de la Motte, Jardins, Terres, Prez & Vignes étoient alors chargez de douze deniers Tournois, de Cens envers ledit Seigneur de Nery, & auroit remarqué que le Propriétaire du Fief de Donneval & Champlieu se nommoit alors René de Brion Seigneur de Nery...[25].

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

ARREST DU CONSEIL D’ÉTAT (14 juin 1723)[]

.

Adjudications de Bois Eccleſiaſtiques.

Qui ordonne que les Adjudicataires et les Notables remettront le prix entier deſdites adjudications ès main du Receveur général. Défend sa Majeſté aux Grands Maitres des Eaux & Forêts, & aux Officiers des Maítrifes, d'en faire de Pareilles à l'avenir, ſous les Peines y portées[26].
Le Roy s'étant fait repreſenter en ſon Conſeil les adjudications de Bois Eccleſiaſtiques faites par le ſieur Rivié, Grand Maître des Eaux & Forêts dans la Generalité de Soiſſons; Sçavoir, dans la Maîtriſe de Noyon, le 17 Novembre 1721 de quarante-deux arpens quinze verges de jeune futaye, reſtant de cent arpens des Bois de Carlepont, dépendans du Chapitre de Noyon, à Hierôme Herlaut de la Motte, Marchand de bois, demeurant à Compiegne, moyennant la ſomme de vingt-ſix mille neuf cens trente-trois livres díx-ſept ſols, outre deux deniers pour livre, & autres charges de la dite adjudication[27].

La forêt de Carlepont est une propriété partagée entre l'évêque de Noyon et le chapitre de la cathédrale.

Nous avons d'Herlaut de La Motte, une lettre sur arrêt ordonnant qu'il lui sera tenu compte de 7.732 livres, 10 sols, un liard sur le prix de son adjudication de chablis de la forêt de Compiègne le 24 avril 1723 (O1 67 fol 776).

.

.

.

.

.

Herlaut achète des lots quarante-deux arpens dans le Bois de Carlepont.

.

.

.

.

.

Louis XV et quelques-uns de ses officiers de vénerie qui sont de la famille des Mottet.

.

.

.

.

. .

.

.

.

.

MARIAGE ET HÉRITIERS[]

.

Entre 1728 et 1762, c'est un avocat, Maître Remond, fils d'une Mottet qui est seigneur du lieu.

Jérôme Herlaut de La Motte de Champlieu se marie avec Suzanne Moreau (1668 - 1749). Elle est la marraine de son neveu, Charles Claude Mottet né le 10 novembre 1723 à Compiègne. Il est baptisé le 10 novembre 1723 à Compiègne. Son parrain, Charles Coustant de Belle-Assise, son grand-père maternel est avocat au parlement, ancien gouverneur attourné de Compiègne… Il décède dès le lendemain de sa naissance, le 11 novembre 1723, à Compiègne.

Suzanne Moreau possède une maison occupée par M Gaudoy, controlleur des batiments du roi.

Le couple n'a pas d'enfants. Les Moreau, les Mottet et les Remond héritent de leurs biens.

Sébastien Herlaut obtient une dispense pour être le grénetier à sel de Compiègne en 1695 (O1 39 fol 298 v°) avec son frère. Il donne sa charge de Conseiller du Roy-Grenetier au grenier à sel - qui juge des différents sur le fait des gabelles - à son fils en 1698. Ce dernier est marié à Jeanne Thérèse de Sabinet, d'une famille noble picarde d'Abbeville qui porte : d'azur, en chef un soleil d'or, en pointe 2 étoiles d'argent[28].

.

.

.

.

. .

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Volume 16, André F. Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Champion, 1859.
  2. Bulletin de Société historique de Compiègne - 1874. Page 378.
  3. Conférence de l'ordonnance de Louis XIV du mois d'août 1669, sur le fait des eaux et forêts,..., de Gallon, Le Gras, Publié 1725.
  4. Études locales pour servir à l'histoire de Compiègne, Bazin, Arthur (1849-19..). Éditeur : H. Lefebvre (Compiègne) : 1900.
  5. Études locales pour servir à l'histoire de Compiègne, Bazin, Arthur (1849-19..). Éditeur : H. Lefebvre (Compiègne) : 1900.
  6. Armorial de la France : 1875, Volume 2, Louis de Magny, Arch. de la Noblesce, 1875.
  7. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Volume 16, André F. Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Champion, 1859.
  8. Enrichissements de la Bibliothèque nationale de 1945 à 1960: dons et acquisitions, Bibliothèque Nationale, 1960.
  9. Annuaire-bulletin de la Société de l'histoire de France : 1932.
  10. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages. Publié 1729
  11. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Volume 16, André F. Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Champion, 1859.
  12. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  13. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  14. Durand Marc. Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique -. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1986. pp. 37-94.
  15. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  16. Bulletin de la Société historique de Compiègne, Volume 2. La Société, 1875.
  17. Bulletin de la Société historique de Compiègne, Volume 2. La Société, 1875.
  18. Bulletin de la Société historique de Compiègne, Volume 2. La Société, 1875.
  19. Histoire du Duché de Valois, Claude Carlier, Juillyn, 1764.
  20. Compiègne, une capitale du négoce de vin (XII°- XV° siècles), par Jean-Pierre Duterne
  21. Histoire du Duché de Valois, Claude Carlier, Juillyn, 1764.
  22. Dictionnaire raisonné des domaines et droits domaniaux, des droits d'échange, & de ceux de contrôle des actes des notaires & sous signatures privées, Volumes 3. G. Bosquet. Édition 2Vatar, 1783.
  23. Dictionnaire raisonné des domaines et droits domaniaux, des droits d'échange, & de ceux de contrôle des actes des notaires & sous signatures privées, Volumes 3. G. Bosquet. Édition Vatar, 1783.
  24. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  25. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  26. Conférence de l'ordonnance de Louis XIV du mois d'août 1669, sur le fait des eaux et forêts,..., de Gallon, Le Gras, Publié 1725.
  27. Conférence de l'ordonnance de Louis XIV du mois d'août 1669, sur le fait des eaux et forêts,..., de Gallon, Le Gras, Publié 1725.
  28. Le cabinet historique de l’Artois et de la Picardie. Abbeville : 1897, 126-33. Cote B.n.F. : 8° Lc19. 1 (8).
Advertisement