Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

.

.

.

.

.

                             Jérôme Herlaut de La Motte

.

.

.

.

.

Le château de La Motte (merci à Germain Kouba).

Jérôme Herlaut de La Motte est marguillier de la paroisse Saint Antoine.

Jérôme Herlaut Sieur de La Motte (1683)[1], Herlaud ou Herlant, de la Mothe, père, est né vers 1630 à Compiègne et décédé en 1708, paroisse Saint-Antoine de Compiègne.


Jérôme Herlaut de La Motte est un membre de la famille Erlaut-Herlaut[2]. Jérôme Herlaut est d'abord bourgeois, marchand de bois, seigneur de Donneval.

Dans la paroisse Saint-Antoine de Compiègne Jerosme Herlaut est selon Revue nobiliaire, héraldique et biographique (1862), Etats des privilégiés en 1688 :

conseiller du Boy, controlleur ordinaire des guerres, a acquis cette charge en 1685, est estably en cette ville et estimé riche de cent mil livres et plus[3].

Il porte :

D'or à deux fasces d'azur chargées chacune de trois merlettes d'argent[4].

Etats des privilégiés en 1688.

Les seigneurs de Doneval réunissent les terres d'Orrouy et de Champlieu depuis l'introduction du gouvernement féodal[5]. Le château de La Mothe, ou Motte est bâti au XVIIe siècle avec les ruines de l'ancien manoir de Donneval.

Jérôme Herlaut achète, le 18 mai 1683, La Motte, Champlieu, Donneval, avec leurs maisons seigneuriales[6].

Jérôme Herlaut de La Motte est marguillier de la paroisse Saint Antoine. Il n'apprécie pas de ne plus être aux côtés du prêtre à certains moments, comme d'habitude. Cette querelle va durer des années et il va jusqu'à ne plus fournir de registres paroissiaux neufs. Le prêtre fait intervenir des huissiers, puis la justice.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

SA FAMILLE[]

.

Blason Herlaut-Herlau-Erlaut (d'Hozier).

Blason des premiers Mottet en Île-de-France.

Blason des Mottet d'Île-de-France et des Indes après le mariage Herlaut. La Motte noire correspond au château de La Motte[7].

Jérôme Herlaut de La Motte est un membre de la famille Erlaut-Herlaut[8].

Les Herlant ou Erlaut, officiers de finance ou de judicature sont nombreux de Charles VII (21 octobre 1422 – 22 juillet 1461) à Charles VIII (30 août 1483 – 7 avril 1498)[9].

A part Antoine Herlaut (ca 1500-1573), Premier confesseur de la Reine Catherine de Médicis et évêque, il faut attendre un siècle pour retrouver des Herlaut illustres.


Article détaillé : famille Erlaut-Herlaut

Article détaillé : Antoine Herlaut

Article détaillé : Henri Herlau (ca 1630 - 1703)

Article détaillé : Simon Lourdet

Article détaillé : Nicolas-Jérôme Herlaut

Article détaillé : Jérôme II Herlaut de La Motte

Article détaillé : Louis Mottet de La Motte

Article détaillé : Nicolas Mottet de La Motte


Jean Herlaut, qui est peut-être son père, possède en 1640 la troisième partie d'une maison, sise dans le ravelin de la porte du Pont, proche le moulin Bocquet. Jean est maître poissonnier à Compiègne. Ses descendants occupent des fonctions importantes, comme leurs ancêtres de la fin du moyen-âge et ont le même blason. C'est le cas - entre autres - de lui, de son frère Henri Herlau, de son neveu Nicolas-Jérôme Herlaut, de son fils Jérôme II Herlaut de La Motte, de son gendre, Louis Mottet de La Motte (1651-1733) ou de son petit-fils Nicolas Mottet de La Motte, sans oublier les Moreau, les Rémond, des peintres et architectes célèbres.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

SEIGNEUR DE LA MOTTE (1683 - 1708)[]

.

Ce 1/3 d'écu en argent vaut une livre. Herlaut est estimé riche de cent mil livres et plus[10].

Les Foucault sont seigneurs de la Motte, Donneval, à Béthisy, et de Champlieu à Orrouy[11], au sud de la forêt de Compiègne,

Messire Antoine de Foucault, chevalier, Maistre de camp, est tué en 1650, et Henri de Foucault l'est en 1673, comme mousquetaire du roi, fils aîné de Mr d’Orrouy.

En 1673, cette famille est sûrement éteinte et ses terres sont d'abord vendues à Nicolas-Jérôme Herlaut, son neveu. Jérôme père achète,le 18 mai 1683, La Motte, Champlieu, Donneval, avec leurs maisons seigneuriales[12].

En 1688 Herlaut est estimé riche de cent mil livres et plus[13]. La livre tornois vaut en 1688 0,619 g d’or pur et équivaut à 15 € de 2002[14], soit 62 kg d'or.

.

.

.

.

.

Ruines de l'ancien manoir de Donneval[]

.

Donneval et Champlieu dépendent un temps de l'abbaye Saint-Crépin-le-Grand.

Champlieu, Donneval, La Motte.

Dans une gorge est un écart nommé Donneval, Donval, Dunval. C'est un lieu tellement ancien que Carlier le considère comme ayant existé avant la venue des romains dans les Gaules. Il pense que les conquérants fortifient cette position, que les préfets de Lètes y font leur résidence, et qu'elle devient plus tard le partage de quelque seigneur franc.

Donneval constitue un fief important dès l'introduction du régime féodal; il comprend les territoires d'Orrouy, de Champlieu et plusieurs autres dépendances. Un certain Claude de la Personne hérite du fief de Champlieu et Donneval de sa mère, Anne de Donneval, d’une famille mal connue mais vraisemblablement établie de toute ancienneté dans la région, qui porte le nom d’un hameau d’Orrouy cité dès le XIVe siècle.

Les seigneurs de Donneval en sont connus jusqu'au milieu du XVIIe siècle, temps auquel ils viennent s’établir à La Motte, dont le château est bâti avec les ruines de l'ancien manoir[15].

Nicolas Mottet de La Motte est aussi seigneur du fief de Donneval, à Orrouy, pas loin de Verberie, au sud de la forêt de Compiègne. On le sait grâce à l'acte de mariage de son fils Louis Melchior Mottet à Rochefort.

La ferme de Donneval fait partie intégrante avant 1789 de la paroisse de Champlieu. 

.

.

.

.

.

Terre et Seigneurie de Champlieu[]

.

L'ancienne église de Champlieu.

Le site gallo-romain de Champlieu.

Entre 1728 et 1762, c'est un avocat, Maître Remond, qui est seigneur du lieu.

Quelques maisons constituent le hameau de Champlieu, isolé sur un plateau limité au nord et à l'est par la forêt de Compiègne, au sud par le ru de Visery et à l'ouest par la vallée de l'Automne. Le paysage construit se limite à une grosse ferme autour de laquelle s'articulent quelques bâtiments utilitaires. Trois maisons d'habitation s'étirent le long d'un chemin goudronné ; il rejoint l'ancienne Chaussée Brunehaut, maintenant asphaltée, servant de liaison entre Béthisy-Saint-Martin et Compiègne par la forêt. C'est à la jonction de ces deux voies que se trouvent l'église de l'ancien prieuré. Un groupe de bâtiments la cerne au sud et à l'ouest. Une grande partie de l'ancien cimetière[16].

Champlieu fait partie, de tout temps, du duché de Valois et relève, pour la juridiction, de la châtellenie de Béthisy-Saint-Pierre. Par la suite, il relève, pour une part, du bailliage de Crépy-en-Valois et, pour l'autre, de la prévôté royale de Verberie rétablie en 1703[17].

Les seigneurs de Donneval réunissent les terres d'Orrouy et de Champlieu depuis l'introduction du gouvernement féodal pour reprendre les termes de Carlier qui demeure imprécis à ce sujet. En 1400, les fiefs de Doneval et de Champlieu sont tenus par un dénommé Jean Blavet. Jean de Doneval, seigneur de Champlieu, apparaît dans un acte de 1527. En 1625, Claude de la Personne est seigneur de Champlieu. entre 1728 et 1762, c'est un avocat, Maître Rémond, qui est seigneur du lieu[18].

Depuis le milieu du règne de Louis XIV, la surface du terrain est présentement aux trois quarts défrichée au profit de l'agriculture et de la Société.

Le Rémond, dont parle Marc Durand Marc, Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique, est Antoine Nicolas Rémond (1713 - 1773), fils d'Anne Mottet et de Nicolas Rémond[19]. Depuis une donation faite par sa mère, fille de Louis Mottet de La Motte (1651-1733), le 6 décembre 1761, il est propriétaire de terres à Champlieu et porte le titre de Seigneur de Champlieu[20]. Il est avocat au Parlement de Paris, domicilié paroisse Saint-Roch, officier de la vénerie du roi. C'est le seul pour lequel on a une preuve de propriété de terres à Champlieu-en-Valois, un acte notarié de donation de la part de sa mère[21].

.

.

.

.

.

Château de La Motte[]

.

Le château de La Motte, construit avec les pierres du manoir de Donneval.

Le château de La Motte est un écart dans la vallée de l'Automne, sur la limite occidentale.

Les Foucault viennent, au milieu du XVIIe siècle, s’établir au château de La Mothe, ou Motte bâti avec les ruines de l'ancien manoir de Donneval.

Ce château de style classique comprend un corps de logis entre deux pavillons légèrement saillants, sur deux étages, dans un parc à la française. Sur la gauche les communs avec un pigeonnier et une orangerie. Il y a sur l'Automne un moulin.

Les bâtiments sont reconstruits vers 1816.

.

.

.

.

.

La vente (1683)[]

.

Extrait de la condamnation de son fils à payer les droits de franc-fief pour ses biens nobles que son père achète en 1683[22].

Jérôme II Herlaut de La Motte, son frère, et son neveu ont l'Office de Grenetier au Grenier à Sel de Compiegne. Cette office leur est contesté.

L'autre façade du château de La Motte.

Nous savons par un arrêt du Conseil, du 30 janvier 1725, que son fils, le Sieur Jérôme II Herlaut de La Motte est condamné a payer les Droits de Franc-Fiefs des Biens Nobles qu'il poffede, aux frais de l'eftimatìon defdits Biens :

'Terres & Seigneuries de la Motte, Donneval & Champlieu, fur le Sieur de Travaille, héritier du Sieur Darcy, Seigneur de Vaux, la Motte, Donneval & Champlieu, adjugées le 18. May 1683. au Sieur Herlant, pere dudit Sieur de la Motte ; ensuite de laquelle ensaificement des Seigneurs de Razays & des Etuats, pour ce qui peut relever d'eux des héritages y compris fur quoi le Subdelegué auroit estimé le revenu de la Terre de Champlieu, à la somme de trois cens quatre vingt cinq livres dix huit fols, & celui de la Terre de Donneval, à trois cens cinq livres quatre fols, & à l'égard de la Terre de la Motte, il en auroit furcis l'estimation, jusqu'à ce qu'il ait été décidé si elle est en Fief, fur quoi ledit Basset, auroit observé que le Sieur Herlant de la Motte avoit été taxé au Rolle arresté au Conseil dès le 6 Mars 1717 à la diligence de Charles le Noir, ci-devant chargé du recouvrement des droits de Franc-Fiefs dûs par les Particuliers dont les Annoblissemens, Privilèges & Exemptions, ont été révoquez & supprimez à la somme de deux mille cinq cens livres, pour droits de Franc-Fief de la Terre & Seigneurie de la Motte, à cause de la révocation de l'exemption du droit de Franc Fief qui avoit este attribuée à l'Office de Grenetier au Grenier à Sel de Compiegne, dont il est revêtu, qu'il auroit formé différentes contestations qui auroient donné lieu aux Décisions du Conseil des 17 Aoust 1721 & 4 Juin 1722 & aux Arrests des 20 Juillet & 20 Novembre 1723 qu'au lieu d'obéir aux condamnations qui ont esté prononcées contre lui en connoissane de cause, il s'avise de dire pour nouvelle objection, que la Terre de la Motte est en roture; ledit Basset seroit convenu, que dans l'aveu & dénombrement du Fief de Donneval & Champlieu, du 6 Septembre 1586 - rendu au Sieur de Brachet Seigneur de Nery, Gouverneur & Bailiy de Vallois, il est marqué que la Maison de la Motte, Jardins, Terres, Prez & Vignes étoient alors chargez de douze deniers Tournois, de Cens envers ledit Seigneur de Nery, & auroit remarqué que le Propriétaire du Fief de Donneval & Champlieu se nommoit alors René de Brion Seigneur de Nery...[23].

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

CONTROLLEUR DES GUERRES (1685 - 1708)[]

.

Herlaut est controlleur ordinaire des guerres.

Paroisse Saint-Antoine de Compiègne Jerosme Herlaut est selon Revue nobiliaire, héraldique et biographique (1862), Etats des privilégiés en 1688 :

conseiller du Boy, controlleur ordinaire des guerres, a acquis cette charge en 1685, est estably en cette ville et estimé riche de cent mil livres et plus[24].

Il porte :

D'or à deux fasces d'azur chargées chacune de trois merlettes d'argent[25].

Etats des privilégiés en 1688.

Le Contrôleur ordinaire des guerres est un Officier du ministère public chargé de porter les ordres du Roi auprès du tribunal de guerre. Cette charge lui permet de prendre le titre d'écuyer.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

MARGUILLIER[]

.

Un marguillier.

Jérôme Herlaut de La Motte est marguillier de la paroisse Saint Antoine. Il n'apprécie pas de ne plus être aux côtés du prêtre à certains moments, comme d'habitude. Cette querelle va durer des années et il va jusqu'à ne plus fournir de registres paroissiaux neufs. Le prêtre fait intervenir des huissiers, puis la justice.

Un marguillier, membre du conseil de fabrique, est un laïc, chargé de la construction et de l'entretien de l'église, de l'administration des biens de la paroisse (terres, locations de terres, écoles, rentes et impôts), de veiller à l'entretien des locaux, de tenir le registre de la paroisse et de préparer les affaires qui doivent être portées au conseil. Les membres de ce conseil sont au nombre de trois : un président, un trésorier, un secrétaire.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

MARIAGE ET DESCENDANCE[]

.


Mariage[]

.

Plan de la forêt de Compiègne. Les Herlaut, les Moreau, les Mottet sont - entre autres - marchands de bois à Paris.

Jérôme Herlaut de La Motte se marie d'abord à une cousine de Guillaume Baron, Sieur du Tiagou, Conseiller du Roy, Subdélégué à Mortagne et à Louis Crosson.

Veuf, en 1671, il se remarie avec Antoinette de Lavaux, veuve de Pierre Moreau, marchand de bois, bourgeois de Paris, intéressé dans les affaires du roi.

Sa belle-fille, Suzanne Moreau, se marie avec l'un de ses fils. Son beau-fils, Pierre Moreau de Champlieu se marie avec la fille de son beau-frère Louis Mottet de La Motte (1651-1733).

.

.

.

.

.

Descendance[]

.

Baron Benoît Mottet de La Fontaine, the last French Governor of Pondicherry[26].

Agathe Mottet-de Rambaud, fille de Louis Melchior Mottet.

Une de ses cousines, la Baroness Clotilde Mottet, épouse Henry II Russell de Swallowfield.

Jerosme Herlaut est le père et l'ancêtre de :

¤ Marguerite Herlaut de La Motte 1667-1735, mariée en février 1683, à Paris, avec Louis Mottet de La Motte (1651-1733), Écuyer, dont :

Antoinette Mottet ca 1683-1754 mariée le 8 novembre 1706 avec Pierre Moreau
Anne Mottet 1690-1762 Mariée en 1712 avec Nicolas Remond (1685 -1725)
Nicolas Mottet de La Motte (1693 - 1768), Sgr de la Motte baron fieffez de l'abbaye royalle Saint Corneille de Compiegne, marié le 4 avril 1723, St Jacques - Compiègne, avec Madeleine Coustant (1705 - 1771). En 1723, son neveu, Mottet, bourgeois de Paris a le droit à la moitié des terres achetées par Jérôme Herlaut père. Ses terres rapportent à Mottet 636 livres en argent, un muid de grains, 36 pigeonneaux, huit chapons, un agneau et 200 gerbes.

Nicolas Mottet est seigneur du fief de La Fontaine, d'ailleurs son fils Benoît Mottet de La Fontaine et ses descendants forment la branche des Mottet de La Fontaine qui figure dans bien des armoriaux ou nobiliaires britanniques :

Louis Melchior Mottet (1735 - 1811)
Benoît Mottet de La Fontaine, Baron,the last French Governor of Pondicherry[27]


¤ Jérôme II Herlaut de La Motte (1665 - 1746), marchand de bois, Seigneur de La Motte, Champlieu et Donneval, Conseiller du Roy, Grenetier au Grenier a sel dudit Compiegne (1699), controlleur au grenier et magasin à sel de Compiègne à sel en 1709 et en 1722, conseiller élu en l'élection cité en 1715[28]. Jérôme II Herlaut de La Motte est présent au mariage de son neveu le baron Nicolas Mottet de La Motte en 1723. Il est dit Conseiller du Roi en l’élection de Compiègne et Officier dans les véneries du Roi. Il se marie avec Suzanne Moreau (1668 - 1749) qui possède une maison occupé par M Gaudoy, controlleur des batiments du roi.


¤ Sébastien Herlaut de La Motte, grenetier à sel de Compiègne en 1695 (O1 39 fol 298 v°) avec son frère, Jérôme II Herlaut de La Motte. Il donne sa charge de Conseiller du Roy-Grenetier au grenier à sel à son fils en 1698.

Arthur Bazin dans ses Etudes locales pour servir à l'Histoire de Compiègne (1900), chez Henry Lefebvre, page 108, indique le mariage en 1739, de Philippe Pierre Herlaut, sieur de La Motte, Donneval et Champlieu, avec Jeanne Thérèse de Sabinet. Celle-ci sera veuve et se remariera quelques années plus tard avec Philippe Cornu de Cancy, Conseiller du Roy, avant 1749.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Arbre généalogique[]

.

Louis Mottet de La Motte (1651-1733)
 x (1683) Marguerite Herlaut (1667-1735), parente de Nicolas-Jérôme Herlaut
 ¦  +-> Anne Mottet (1685-1765)
 ¦     x (1711) Nicolas Rémond (1678-1727)
 ¦     ¦ +-> Anne Catherine Rémond (1712-1786)
 ¦     ¦    x  (1741) Jean-Michel Chevotet (1698-1772)
 ¦     |    ¦+-> Anne Michelle Chevotet (1743-1807)
 ¦     ¦        x (1765) 
 ¦     ¦        +-> Pierre-Jean-Baptiste Chaussard
 ¦     ¦+-> Louise Gabrielle Rémond (1720 - 1804)             
 ¦         x  (1752) Jean Valade (1710 - 1787)
 ¦
 ¦  +-> Antoinette Mottet (1686-1754)
 ¦      x (1706) Pierre II Moreau de Champlieu
 ¦
 ¦ +-> Nicolas Mottet de La Motte (1693-1768), baron        
       x (1723) Madeleine Coustant, fille de Charles Coustant de Belle-Assise.    
       ¦+-> Madeleine Mottet (1724-1808).        
       ¦      x (1757) Louis Segoing, 
       ¦ +-> François Mottet (1728-1808)        
       ¦ +-> Louis Melchior Mottet 
       ¦       x (1763) Jeanne Agathe Le Proux de La Rivière (1735-1811)              
       ¦       ¦ +->  Agathe Mottet-de Rambaud
       ¦       ¦      x  (1785) Benoît de Rambaud (1750-1787)  
       ¦       ¦      ¦ +-> Auguste de Rambaud
       ¦
       ¦ +-> Benoît Mottet de La Fontaine
              x (1787)  Marie Marguerite Villon de Fécamp 
              ¦ +-> Victorine Mottet de La Fontaine                
                   x (1808) John Doveton
              ¦
              ¦ +-> Édouard Mottet de la Fontaine (1795-1884) 
              ¦    x 1828 Georgia Fallowfield (1811-1881)   
              ¦
              ¦ +-> Clotilde Mottet de La Fontaine                
              ¦      x (1816) Henry II Russell de Swallowfield
              ¦      ¦ +->  Charles Russell de Swallowfield
              ¦      ¦
              ¦      ¦ +-> George Russell de Swallowfield
              ¦      ¦      x (1867) Contance Lennox
              ¦      ¦      +-> Marie Clothilde Russell
              ¦      ¦         x (1903) Arthur Ernest Guinness of Iveagh
              ¦      ¦         +-> Aileen Sibell Mary Guinness 
              ¦      ¦            x (1927) Brindsley Sheridan Bushe Plunket
              ¦      ¦            +-> Doon Aileen Plunket 
              ¦      ¦               x James Leveson-Gower, cousin de la Reine
              ¦ 
              ¦ +-> Adolphe Mottet de La Fontaine                       
                      x  (1829) Élisabeth de Warren                        
                      ¦ +-> Claire Mottet de La Fontaine
                      ¦      x (1869) Prosper d’Épinay
                             +-> Marie Mauricia d’Épinay                       
                             +-> Georges d’Épinay.

Louis XV et quelques-uns de ses officiers de vénerie.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages. Publié 1729
  2. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Volume 16, André F. Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Champion, 1859.
  3. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  4. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  5. Durand Marc. Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique -. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1986. pp. 37-94.
  6. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  7. Armorial de la France : 1875, Volume 2, Louis de Magny, Arch. de la Noblesce, 1875.
  8. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Volume 16, André F. Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Champion, 1859.
  9. Annuaire-bulletin de la Société de l'histoire de France : 1932.
  10. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  11. Durand Marc. Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique -. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1986. pp. 37-94.
  12. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  13. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  14. Frédéric Tiberghien, Versailles, le chantier de Louis XIV, p. 12, Paris, Perrin, 2002, ISBN 9782262019266
  15. Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Louis Graves, 1843.
  16. Durand Marc. Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique -. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1986. pp. 37-94.
  17. Durand Marc. Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique -. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1986. pp. 37-94.
  18. Durand Marc. Le terroir médiéval de Champlieu - contribution archéologique -. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1986. pp. 37-94.
  19. Chevotet, Contant, Chaussard: un cabinet d'architectes au Siècle des lumières, Collection "Patrimoine", Œil & la main, ISSN 0766-1436, Jean-Louis Baritou, D. Foussard, La Manufacture, 1987.
  20. Actes notariés, archives familiales de Frédéric Brémard.
  21. 6 déc 1761 Maître Doyen notaire au Chatelet de Paris (Archives familiales)
  22. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  23. Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent concernant les droits d'amortissemens, franc-fiefs, nouveaux acquests et usages Publié 1729
  24. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  25. Revue nobiliaire, héraldique et biographique..., Éditeur J.B. Dumoulin. 1862.
  26. The Berkshire Archæological Journal, Volumes 41 à 44, Bradley & Son, 1937, p.132.
  27. The Berkshire Archæological Journal, Volumes 41 à 44, Bradley & Son, 1937, p.132.
  28. Études locales pour servir à l'histoire de Compiègne, Arthur Bazin... (1900).
Advertisement