Faucon crécerelle




Belgique 1972. FDC : Faucon crécerelle réserve naturelle du Zwin Knokke.

Faucon crécerelle.

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est une petite espèce d'oiseaux de proie agiles de la famille des Falconidae (falconidés).


C'est le faucon le plus commun en Europe centrale, avec la buse variable et le milan noir, mais aussi dans toute l'Europe, l'Afrique et l'Asie[1]. En Grande-Bretagne, où aucune autre espèce de crécerelle n'est présente, on l'appelle généralement simplement la crécerelle[2]. Cette espèce est présente dans une large gamme. Il est répandu en Europe, en Asie et en Afrique, et en Amérique on trouve la Crécerelle américaine. Il a colonisé quelques îles océaniques, mais les individus vagabonds sont généralement rares; dans toute la Micronésie, par exemple, l'espèce n'a été enregistrée que deux fois à Guam et à Saipan dans les Mariannes.

Ce faucon est de couleur brun clair tacheté de noir[3].

Beaucoup de gens sont familiers avec la crécerelle, car elle a également conquis les villes comme habitat et peut souvent être observée pendant un vol agité. C'est un oiseau diurne.

Distribution des Faucons crécerelle.

NOM[modifier | modifier le wikicode]

.

Le logo du Conseil général de l'Indre représente un émouchet, petit rapace typique du département, en vol en Saint-Esprit.

Faucon crécerelle -Falco tinnunculus.

Faucon crécerelle américain.

Ses noms vernaculaires sont effectivement émouchet[4], crécelle ou encore criblette (nom encore utilisé dans le canton de Vaud en Suisse romande), sarcelle dans le Berry et épervier des alouettes[5].

Dans les environs de Paris, on donne aussi à la crécerelle et particulièrement à la femelle, le nom d'émouchet. Dans beaucoup de contrées, on fait, du reste, une étrange erreur, en considérant le mâle et la femelle comme deux oiseaux différents. Brisson a appelé la crécerelle épervier des alouettes. Les habitants de la Sologne connaissent cet oiseau sous le nom de mezy ; ceux de la Champagne l'ont baptisé ralier; en Touraine, c'est le pitriou ; en Poitou et en Anjou, il est connu sous le nom de pitri, et en Beauce, sous celui de preneur de mulots[6].

Le terme crécerelle est un nom vernaculaire qui ne correspond pas à un taxon biologique exact. Leur nom leur vient de leur cri qui rappelle le son de la crécelle[7].

Le mot faucon vient du latin Falco qui signifie faucon, lui même dérive du mot falx qui signifie la faux, par allusion à la forme des ailes falciformes des faucons, longues, étroites et pointues[8].

Le nom de type scientifique (latin tinnunculus, "sonner" ou "sonner") indique l’appel de la crécerelle, qui rappelle un ti, ti, ti, ti et varie en ton et en rapidité d’appel selon la situation.

Kestrel est un terme anglophone qui désigne la plupart des oiseaux appelés crécerelle en français. En allemand Kestrel ce terme indique que les crécerelles utilisent également des structures humaines comme lieux de reproduction, préférant nicher dans les régions les plus élevées.

En plus du terme Kestrel, il existe un certain nombre d'autres noms triviaux qui diffèrent d'une région à l'autre. Leurs noms indiquent leurs lieux résidences préférés parmi les établissements humains : Faucon de mur, de cathédrale ou d'église... Contrairement aux faucons pèlerins les pigeons font rarement partie des espèces d'oiseaux capturés par lui, car ils sont trop gros pour lui en tant que proie.

Un Faucon crécerelle en vol en Saint-Esprit.

APPARENCE[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucon crécerelle femelle. Cet Oiseau a environ 14 pouces.

Faucon crécerelle. Pologne Carte maximum.

Dans beaucoup de contrées, on fait, du reste, une étrange erreur, en considérant le mâle et la femelle comme deux oiseaux différents[9].

Ses yeux sont noirs. La femelle a la tête et le corps moucheté et une queue rousse avec raies noires. Le mâle a la tête et la queue gris ardoise avec un trait de moustache noire sous les yeux. Chez les deux sexes, la partie terminale de la queue est noire.

Les crécerelles présentent dans leur plumage un dimorphisme sexuel prononcé. La coloration de la tête est la caractéristique la plus frappante entre les crécerelles mâles et femelles. Chez les mâles, la tête est grise, tandis que les femelles sont uniformément brun rougeâtre. Les mâles ont aussi de petites taches noires et partiellement en forme de losange sur leur dos brun rougeâtre. Les plafonds supérieurs de la queue ainsi que les plumes du dos et de la queue sont également gris clair. Le bout a une bande noire distincte avec un ourlet blanc. Le dessous est de couleur crème claire et seulement tacheté ou rayé légèrement brunâtre. Le bas de l'abdomen et les couvertures des ailes sont presque blanches.

La femelle adulte est entourée de noir dans le dos. Contrairement au mâle, l'impact est brun et montre également plusieurs bandes horizontales et un pansement transparent. Le dessous est plus foncé que le mâle et a une tache plus forte. Les jeunes oiseaux ressemblent aux femelles par leur plumage. Cependant, leurs ailes sont plus arrondies et plus courtes que celles des crécerelles adultes. De plus, les extrémités des ailes ont des ourlets plus brillants. La peau et le cercle oculaire de la cire, qui sont jaunes chez les oiseaux adultes, vont du bleu clair au jaune verdâtre chez les jeunes oiseaux.

Chez les deux sexes, la queue est arrondie, les plumes externes de la queue étant plus courtes que celles du milieu. Chez les oiseaux adultes, les extrémités des ailes atteignent la queue. Les pattes sont jaune vif, les griffes noires.

Faucons crécerelle.

PHYSIQUE[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucons crécerelle.

La taille et l'envergure du corps varient énormément selon les sous-espèces et les individus. Dans la sous-espèce Falco tinnunculus tinnunculus, représentée en Europe, les mâles atteignent en moyenne une longueur de corps de 34,5 centimètres et les femelles de 36 centimètres (31 à 38 cm). L'envergure du mâle est d'environ 75 centimètres en moyenne et de 76 centimètres chez les plus grandes femelles (de 69 à 82 cm).

Les mâles normalement nourris pèsent en moyenne environ 200 grammes et les femelles pèsent en moyenne environ 20 grammes de plus (de 136 à 320 grammes). Bien que les mâles aient un poids généralement constant tout au long de l'année, les femelles varient considérablement: elles sont les plus lourdes pendant la période de ponte, alors que même les femelles normalement nourries peuvent peser plus de 300 grammes. Le poids des femelles et leur succès de reproduction sont positivement corrélés : les femelles lourdes ont des œufs plus gros et réussissent mieux à élever leurs petits.

La Crécerelle des Seychelles : le couple, le nid avec des œufs, un jeune et un adulte, trois jeunes près pour l'envol.

VOL[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucon crécerelle plongeant vers sa proie.

Le Faucon crécerelle est bien reconnaissable lors de son vol caractéristique. Il bat des ailes rapidement, en intercalant des planés, des virages et des descentes subites. Les ailes longues et pointues, en forme de faux, et la queue longue, lui permettent un vol rapide et puissant. Il l'utilise pour la recherche de proies. Il s'arrête à une altitude de 10 à 20 mètres et cherche une proie convenable. Le battement des ailes est rapide, la queue généralement large et légèrement courbée. Quand il voie une proie potentielle, comme un campagnol, il plonge vers elle et il ralentit juste avant le sol.

L’approche rapide de son territoire de chasse, le vol de fond, se caractérise par un battement d’aile rapide et quelque peu précipité. Par vent favorable ou à l'approche d'une proie, il peut également planer.

Un Faucon crécerelle en vol.

VOCALISATIONS[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucon crécerelle cri.

Faucon_Crécerelle_-_vol_&_chant

Faucon Crécerelle - vol & chant

Des études ont montré que les femelles peuvent différencier onze mâles grâce à neuf vocalisations différentes. Les appels peuvent être subdivisés en quelques modèles de base dont le volume, la hauteur et la fréquence varient en fonction de la situation. La femelle et le mâle varient, entre autres, l'appel de mendicité des oiseaux juvéniles, également appelé Lahnen. En particulier, les femelles peuvent être entendues pendant les parades ou lorsqu'elles demandent de la nourriture à leurs mâles pendant la saison de reproduction.

Le ti, ti, ti, que certains auteurs appellent également kikiki, est un son d'excitation, en particulier lorsque les oiseaux sont dérangés par le nid. Des variantes de cet appel surviennent peu de temps avant que le mâle ramène une proie au nid.

Les vocalisations de la crécerelle sont audibles sur le site Web externe suivant : Le petit cri du Faucon crécerelle.

Le cri des des Faucons crécerelle varie suivant l'âge, le sexe et les motifs du message.

DISTRIBUTION[modifier | modifier le wikicode]

.

Au niveau des Amériques vit le Faucon crécerelle américain. En Indonésie les Faucons crécerelle sont rares.

Le Faucon crécerelle s'est propagé du Vieux Monde dans toute l'Europe, l'Asie et l'Afrique et donc dans presque toutes les zones climatiques du Paléarctique, à l'Ethiopie, l'Orient, et même les régions peuplées. On le trouve néanmoins surtout en plaine.

C'est seulement à la fin août que commence la véritable migration d'automne, qui culmine en septembre en région méditerranéenne. L'espèce n'est observée qu'en petit nombre aux lieux de passages maritimes : détroits de Gibraltar et de Messine (Italie). Le faucon crécerelle est probablement capable de traverser la mer méditerranée comme le laissent penser sa nidification en Sardaigne et quelques observations réalisées en mer[10].

Dans sa vaste zone de distribution, un certain nombre de sous-espèces sont décrites, ce nombre varie en fonction de l'auteur.

Evolution[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucons crécerelle en Asie à la préhistoire.

Ulna gauche en vue crânienne et tarsométatarse gauche en vue dorsale. Falco tinnunculus atavus (1, 3) et femelle moderne de Falco tinnunculus (2, 4). Le spécimen de fossile est beaucoup plus grand et plus robuste qu'une grande femelle moderne.

Les restes d'oiseaux, qui étaient vraisemblablement les ancêtres directs des Falco tinnunculus vivants actuellement, des tinnunculus (et peut-être d'autres sous-espèces) sont présents dans les régions d'Europe non glacées, depuis le Pliocène supérieur (ELMA Villanyian / ICS Piacenzian, MN16) il y a environ 3 millions d'années jusqu'au Pléistocène moyen.

Cette espèce fait partie d’un clade qui contient l’espèce de crécerelle à rayures malaires noires, caractéristique qui n’était apparemment pas présente dans les crécerelles les plus ancestraux. Ils semblent avoir rayonné dans le Gélasien (Pliocène supérieur, environ 2,5–2 ma), commençant probablement en Afrique tropicale orientale, comme indiqué par l'analyse des données de la séquence du cytochrome b de l'ADN mt et par les considérations de la biogéographie. La crécerelle nankeen ou australienne (Falco cenchroides), qui provient probablement d'anciennes espèces de crécerelles communes qui se sont établies en Australie et se sont adaptées aux conditions locales il y a moins d'un million d'années, au cours du Pléistocène moyen[11].

La glaciation saalienne, qui s’est terminée il y a environ 130.000 ans, a finalement cédé la place à des oiseaux indiscernables de ceux qui vivent aujourd’hui. Certains des campagnols que mangeaient le crécerelle à l'âge de glace, tels que le campagnol des pins (Microtus subterraneus), étaient proches de ceux qui sont encore vivants. D'autres espèces de proies de cette époque ont évolué plus rapidement, tandis que d'autres semblent encore s'être complètement éteintes sans laisser de descendants vivants, par exemple Pliomys lenki, victime de la glaciation de Weichsel il y a environ 100.000 ans.

Les crécerelles communes de l'Europe vivant pendant les périodes froides de la glaciation du Quaternaire diffèrent légèrement de la taille de la population actuelle. On les désigne parfois sous le nom de paléo-sous-espèces Falco tinnunculus atavus.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucon crécerelle. Gibraltar.

Falco tinnunculus tinnunculus Linnaeus (Alderney).

Falco tinnunculus canariensis sur la Grande Canarie.

Falco tinnunculus archeri (Neumann). Bophuthatswana.

Falco tinnunculus. Corée du Nord.

Falco tinnunculus. Chine.

Un certain nombre de sous-espèces de la crécerelle commune sont connues, bien que certaines soient à peine distinctes et puissent être invalides. La plupart d'entre eux diffèrent peu et principalement conformément aux règles de Bergmann et de Gloger. Les formes africaines tropicales ont moins de gris dans le plumage masculin[12].

La classification suivante des sous-espèces suit essentiellement Piechocki (1991) :

Falco tinnunculus tinnunculus. (Linnaeus, 1758) est la forme nominale, qui habite les Zones tempérées d’Europe, d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie au nord des chaînes de montagnes Hindu Kush - Himalaya jusqu’à la mer du Nord- Ouest d’Okhotsk. Les populations d'Asie du Nord migrent vers le sud en hiver, ne traversant apparemment pas l'Himalaya mais se déplaçant vers l'ouest. Leur zone de reproduction s'étend en Europe de 68° Nord en Scandinavie et 61° N en Russie, en passant par les îles de la Méditerranée et l’Afrique du Nord. Ce Faucon est également courant dans les îles britanniques.
Falco tinnunculus alexandri Bourne, 1955 est situé dans les îles du sud du Cap Vert.
Falco tinnunculus neglectus (Schlegel, 1873) est présent au nord des îles du Cap-Vert. Les deux sous-espèces sont plus colorées que la forme nominale et se caractérisent par une taille d'aile plus petite.
Falco tinnunculus canariensis (Koenig, AF, 1890) habite les îles Canaries occidentales et se rencontre également à Madère. Falco tinnunculus dacotiae vit à l'est des îles Canaries.
Falco tinnunculus rupicolaeformis (Brehm, CL, 1855) se rencontre depuis l’Égypte et le nord du Soudan jusqu’à la péninsule arabique, sauf dans le désert.
Falco tinnunculus interstinctus (McClelland, 1840), des oiseaux sombres fortement marqués et une phase rouge renardée, mais non identifiée de manière fiable sur le terrain. La race se reproduit en Asie de l’Est, du Tibet à la Corée et au Japon, en Inde du Sud. Hivers au sud de son aire de reproduction, du nord-est de l’Inde jusqu'aux Philippines (où il est localisé, par exemple depuis Mindanao, il n’existe que deux enregistrements).
Falco tinnunculus rufescens (Swainson, 1837), habite le Sahel, l'est de l'Ethiopie, au sud du bassin du Congo jusqu'au sud de la Tanzanie et au nord-est de l'Angola.
Falco tinnunculus archeri (Hartert E, & Neumann, 1932) est présent en Somalie et sur la côte sud du Kenya. Somalie, et Socotra.
Falco tinnunculus rupicolus (Daudin, 1800), se propage de l’Angola dans une direction est vers la Tanzanie et vers le sud jusqu’au Cap. Aujourd'hui, il est répertorié comme une espèce de Falco rupicolus. La crécerelle des rochers (Falco rupicolus), qui était auparavant considérée comme une sous-espèce, est maintenant traitée comme une espèce distincte.
Falco tinnunculus objurgatus (Baker, ECS, 1927) est présent dans le sud et l'ouest de l'Inde, ainsi qu'au Sri Lanka, Nilgiris et Eastern Ghats of India. Fortement marqué, a les cuisses rousses avec la tête gris foncé chez les mâles.


Le Comité ornithologique international distingue en outre le :

Falco tinnunculus perpallidus (Clark, AH, 1907) est présent dans le nord-est de la Sibérie via le nord - est de la Chine et la Corée.
Falco tinnunculus dacotiae (Hartert, E, 1913) est commun aux îles Canaries.


La petite crécerelle (Falco naumanni), qui ressemble beaucoup à une petite crécerelle commune sans noir sur le dessus, sauf les extrémités des ailes et de la queue, n'est probablement pas très proche de l'espèce actuelle, et la crécelle américaine (Falco sparverius) n'est apparemment pas une vraie crécerelle[13]. Les deux espèces ont beaucoup de gris dans les ailes chez les mâles, ce qui ne se produit pas chez le crécerelle commun ou ses proches parents vivants, mais chez presque tous les autres faucons.

Aires d'hivernage[modifier | modifier le wikicode]

.

Falco tinnunculus : carte de gamme : jaune = été et vert = toute l'année.

Les Faucons crécerelle ne sont pas présent en Russie durant l'hiver, sauf en Crimée et au Caucase.

Les Faucons crécerelle de la Belarus migrent vers le sud de l'Europe pour y passer l'hiver.

Avec l'aide de la Vogelberingung, le comportement migratoire des crécerelles a été en grande partie déchiffré. En raison de nombreux bagages on peut connaître les deux lieux de séjour des crécerelles qui sont parfois des oiseaux migrateurs. Leur comportement migratoire est en grande partie déterminé par les réserves de nourriture disponibles dans leurs zones de reproduction respectives.

Les faucons crécelle qui se reproduisent en Scandinavie ou dans la Baltique se déplacent généralement vers le sud de l'Europe pour y passer l'hiver. Les années où il y a une offre alimentaire abondante, des crécerelles sont observées dans le sud-ouest de la Finlande, y hivernant, ainsi que des buses. Les oiseaux du sud de la Suède hivernent principalement en Pologne, en Allemagne, en Belgique et dans le nord de la France. Des études détaillées ont montré que, dans le centre de la Suède, les oiseaux nicheurs migrent en Espagne et parfois même en Afrique du Nord.

Les oiseaux nicheurs d’Allemagne, des Pays-Bas et de Belgique ne migrent pas. Seuls quelques individus entreprennent de longues randonnées et passent l'hiver dans les régions où vivent les oiseaux nicheurs de Scandinavie. Les oiseaux nicheurs en Asie du Nord et en Europe de l’Est se déplacent vers le sud-ouest, les plus jeunes se déplaçant manifestement plus loin. En plus de l'Europe méridionale, sa zone d'hivernage comprend l'Afrique, où elle se rend dans des régions où commence la forêt tropicale humide. Les oiseaux qui se reproduisent dans la partie européenne de la Russie utilisent également la Méditerranée orientale pour hiverner.

Les zones d'hivernage des populations asiatiques vont de la région Caspienne et du sud de l'Asie centrale à l'Irak et au nord de l'Iran. La partie nord du centre de l'Inde en fait partie. De plus, pour les populations asiatiques, les oiseaux ne migrent pas si leur habitat leur offre également suffisamment de proies pendant l'hiver.

Les migrations et l’hivernage représentent sept mois de la vie du faucon crécerelle. Jusqu’à récemment, il existait très peu d’informations sur la biologie et l’écologie du Faucon crécerelle durant cette période. L’émergence à partir de 2003 de stationnements post-nuptiaux dans le sud de la France et la découverte en 2007 d’une importante zone d’hivernage au Sénégal ont totalement modifié notre perception des migrations et de l’hivernage de la population d’Europe de l’ouest. De plus, le progrès technique a permis d’équiper les Faucons crécerelle de petites balises dans plusieurs pays européens (Espagne et Portugal) afin de suivre leurs migrations jusque dans leurs quartiers d’hivernage africains[14].

La dispersion postnuptiale[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucon crécerelle : mâles et femelles.

Offrande du mâle à la femelle.

Depuis 2003, des rassemblements de Faucons crécerelles stationnent dans divers départements du sud de la France du début août à la fin septembre. C'est un phénomène connu en Espagne où ces regroupements de juvéniles sont généralement observés à de plus hautes latitudes et altitudes que celles du site de naissance. Le fait que cela se produise en France depuis quatre ans est probablement lié à l'évolution positive des effectifs en Espagne et au Portugal et plus particulièrement, dans le nord de l'Espagne où les effectifs des populations de Catalogne et de la vallée de l’Ebre ont fortement augmenté depuis quelques années. Ce phénomène pourrait être également lié à la disponibilité des ressources alimentaires. En effet, les faucons pourraient être conduits à rechercher des zones d’alimentation plus au nord lorsque les ressources trophiques sont insuffisantes en Espagne[15].

La principale hypothèse pour expliquer ce phénomène de regroupement est la recherche de sites présentant de fortes densités de proies (principalement des orthoptères). On sait, en effet, que les milieux d'altitude présentent des pics de densités de criquets et de sauterelles plus tardifs. Ce phénomène a probablement aussi un rôle social avec l'apprentissage des techniques de chasse grégaire pour les jeunes oiseaux, comportements qui leur serviront durant toute la période hivernale en Afrique de l'ouest où les oiseaux adoptent des comportements similaires (formation de dortoirs et activités de chasse en groupe)[16].

Ces mouvements post-nuptiaux entraînent parfois certains individus dans des lieux situés très au nord de leurs sites de naissance ou de nidification. En Espagne les juvéniles se dispersent principalement en direction du nord à une distance moyenne de 210 kilomètres. Cette distance peut parfois être beaucoup plus élevée puisque des individus juvéniles portugais ont été observé dans le sud de la France à 1.250 kilomètres de leur lieu de naissance, un mois après leur envol[17].

Faucon crécerelle. Espagne.

COMPORTEMENT[modifier | modifier le wikicode]

.

Faucons crécerelles et Hérons garde-bœufs en chasse à Khelkom / Sénégal - Photo Philippe Pilard.

D'après Buffon, le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) nichait déjà sur les bâtiments parisiens de son temps.

Faucon crécerelle au bord de la mer.

Dans les parties tempérées fraîches de son aire de répartition, le crécerelle migre vers le sud en hiver; sinon, il est sédentaire, bien que les jeunes puissent se promener à la recherche d’un bon endroit pour s’installer à l’âge de maturité.

Les crécerelles ne suivent pas les routes de migration traditionnelles et volent principalement individuellement. Ainsi, parmi les 210.000 oiseaux de proie et espèces ressemblant à des faucons dans le détroit de Gibraltar en 1973, près de 121.000 buses ont été signalées, mais seulement 1.237 crécerelles. Ce chiffre montre, d’une part, que les oiseaux qui sont si communs en Europe centrale n’hivernent que peu en Afrique et, d’autre part, qu’ils traversent la Méditerranée sur un large front.

Pendant le voyage, les crécerelles volent relativement bas et restent généralement à une altitude de 45 à 100 mètres. Ils continuent leurs vols même par mauvais temps et contrairement à de nombreux rapaces, ils ne craignent pas les mauvaises températures. Ils traversent donc les Alpes, rarement traversées par des oiseaux de proie dépendant de la chaleur, comme la buse. Lorsqu'ils traversent les Alpes, ils utilisent principalement des cols, mais ils survolent également des sommets et des glaciers.

C'est un animal diurne des basses terres et il préfère les habitats ouverts tels que les champs, les landes, les arbustes et les marais. Il n’est pas nécessaire que des terrains boisés soient présents tant qu’il existe des sites alternatifs de perchage et de nidification tels que des rochers ou des bâtiments. Il prospère dans les steppes sans arbres où abondent les plantes herbacées et les arbustes capables de soutenir leur poids.

La crécerelle commune s'adapte facilement aux établissements humains, à condition de disposer de suffisamment de bandes de végétation et peut même se retrouver dans les zones humides, les landes et la savane aride. On trouve le Faucon crécerelle depuis la mer jusqu'aux montagnes, jusqu'à 4.500 m dans les régions tropicales les plus chaudes de son aire de répartition, mais seulement jusqu'à 1.750 m environ dans le climat subtropical des contreforts de l'Himalaya[18].

HABITAT[modifier | modifier le wikicode]

.

Outre l'existence de sites de nidification, c'est surtout la présence de proies qui détermine l'habitat occupé par la crécerelle. Si les proies sont suffisamment disponibles, cela montre une excellente adaptation à différentes hauteurs.

Les Faucons crécerelles ne construisent pas leur nid eux-mêmes. Ils nichent dans les vieux nids de pies ou de corneilles, dans les anfractuosités des murs, des arbres ou des rochers. Quelquefois, ils nichent dans les tours, les vieux greniers ou les clochers.

Les Faucons crécerelle dans les campagnes[modifier | modifier le wikicode]

.

Les Faucons crécerelle habitent parfois dans un trou d'arbre.

Nid de Faucons crécerelle dans un pin.

Nid de Faucons crécerelle à Port-Cros.

On trouve des Falconidés dans tous les habitats, mais ce sont en moyenne plutôt des prédateurs agiles de milieux ouverts où ils capturent leurs proies grâce à un ongle postérieur développé[19].

Il affectionne les régions cultivées (peu boisées), les landes, les alpages, soit des environnements ouverts à la campagne. On peut accessoirement le rencontrer en ville. Il est souvent remarqué au milieu des champs en vol stationnaire, posé sur un fil de clôture ou sur un poteau quelquefois au bord d'une route, ou en vol stationnaire au-dessus d'une proie potentielle. On peut également facilement en voir en ville, perchés sur les arbres, mangeant une proie dans les parcs ou jardins de maison, mais son espace de vie ne dépasse jamais les 3.000 m d'altitude.

La crécerelle se retire dans les anciens bâtiments, dans les masures, dans les édifices abandonnés, à la ville et à la campagne. Elle aime les ruines, et, dès les premiers jours d'avril, on la voit travailler à l'établissement de son aire. Elle place son nid dans les crevasses des vieux châteaux, dans les fissures des tours des clochers et dans les cavités naturelles des rochers à pie ; quelquefois aussi à la cime des grands arbres, au milieu des champs, où elle ne dédaigne pas de s'établir dans un nid abandonné de pie ou de corneille.

Elle fréquente encore les bois, les parcs, les jardins d'une certaine étendue, et y donne la chasse aux petits oiseaux. La femelle, plus grande, plus hardie, plus entreprenante, se rapproche davantage des lieux fréquentés[20].

La crécerelle est une espèce adaptable que l'on peut trouver dans différents habitats. En général, les crécerelles évitent les peuplements forestiers denses et les steppes sans arbres. En Europe centrale, il s'agit d'un oiseau commun du paysage, qui peut vivre n'importe où, dans les champs ou à la lisière des forêts. Fondamentalement, il a besoin de chasser les zones libres à faible végétation. Là où il manque des arbres, il utilise les mâts de lignes électriques comme site de nidification. À partir des années 1950, un cas est occupé par les îles Orkney, où il a même couvé sur un sol sans végétation.

Dans les régions pauvres en roches, la crécerelle utilise les nids d'autres espèces d'oiseaux telles que les corbeaux. En règle générale, la crécerelle est trop faible pour éloigner les corbeaux de ses nids fraîchement construits. Elle utilise donc généralement des nids abandonnés. Il y a des cas isolés de crécerelles déplaçant des pigeons sauvages de leurs nids.

Les Faucons crécerelle dans les montagnes[modifier | modifier le wikicode]

.

Un jeune Faucon crécerelle sort de son nid dans la petite grotte et veut essayer ses ailes sur les bords d'une falaise à Berwickshire, en Ecosse.

Dans le Harz et l’Erzgebirge, par exemple, il existe un lien entre la proie courante du Faucon crécerelle, la souris des champs, et l’altitude jusqu’à laquelle les crécerelles peuvent être observées. Dans le Harz, il est de plus en plus rare d’observer à plus de 600 mètres d’altitude et à 900 mètres.

Dans les Alpes, en revanche, où il a d'autres types de proie et on peut l'observer sur les alpages encore à 2.000 mètres d'altitude à la chasse.

Dans le Caucase, il est présent à des altitudes atteignant 3.400 mètres, tandis que dans le Pamir, il vit parfois à 4.000 mètres. Au Népal, il se rencontre dans les vallées mais aussi à 5.000 mètres d'altitude. Son record est au Tibet, où il est observé en haute montagne à 5.500 mètres.

Les Faucons crécerelle dans les villes[modifier | modifier le wikicode]

.

Fenêtre romane murée du clocher de l'église Saint-Michel à Herrenbreitungen. Dans la partie droite, on peut voir un nid de crécerelles.

Nid de Faucons crécerelle devant une usine à Weißenfels.

La crécerelle a également conquis les paysages urbains comme habitat. Il bénéficie du fait que l'habitat de chasse et de reproduction ne doit pas nécessairement être identique. Cependant, les faucons doivent souvent parcourir de longues distances pour chasser les souris. Les crécerelles qui se reproduisent dans la tour de la Frauenkirche à Munich, par exemple, parcourent au moins trois kilomètres par souris et par souris. Les enquêtes suggèrent que les crécerelles tolèrent une distance maximale de cinq kilomètres de leurs terrains de chasse.

Berlin est un exemple de ville peuplée de crécerelles. La section berlinoise Crécerelles de l'Union allemande pour la conservation de la nature travaille avec ces animaux dans les zones urbaines depuis la fin des années quatre-vingt. En moyenne, leur nombre à Berlin varie entre 200 et 300 couples reproducteurs et diminue surtout après les hivers rigoureux.

Leur nombre est fourni en partie par des pondoirs installés dans des bâtiments publics tels que des églises, des écoles ou des mairies. Les possibilités de nidification naturelles dans les niches murales se trouvent principalement dans les bâtiments anciens. Cependant, ceux-ci sont de plus en plus en rénovation. Les bâtiments modernes de grande hauteur ont généralement trop peu de trous dans les murs et de cavités pour servir au Crécerelle pour nidifier. En conséquence, environ 60% des oiseaux de Berlin éclosent maintenant avec des aides à la nidification qui leur ont été spécifiquement appliquées.

La ville est dangereuse pour les animaux. Par exemple, les faucons sont régulièrement victimes d'accidents de la route. Les jeunes faucons peuvent tomber de la niche et être trouvés affaiblis. Jusqu'à 50 animaux sont soignés chaque année dans les deux stations de la section Crécerelles de Berlin.

Jeune Faucon crécerelle près du nid..

ALIMENTATION[modifier | modifier le wikicode]

.


La chasse[modifier | modifier le wikicode]

.

Le Faucon crécerelle est connu du grand public par son vol stationnairecaractéristique : ici un mâle, le regard fixé sur le sol.

Faucon crécerelle guettant une proie.

Lors de la chasse, le crécerelle flotte à sa façon bien typique à environ 10 à 20 m du sol, à la recherche d'une proie, soit en planant dans le vent, soit en s'élevant à l'aide d'un vent ascendant.

Comme la plupart des oiseaux de proie, les crécerelles ont une vue claire qui leur permet de repérer les petites proies à distance. Une fois la proie repérée, l’oiseau effectue une plongée courte et abrupte vers la cible.

On le trouve souvent en train de chasser le long des routes et des autoroutes. Cette espèce est capable de voir les ultraviolets, ce qui lui permet aux oiseaux de détecter les traces urinaires autour des terriers des rongeurs alors qu'ils brillent d'une couleur ultraviolette au soleil.

Une autre technique de chasse préférée consiste à se percher un peu au-dessus de la couverture végétale pour surveiller la région. Lorsque les oiseaux repèrent des animaux de proie se déplaçant, ils se jettent dessus.

Ils rôdent parfois sur une parcelle de terrain de chasse dans un vol au ras du sol, piégeant les proies au fur et à mesure qu'elles survolent[21].

Ses proies[modifier | modifier le wikicode]

.

Le Faucon crécerelle est un rapace de petite taille, bien incapable d'attaquer une poule.

Faucon mâle déchiquetant un rongeur.

Faucons crécerelle mangeant un serpent.

Un Faucon crécerelle ramène à manger à sa famille.

Cependant, les crécerelles sont plus susceptibles de s'attaquer aux lézards des latitudes sud. Dans les latitudes septentrionales, on ne voie la crécerelle apporter des lézards à ses oisillons qu'à la mi-journée et lorsque la température ambiante augmente. En saison, les arthropodes peuvent devenir une proie principale. En règle générale, les invertébrés tels que les araignées, les vers de terre, mais principalement les gros insectes importants tels que les coléoptères, les orthoptèreset les termites ailés sont également consommés[22].

Les animaux qui constituent la majorité des proies dépendent des endroits. Des animaux de tailles appropriées conviennent : les vertébrés comme les chauves-souris, les martinets, les grenouilles et les reptiles sont consommés dans de rares occasions. Bien entendu pas les pou ou les canards, bien trop gros !!!

Les crécerelles communes mangent presque exclusivement des mammifères de la taille d'une souris. Les campagnols, les musaraignes et les vraies souris fournissent au moins les trois quarts de la biomasse ingérée par la plupart des individus. Des enquêtes sur l'île d'Amrum ont montré que les crécerelles préféraient chasser les souris. Contrairement aux grandes villes européennes, la mulot des petites villes peut constituer le gros de la proie. F. tinnunculus mange l'équivalent de 4 à 8 campagnols, par jour, en fonction des dépenses énergétiques (période de l'année, quantité de vol stationnaire, etc.). Ils sont connus pour attraper plusieurs campagnols et en mettre en cache pour une consommation ultérieure. Un oisillon consomme en moyenne 3 à 4 campagnols par jour.

Les crécerelles se nourrissent aussi de petits oiseaux chanteurs, principalement des moineaux domestiques. Sur les îles océaniques (où les mammifères sont souvent rares), les petits oiseaux (principalement les passereaux) constituent la majeure partie de leur régime alimentaire. Ailleurs, les oiseaux ne sont un aliment important que quelques semaines par été, lorsque les oisillons inexpérimentés abondent.

La Crécerelle prend aussi parfois des lézards, surtout dans les pays d’Europe du Sud, certains vers de terre et une proportion importante d’insectes tels que les sauterelles et les coléoptères comme nourriture. Les crécerelles en couvée se rabattent sur ces proies lorsque les populations de petits mammifères s'effondrent. Même les jeunes oiseaux se nourrissent d’abord d’insectes et d’invertébrés de grande taille et ne s'attaquent aux petits mammifères que quand leur expérience de la chasse s’accroît.

Une crécerelle en vol libre a besoin d'environ 25 % de son poids corporel par jour pour se nourrir. Les enquêtes effectuées sur des oiseaux blessés ont montré qu'en moyenne, environ deux souris sont présentes dans son estomac.

L’Ansitzjagd (chasse à l’affût)[modifier | modifier le wikicode]

.

Jeune Faucon crécerelle pratiquant l’Ansitzjagd (chasse à l’affût).

Faucon crécerelle à l’affût.

La crécerelle attrape sa proie avec ses griffes et la tue par une morsure au cou. La chasse se déroule en partie sous le nom d’Ansitzjagd (chasse à l’affût), dans laquelle le faucon jaillit des piquets de clôtures ou télégraphiques, voir de branches.

L’Ansitzjagd (chasse à l’affût) est la forme de chasse la moins fructueuse. Seulement 9% des proies sur les proies capturées en hiver et 20% en été. Par contre, pendant la chasse, le faucon crécerelle ramasse des proies dans 16% des cas en hiver, contre 21% en été.

De mai à août, les deux types de chasse sont exercées en même temps.

Cependant, la dépense d’énergie liée au Rütteljagd est décisive pour le changement de la forme de chasse. En été, l'énergie requise pour les deux formes de chasse est la même pour chaque souris capturée.

En hiver, toutefois, la dépense énergétique de la chasse pour la capture de capturée est deux fois moins importante que celle du Rüttelflug, malgré le taux de réussite le plus bas.

Le Rütteljagd (chasse grâce au vol fixe)[modifier | modifier le wikicode]

.

Vols caractéristiques du Faucon crécerelle.

Crécerelle d'Australie chassant les souris en Rüttelflug.

Le Faucon crécerelle pratique le Rüttelflug, vol battu, le vol plané. Le Rüttelflug est typique de la crécerelle. Elle peut faire un vol sur place comme suspendu a un fil, et, en action de chasse, un vol stationnaire caractéristique à battements d'ailes rapides : le vol du Saint-Esprit. Une technique de vol énergivore, spécifique de certains rapaces lors de la chasse. Ce mode de chasse, que certains pratiquent, mais moins volontiers, le distingue de la plupart des autres oiseaux prédateurs. Cela lui permet de repérer aisément ses proies, comme depuis un poste d'observation en hauteur. L'espèce peut ainsi chasser à l'affût même en l'absence d'arbre ou de point élevé.

Ceci est une forme hautement spécialisée de vol planant dans lequel le faucon se tient au-dessus d'un certain endroit dans les airs pendant un moment. Cette forme de vol, dans laquelle l'oiseau bat violemment avec les ailes, est complexe sur le plan énergétique. En cas de vent plus fort, le crécerelle développe un comportement permettant d’économiser de l’énergie. Tandis que la tête reste au-dessus du point fixe, elle permet à son corps de glisser en arrière en quelques fractions de seconde jusqu'à ce que le cou soit tendu au maximum. Avec des battements d'ailes, il vole puis activement vers l'avant jusqu'à ce que le cou soit à nouveau courbé au maximum. Le gain d'énergie sur une agitation continue est de 44%. Le Rüttelflug est toujours pratiqué dans des endroits où, en raison des traces d'urine reconnaissables pour eux, la présence de nombreuses proies est suspectée.

La Rütteljagd est pratiquée par les crécerelles uniquement dans des conditions spéciales. Cela se produit lorsque les crécerelles des villes peuvent surprendre les essaims d'oiseaux chanteurs, ainsi que sur les terres agricoles, lorsqu'il existe de plus grands groupes de petits oiseaux. Certains faucons des villes semblent avoir opté pour la chasse aux oiseaux pour survivre dans les zones urbaines. Au moins des individus isolés capturent régulièrement les oisillons de pigeons domestiques sauvages.

De temps en temps, vous pouvez aussi observer de jeunes crécerelles cherchant des champs fraîchement labourés pour les vers de terre.

Au Royaume-Uni, les faucons crécerelles font 85% de leur saison de chasse en janvier et en février, et seulement 15% en vol fixe et frémissant, Rütteljagd.

Fauconnerie[modifier | modifier le wikicode]

.

Fauconnerie à cheval au Moyen Âge.

La fauconnerie est l’art du dressage d’oiseaux de proie pour la chasse au petit gibier. La fauconnerie est beaucoup plus qu’un sport ou simplement une technique de chasse qui remonte à l’antiquité; c’est un mode de vie[23]. La haute volerie utilise les différentes espèces de faucon, dont le sacre, le gerfaut, le lanier, mais aussi le hobereau, le crécerelle et l’émerillon[24].

La capture, l’élevage, la garde et le dressage des oiseaux de proie par les humains ont étés pratiqués depuis des millénaires. La fauconnerie date d’au moins 4.000 ans et est probablement le sport le plus vieux du monde[25].

Certains d'entre eux sont utilisés pour la chasse au vol, activité qui porte le nom de fauconnerie[26].

Depuis 2002, le Ministère des Ressources Naturelles et de la Faune du Québec (MRNF) permet, dans le cadre du Règlement sur la garde en captivité, de garder un oiseau de proie de fauconnerie (faucons, buses, autours, crécerelles, et éperviers). À cet effet il est possible et obligatoire de se procurer un permis d’Apprenti-Fauconnier ou de Fauconnier avant l’acquisition d’un oiseau. SEF croit que l’objectif de ce règlement, devrait être d’autoriser la garde à des fins de chasse récréative et sans rémunération[27].

1 - Une femelle de Faucon crécerelle traverse un champ. 2 - Elle fond sur un groupe d'alouettes au sol, celles-ci décollent dans toutes les directions. 3 - Le faucon remonte en chandelle avec sa proie...[28].

REPRODUCTION[modifier | modifier le wikicode]

.


La saison des amours[modifier | modifier le wikicode]

.

Accouplement de Faucons crécerelle.

Autre accouplement de Faucons crécerelle.

Les parades nuptiales en Europe commencent dès la fin de février jusqu’au mois de mars[29]. Les mâles effectuent des battements d'ailes saccadés, tournent en rond, puis plonge en vol plané. Lors de ces vols, on entend des cris enthousiastes.

La crécerelle commune commence à se reproduire au printemps (ou au début de la saison sèche sous les tropiques), c'est-à-dire en avril ou en mai dans l'Eurasie tempérée et entre août et décembre sous les tropiques et en Afrique australe.

En général, les crécerelles communes tolèrent généralement les congénères qui nichent à proximité, et parfois quelques dizaines de couples nichent dans une colonie lâche[30].

Au cours de la parade nuptiale, les Faucons crécerelles s’adonnent à des poursuites aériennes qui peuvent être très bruyantes[31]. Le mâle courtise sa femelle en lui apportant une proie[32].

La demande d'accouplement est principalement faite par la femelle, qui s'installe près du mâle et crie. Après l'accouplement, le mâle se rend à l'écloserie choisie par lui et attire la femelle par de beaux appels.

La couvaison[modifier | modifier le wikicode]

.

Nid de Faucons crécerelle.

La crécerelle se reproduit au cours de la deuxième année de vie[33]. La nidification a lieu d’avril à août. La femelle pond annuellement 3 à 7 œufs[34], qui mesurent entre 3,4 et 4,4 pouces de long. Plus d’œufs peuvent être pondus au total, mais certains sont enlevés pendant la période de ponte. Cela dure environ 2 jours par œuf pondu.

Les œufs sont abondamment décorés de taches brunes, allant d'un lavis qui fronce toute la surface de blanc chamoisé à de grandes taches presque noires. L'incubation dure de 4 semaines à un mois. Seule la femelle couve régulièrement.

Le mâle est responsable de lui fournir de la nourriture et, pendant un certain temps après l'éclosion, cela continue. Plus tard, les deux parents partagent les tâches de couvée et de chasse jusqu'à ce que les jeunes quittent le nid, après 4 à 5 semaines.

La famille[modifier | modifier le wikicode]

.

La famille de Faucons crécerelles de Théding (Lorraine).

Jeunes Faucons crécerelles.

Autres jeunes Faucons crécerelles.

Au cours des premiers jours, la femelle ne quitte presque pas les quitte presque pas les juvéniles Dans le cas des souris, la femelle nourrit principalement sa progéniture avec de la viande musculaire pendant qu'elle mange l'intestin et le reste de la fourrure.

La famille reste rapprochée quelques semaines durant lesquelles les jeunes apprennent à se débrouiller et à chasser leurs proies. Si les jeunes oiseaux ont deux semaines de vie, les deux oiseaux parents fournissent alors de la nourriture aux juvéniles. À cet âge, les jeunes oiseaux commencent également à faire leurs premiers essais pour se tenir debout.

À la fin de la troisième semaine de vie, les oisillons atteignent le poids d'un faucon adulte. Le changement de la robe en duvet dans le plumage des juvéniles, cependant, n'est complet qu'à la quatrième semaine de vie. Les jeunes séjournent un mois dans le nid.

Comme pour tous les faucons, les jeunes crécerelles ne sont guère agressifs entre eux. Les pertes dues aux affrontements entre les jeunes oiseaux sont donc minimes, d'autant plus que les parents s'assurent, lorsqu'ils nourrissent les jeunes, qu'ils sont tous nourris.

Lorsque les jeunes sont plus âgés, les oiseaux adultes ne nourrissent généralement que les oiseaux juvéniles. Cela peut entraîner une répartition inégale en cas de manque de nourriture. Les jeunes oiseaux les plus faibles ont alors moins de chances de trouver suffisamment de nourriture et meurent encore sur les lieux de reproduction.

Puis après leur premier envol, les parents assureront leur apprentissage pendant encore environ 28 semaines.

Les jeunes deviennent sexuellement matures à la prochaine saison de reproduction[35].

Images de trois jeunes faucons crécerelle en pleines croissance entre début juillet et début août[36].

LONGÉVITÉ[modifier | modifier le wikicode]

.

1907 : Crécerelles. Lithographie (ornithologie. British Birds).

Le nombre de proies, en particulier les campagnols, a une influence considérable sur le succès de la reproduction. Les crécerelles ne survit à sa première année que dans environ 50% des cas. La mortalité jusqu’au premier anniversaire peut même atteindre 70%. Ils meurent souvent avant l'âge de 2 ans.

Un taux de mortalité élevé se produit en janvier et en février lorsque des oiseaux adultes et juvéniles meurent parfois de faim en raison de conditions météorologiques défavorables.

La durée de vie de l’oiseau en bonne santé est d’environ 16 ans. Les plus vieux Faucons crécelles vivant en liberté, dont l'âge a pu être prouvé par leur baguage, atteignent l'âge de 18 ans. Cependant, l'un aurait vécu près de 24 ans[37], voir 26 ans et 1 mois, en Finlande.

Les reprises ou contrôles de rapaces relâchés apportent des renseignements sur la longévité ou les déplacements des Faucons crécerelle.

De la longévité des rapaces, on ne peut avoir qu'une notion imprécise.

Faucon crécerelle sur un rocher.

INVENTAIRE[modifier | modifier le wikicode]

.

Faune en voie de disparition : Faucon crécerelle - France.

Faucons crécerelle.

La population de crécerelle est en grande partie stable en Europe centrale depuis plusieurs décennies. Ce n’est qu’après des hivers très froids ou des années de souris manquantes que des pertes de stocks à court terme ont été constatées, lesquelles ont toutefois été généralement compensées rapidement.

Des reculs importants ont eu lieu dans une grande partie de l’Europe centrale à partir des années 1960. Les baisses les plus importantes et les écloseries les plus basses ont été enregistrées dans des paysages agricoles défrichés et gérés de manière intensive. Le plus bas du stock a été enregistré entre le milieu et la fin des années 1980. À la suite d’une série d’étés chauds et secs et de mesures d’appui aux stocks, telles que l’utilisation de nichoirs et la diminution de l’utilisation de pesticides, il y a encore eu des augmentations de stock importantes.

Pour l'Allemagne, le stock est estimé entre 42.000 et 68.000 couples au début de ce siècle. Cela fait de l'Allemagne le pays d'Europe centrale ayant le stock le plus élevé. Entre 5.000 et 10.000 couples se reproduisent en Autriche et entre 3.000 et 5.000 couples vivent en Suisse.

Pour le stock mondial, il n'y a pas d'information fiable, l'UICN donne une estimation approximative d'environ 5 millions d'individus. Selon l'UICN, l'espèce est considérée comme plus menacée dans le monde entier. Cependant, elle est en Allemagne depuis 2015 sur la liste d'alerte de la liste rouge. Le Kestrel est en Allemagne et en Autriche Oiseau de l'année 2007.

Faucon crécerelle chassant.

NOTES ET RÉFÉRENCES[modifier | modifier le wikicode]

.

  1. CRÉCERELLE.
  2. Mangoverde World Bird Guide 2009
  3. CRÉCERELLE.
  4. Faucon crécerelle, Falco tinnunculus - Common Kestrel
  5. CRÉCERELLE.
  6. Histoire naturelle vulgarisée. Ornithologie populaire : grands et petits rapaces, oiseaux chasseurs, Dubois, Amand. Éditeur : M. Barbou (Limoges) : 1882.
  7. CRÉCERELLE.
  8. Famille des Falconidés
  9. Histoire naturelle vulgarisée. Ornithologie populaire : grands et petits rapaces, oiseaux chasseurs, Dubois, Amand. Éditeur : M. Barbou (Limoges) : 1882.
  10. Faucons crécerellette
  11. Groombridge, Jim J.; Jones, Carl G.; Bayes, Michelle K.; van Zyl, Anthony J.; Carrillo, José; Nichols, Richard A.; Bruford, Michael W. (2002). A molecular phylogeny of African kestrels with reference to divergence across the Indian Ocean.
  12. Orta, Jaume (1994). del Hoyo, Josep; Elliott, Andrew; Sargatal, Jordi, eds. Common Kestrel. Handbook of Birds of the World. Volume 2 (New World vultures to Guineafowl). Barcelona: Lynx Edicions. pp. 259–260, plates 26. ISBN 978-84-87334-15-3.
  13. Groombridge, Jim J.; Jones, Carl G.; Bayes, Michelle K.; van Zyl, Anthony J.; Carrillo, José; Nichols, Richard A.; Bruford, Michael W. (2002). A molecular phylogeny of African kestrels with reference to divergence across the Indian Ocean.
  14. Faucons crécerellette
  15. Faucons crécerellette
  16. Faucons crécerellette
  17. Faucons crécerellette
  18. Orta, Jaume (1994). del Hoyo, Josep; Elliott, Andrew; Sargatal, Jordi, eds. Common Kestrel. Handbook of Birds of the World. Volume 2 (New World vultures to Guineafowl). Barcelona: Lynx Edicions. pp. 259–260, plates 26. ISBN 978-84-87334-15-3.
  19. Famille des Falconidés
  20. Histoire naturelle vulgarisée. Ornithologie populaire : grands et petits rapaces, oiseaux chasseurs, Dubois, Amand. Éditeur : M. Barbou (Limoges) : 1882.
  21. Orta, Jaume (1994). del Hoyo, Josep; Elliott, Andrew; Sargatal, Jordi, eds. Common Kestrel. Handbook of Birds of the World. Volume 2 (New World vultures to Guineafowl). Barcelona: Lynx Edicions. pp. 259–260, plates 26. ISBN 978-84-87334-15-3.
  22. Orta, Jaume (1994). del Hoyo, Josep; Elliott, Andrew; Sargatal, Jordi, eds. Common Kestrel. Handbook of Birds of the World. Volume 2 (New World vultures to Guineafowl). Barcelona: Lynx Edicions. pp. 259–260, plates 26. ISBN 978-84-87334-15-3.
  23. LA FAUCONNERIE
  24. L'ART DE LA FAUCONNERIE ET CHASSE AU VOL
  25. LA FAUCONNERIE
  26. Famille des Falconidés
  27. LA FAUCONNERIE
  28. Prédation du Faucon crécerelle
  29. Développement de jeunes faucons crécerelles
  30. Orta, Jaume (1994). del Hoyo, Josep; Elliott, Andrew; Sargatal, Jordi, eds. Common Kestrel. Handbook of Birds of the World. Volume 2 (New World vultures to Guineafowl). Barcelona: Lynx Edicions. pp. 259–260, plates 26. ISBN 978-84-87334-15-3.
  31. Développement de jeunes faucons crécerelles
  32. Développement de jeunes faucons crécerelles
  33. Falco tinnunculus life history data. AnAge. 2010
  34. Développement de jeunes faucons crécerelles
  35. Orta, Jaume (1994). del Hoyo, Josep; Elliott, Andrew; Sargatal, Jordi, eds. Common Kestrel. Handbook of Birds of the World. Volume 2 (New World vultures to Guineafowl). Barcelona: Lynx Edicions. pp. 259–260, plates 26. ISBN 978-84-87334-15-3.
  36. Développement de jeunes faucons crécerelles
  37. Falco tinnunculus life history data. AnAge. 2010
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .