Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

.

.

.

.

.

                                    Famille Loisel


.

.

.

.

.

Antoine Loisel.

Antoine Loisel est un membre célèbre de la Famille Loisel. Antoine Loisel, ou Loysel, ou L'Oisel signe Antonius Loisellus, Oiselus, Oiselius ou, plus rarement Loyselius[1].


Jean Loisel (ca 1490 - 1557), son père, est écuyer, échevin en 1538 et conseiller du roi élu en l'élection de Beauvais, marchand, bourgeois de Beauvais. Sa mère est Catherine d'Auvergne (ca 1500 - 1575), fille de Nicolas d'Auvergne, Sieur d'Autheuil, duquel il est faićt mếtion au procez verbal de la coustume de Senlis[2].

Les d'Auvergne descendent de Guillaume d'Auvergne (ca 1400 - après 1454) qui est d'une famille de bourgeois de Beauvais qui achète un fief. Ce riche marchand mercier devient seigneur de la Futaille, en 1454.

La Famille Loisel est maintenue noble au Conseil le 20 novembre 1668, ainsi qu'en la Cour des comptes des Aides le 29 avril 1644.

Seigneurs de Quévremont, de Flambermont, d'Exonviller... XVe, XVIe et XVIIe siècle, d'après : Les Mémoires du pays, ville de Beauvais et Beauvaisis, par Antoine Loisel[3].


Article détaillé : Antoine Loisel


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

SES PARENTS[]

.


Son père[]

.

Son père est tué à la bataille de Saint-Quentin.

¤.10. Jean Loisel (ca 1490 - 1557). Antoine Loisel est le fils de Jean Loisel né à Beauvais vers 1490. Il est écuyer, échevin en 1538 et conseiller du roi élu en l'élection de Beauvais, marchand, bourgeois de Beauvais. Il est tué à la bataille de Saint-Quentin, le 10 août 1557, une victoire espagnole sur la France. Il donne à ses enfants l'éducation la plus complète, la mieux dirigée, la plus heureusement secondée par les hommes et par les circonstances. Homme de sens, il prouve, que l'éducation est comme une seconde existence que peut seule conférer la surveillance, la prévision, la sollicitude paternelles[4].

.

.

.

.

.

Les d'Auvergne d'Autheuil[]

.

Blason des d'Auvergne : d'argent, à la fasce de gueules, chargée de trois coquilles du champ, et accompagnée de six merlettes de sable, 3 en chef, 3 en pointe.

Saint Yves d'Autheuil, dit de Chartres (ca 1040 - 1115), est un évêque, farouche partisan de la réforme grégorienne, et un acteur majeur dans la querelle des Investitures.

Le prieuré Notre-Dame d’Autheuil-en-Valois est construit entre 1119 et 1129.

Le château des premiers seigneurs d'Autheuil est situé dans la partie de la place avoisinant le jardin du presbytère[5].

Siège de Beauvais en 1472. Le 23 avril 1512, Jean II d'Auvergne est nommé maître des forteresses de Beauvais.

Nicolas d'Auvergne (1474 - après 1539) est Lieutenant Général à Pontoise.

Les petits-enfants de Nicolas d'Auvergne (1474 - après 1539) sont ennoblis par lettres patentes de Henri III et de Henri IV.

Sa mère est Catherine d'Auvergne (ca 1500 - 1575), fille de Nicolas d'Auvergne, Sieur d'Autheuil, duquel il est faićt mếtion au procez verbal de la coustume de Senlis[6]. Son oncle maternel est Jean d'Auvergne, lieutenant général de Pontoise, dont les petits-enfants sont confirmés nobles[7]. Sa soeur, Marguerite est mariée à Pierre de Sailly, seigneur de la Motte-sous-Grez, lieutenant général de Senlis, charge dont hérite un des fils de Jean, Philippe[8]. François d'Auvergne est maire de Beauvais en 1555.

1. Les d'Auvergne descendent de Guillaume d'Auvergne (ca 1400 - après 1454) qui est d'une famille de bourgeois de Beauvais qui achète un fief. Ce riche marchand mercier devient seigneur de la Futaille, en 1454.


2. Son fils, Jean d'Auvergne (ca 1420 - après 1460), bourgeois de Beauvais, Sgr de La Futaille, Sgr d'Autheuil (1460), se marie vers 1450 avec Denisette de Perceval (ca 1425 - après 1460). Elle est Dame d'Angivilliers (près Senlis), Autheuil et Aiglantiers :

Plusieurs arrière-fiefs relevaient de cette seigneurie d'Autheuil. Le Dénombrement de Guillaume de Bellande nous en fait connaître les possesseurs et la consistance en 1454 ; c'étaient : Denisette, fille de Pierre Perceval, un fief tenu par Etienne de Longpré, sis à Auteuil, consistant en une masure où était auparavant un hôtel seigneurial, sise en face l'église, un jardin et 3 mines de terre y joignant, 6 muids de terre, le champart sur 5 mines de terre au moulin, 30 mines de terre en friches au larris, avec haute, moyenne et basse justice.

Elle est la fille de Pierre de Perceval (ca 1390 - après 1460), écuyer, seigneur d'Angivilliers, et d'Alix de Longpré, dame d’Autheuil[9]. Pierre Perceval a ce fief par son mariage avec Alix de Longpré (après 1403 - 1460), fille d'Etienne de Longpré-Lompré (ca 1360 - après 1403), écuyer, seigneur d'Angivilliers. La mort de sa femme le fait passer à Denisette de Perceval (ca 1425 - après 1460), sa fille.

Autheuil est un ancien fief du Beauvaisis. En 1104, Hugues d'Autheuil et sa femme Hildeburge font don, à l'abbaye Saint-Quentin à Beauvais, de la terre du Mesnil Albert. Amaury, fils d'Hugues et Hildeburge, confirme la donation, en 1144, en y ajoutant les dîmes de Vissancourt et du Val de l'Eau[10]. Autheuil est la patrie d'Saint Yves d'Autheuil dit de Chartres (ca 1040 - 1115), autre fils d'Hugues, premier abbé de abbaye Saint-Quentin à Beauvais, très connu dans l'histoire ecclésiastique sous le nom d'Yves de Chartres, dont il devient évêque[11].

Le château des premiers seigneurs d'Autheuil est situé dans la partie de la place avoisinant le jardin du presbytère. On y trouve des excavations provenant du puits et des caves et les fondations des murs de ce château. Le château actuel est délaissé à la fin du XVIe siècle, et entièrement reconstruit au XIXe siècle[12].

Autheuil est le chef lieu d'une seigneurie. Par la suite, elle a le titre de baronnie et est possédée par la maison de Boulainvillers[13].

Car Marie d'Autheuil-en-Beauvaisis est l'héritière de Jacques d’Autheuil-en-Beauvoisis et Marie de Beaumetz. Ses frères meurent à la bataille d'Azincourt, en 1415. Elle se marie en premières noces avec Philippe de Boulainvilliers, Seigneur de Chepoix et de Bézancourt. Ils sont les parents de Perceval de Boulainvilliers (avant 1403 - après 1434) qui est chevalier, conseiller et chambellan du roi, bailli de Bourges en 1422–1426, puis de 1429 à 1434[14].

Philippe de Boulainvilliers décède en 1403 et Marie d’Autheuil-en-Beauvoisis se remarie avec Etienne de Longpré (ca 1370 - après 1403) condamné à payer 2 deniers parisis au chapitre pour sa maison tenant à l’hôtel du Pot d’Étain, en 1403[15]. Il n'est donc pas mort en 1390 et le château d'Autheuil actuel n'est pas construit au XVIe siècle par les premiers seigneurs du fief[16].


3. Jean II d'Auvergne (ca 1450 - après 1512), écuyer, seigneur d'Angivilliers, d'Aiglantier, porte : d'argent, à la fasce de gueules, chargée de trois coquilles du champ, et accompagnée de six merlettes de sable, 3 en chef, 3 en pointe. Il se fait qualifier seigneur d'Auteuil en partie. Le 23 avril 1512, il est nommé maître des forteresses de Beauvais par les nobles de la ville[17]. Il épouse Huguette de Cossart. Les Cossart de Picardie portent (reproduction dans le Grand Armorial de France) : de gueules, à une croix ancrée d'or, chargé de 5 ancres d'azur S : 2 levrettes. Descendante de Nicolas Cossart, chevalier, qui part aux Croisades en 1191 ou d’une famille venant de Liège à cette époque (dont l’ancêtre est Mathieu Cossart, gentilhomme liégeois mentionnée dans des chartes de 1308, 1318, 1319 du monastère de Saint-Tron). Certainement, sœur de Jean qui vient servir dans les quinze compagnies de gentilshommes crées par Charles VII, en 1447. Elle est la fille de Jean Cossart et Catherine de Villepoix.


4. Nicolas d'Auvergne (1474 - après 1539), écuyer, Lieutenant Général à Pontoise, seigneur d'Autheuil en partie, comparait parmi les nobles à la rédaction de la coutume de Senlis, le 16 août 1539[18]. Ses petits-enfants sont ennoblis par lettres patentes de Henri III et de Henri IV, insinuées aux registres du bailliage de Senlis en 1588 et 1590, selon Société Académique de l'Oise, tome IX. Il a pour enfants de Simone Danse :

1° Jean d'Auvergne, lieutenant du bailli de Senlis au siège de Pontoise.

2° François d'Auvergne.

3° Philippe d'Auvergne.

4° Catherine d'Auvergne, qui épouse Jean Loisel.

.

.

.

.

.

Les oncles et tantes d'Antoine[]

.

Plan de la ville de Beauvais.

Philippe Loisel (1524 - 1596) à l'assemblée générale de l'Hôtel de Ville de Senlis du 23 octobre 1558 préside pour la première fois.

Pierre II Loisel (ca 1525 - 1587) est seigneur du prieuré d'Autheuil.

Une de ses tantes est abbesse de Penthemont. La soeur d'Antoine, Marguerite Loisel de Flambermont (ca 1525 - 1586), lui succède.

Jean Loysel et Catherine d'Auvergne sont inhumés l'un et l'autre aux Cordeliers où se voie pendant très longtemps leur épitaphe. Jean Loysel et Catherine d'Auvergne sont mariés en 1518, et ont plusieurs enfants qui meurent jeunes. Les oncles de Loisel remplissent des charges de magistrature à Senlis et à Compiègne[19]. Comme oncles et tantes Antoine a :

¤ Claude Loisel de Flambermont (ca 1520 - 1568) est né vers 1520 à Beauvais paroisse Saint-Sauveur. Écuyer, conseiller du Roi, il est élu en l'Election de Beauvais, seigneur de Flambermont et de Senéfontaine. Il est inhumé aux Cordeliers auprès de son père et de sa mère. Son frère Antoine leur fait faire l'épitaphe. Il épouse vers 1544 Nicole de Nully, fille de Pierre de Nully (1488 - 1549), maire de Beauvais en 1543, et Marguerite Poquelin. Elle est encore marraine de son petit-fils Claude le 14 décembre 1580, paroisse Sainte-Geneviève à Senlis. Une petite nièce d'Antoine Loisel, Marie-Madeleine, fille de Claude Le Boucher (1613 - 1666), Président trésorier de France à Amiens et de Marie Aux Cousteaux, se marie en 1680 à Louis de Clermont (Tonnerre), comte de Thoury, Seigneur de Bertangles[20].
Philippe Loisel (1524 - 1596) est né à Beauvais en 1524, mort à Senlis en mars 1596 et inhumé à Notre-Dame de Senlis, en la Chapelle Sainte-Catherine, au premier pilier de laquelle se voie son épitaphe. Il est écuyer, sieur d'Exonviller, deuxième fils de Jean et de Catherine d'Auvergne. Pourvu de la charge de Lieutenant général et Président au bailliage au bailliage de Senlis en 1558, jusqu'à sa mort. C'est à l'assemblée générale de l'Hôtel de Ville du 23 octobre 1558 qu'on le voit présider pour la première fois. Quatre Loisel occupent successivement à Senlis la charge de Lieutenant général au batillage de 1558 et 1673. Il est aussi Conseiller et Maître des requêtes ordinaire du Duc d'Anjou, frère unique du Roi. Après avoir pris une part active à la signature de la Ligue il rend les plus grands services au parti d'Henri IV. Il épouse Alix Leroy, qui vivait encore le 27 octobre 1579. Il habita d'abord paroisse Saint-Pierre. Il est anobli avec ses enfants en juin 1590 comme en fait foi le Registre des insinuations au bailliage de Senlis et le Registre de la Cour des Aides de Paris (Archives Nationales Carton Z 1 A 537)[21].
¤ Pierre II Loisel (ca 1525 - 1587) est marchand tanneur, écuyer, seigneur de Quévremont, Sinancourt et du prieuré d'Autheuil, pair en 1544. Il est maire de Beauvais de 1560 à 1565[22], puis pour trois années en 1569[23]. Pierre Loisel, en 1560, établit une tannerie à l'Aigle d'or. Par contrat du 8 octobre 1570, il fonde une distribution de 22 gâteaux, pour tirer les Rois à la mairie, la veille de l’Épiphanie. Mort le 17 février 1587, il est enterré aux Cordeliers, dont il est le père temporel[24]. Le fief à Quévremont est tenu par Pierre Loisel, seigneur de Quévremont, en arrière-fief de Louis de Torcy à cause de son fief de Viverel. Il se marie à Beauvais avec Simone Paumart, fille de Jean Paumart, Prévôt et seigneur d'Angy, maire de Beauvais.
¤ Marguerite Loisel de Flambermont (ca 1525 - 1586) est religieuse, puis abbesse de l'abbaye de Penthemont[25](1568 - 1586). Elle succède à sa tante Catherine Loisel de Flambermont, abbesse de Penthemont, en 1567 et 1568.


Une nièce d'Antoine Loisel, Antoinette de Malinguelien, fille d'Anne Loisel, épouse le 22 août 1625 René de Rochechouart-Pontville, et est la grand-mère de Jean, Marquis de Montmoreau[26].

.

.

.

.

.

Les Loisel habitent rue au Croc, paroisse Saint-Sauveur.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

SES ANCETRES[]

.


Leurs terres et blasons[]

.

Blason des Loisel : Picardie, Île-de-France, Bretagne.

Blason des Loisel dans le Beauvaisis (source WC : Etxeko).

Antoine Loisel reçoit deux prébendes pour ses enfants à Beauvais et à Laon. Sa famille est anoblie en 1590. La Famille Loisel est maintenue noble au Conseil le 20 novembre 1668, ainsi qu'en la Cour des comptes des Aides le 29 avril 1644.

Seigneurs de Quévremont, de Flambermont, d'Exonviller... XVe, XVIe et XVIIe siècle, d'après : Les Mémoires du pays, ville de Beauvais et Beauvaisis, par Antoine Loisel, Les manuscrits d'afforty, Les registres de l’état-civil ancien de Senlis, les dossiers manuscrits de la Bibliothèque Nationale : Cabinet de d'Hozier, v. 24, Carrés de d'Hozier, v Dossiers bleus.

Les armes des Loisel sont soit :

De gueules, à un chevron d'or, accompagné en chef de deux oiseaux d'argent affrontés, et en pointe d'un lévrier courant du même accolé et bouclé d'or, en Picardie, Île-de-France, Bretagne[27][28].

Soit :

D'azur à l'oiseau d'argent becqué et de membres de gueules, perché sur un écot d'or et tenant en son bec un rameau d'or, dans le Beauvaisis.

Ou bien encore :

D'argent, à trois merlettes de sable posées deux et une, selon Warren, Jougla de Morenas, André Frantzen et des ouvrages d'histoire locale[29] ou dans le procès-verbal, en 1770, des preuves de la noblesse de René-Julien Loaisel de la Villedeneu, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le collège royal de la Flèche.

.

.

.

.

.

Généalogie descendante[]

.

Blason des Loisel (Warren, Jougla de Morenas...).

Les plus anciens Loisel cités le sont à propos de l'ancienne abbaye de Barbery. C'est du diocèse de Bayeux que vient Jean Avis (Loisel), père de Jean II Avis (Loisel), Doyen de la Faculté de Médecine, en 1506[30].

Thomas Loisel (ca 1190 - après 1232) fait un don à la cathédrale de Bayeux.

Robert Loisel (ca 1360 - après 1411) élu par le roi sur le fait des aides ordinoires pour la guerre à Mantes.

Église Saint-Julien-le-Pauvre, premier siège des assemblées de l’université de Paris.

Les Loisel s'installent rue au Croc ou des Flageots (paroisse Saint-Sauveur), à l'Aigle-d'Or, à Beauvais.

Louis XII nomme son grand-oncle maître et administrateur de la Maladrerie de Saint-Lazare de Beauvais en 1503.

Grande place de Beauvais. A droite les tours de l'église Saint-Sauveur, riche paroisse où vie la famille de Loisel.

Quatre Loisel occupent successivement à Senlis la charge de Lieutenant général au baillage de 1558 et 1673[31].

Plusieurs Loisel repose dans l’église des Cordeliers.

La Famille Loisel.

Le vieux Beauvais.

Antoine Loisel voit le jour au sein d'une famille bourgeoise, où la vertu est traditionnelle[32]. Dans l'abrégé de sa vie, publié en tète de Mémoires du Pays, Ville de Beauvais, et Beauvaisis, nous voyons que sa famille est l'une des plus anciennes de la Picardie, qu'elle occupe des fonctions de magistrature très élevées, et, qu'enfin, elle s'est toujours alliée noblement[33]. Mais elle est originaire du diocèse de Bayeux, comme le montre la biographie de Jean Avis Loysel, premier doyen de la Faculté de médecine de Paris qui est membre de cette famille[34].

La Famille Loisel se divisent de son temps en plusieurs branches[35].


¤.1. Antoine Loisel est peut-être le descendant d'Hugues Loisel (ca 1160 - après 1218), chevalier, qui confirme, en 1218, les donations faites à Barberie, par Robert Joubert, dans la Varende ou garenne de Quilly[36]. L’abbaye Notre-Dame de Barbery est une ancienne abbaye cistercienne, du diocèse de Bayeux.


¤.2. Thomas Loisel (ca 1190 - après 1232), du consentement de Thomas, évêque de Bayeux, donne à l'église Notre-Dame de cette ville, en l'année 1232, le tennement situé près du nouveau moulia de Lévêque, ainsi que quatorze boisseaux de froment de rente, mesure de Cerisy, afin de célébrer dans ladite église une messe pour l’âme de Gautier Pijon, chanoine de Bayeux. Cette charte est revêtue de son sceau. (Planche 18, fig. 36.)


¤.3. Thomas II Loisel (ca 1230 - après 1316) marié à Beatrix.


En outre de détails biographiques fort intéressants, Antoine Loisel dans Mémoires du Pays, Ville de Beauvais, et Beauvaisis fournit la généalogie de sa famille, et la rétablit de la manière suivante, à partir de :

¤.5. N Loisel (vivant au XIVe siècle), de Bayeux (Normandie)[37], père de :

¤ Thomas III Avis Loisel (ca 1360 - après 1431), oncle du médecin Jean Avis est bachelier de la Faculté do Paris. Il est du nombre des bacheliers qui écrivirent en 1387 contre Jean de Monteson en faveur do l'Immaculée Conception comme nous l'apprend Jean de Launoy. Il est député au Concile de Bâle 51431°. Il écrit sur ce Concile. Son manuscrit est d'abord dans la bibliothèque des Carmes de la place Maubert, puis il passe dans la bibliothèque du Roy[38].


¤.6. Robert Loisel (ca 1360 - après 1420), originaire de Normandie[39] est, en 1403, élu par le roi sur le fait des aides ordinoires pour la guerre à Mantes (Titre original aux archives de la famille)[40]. Il donne quittance, en 1411, pour sa peine et desserte d’un an (d'une St-Michel à l'autre), de la somme de 100 s. t. valant, à la puissance actuelle de l’argent. 220 fr[41]. Il a pour fils :

¤ Jean Avis Loisel (ca 1420 - 1501), originaire du diocèse de Bayeux ; il appartient donc à la nation normande de l'Université de Paris. En 1451, Jean Avis ou Loisel, candidat à la maîtrise, expose à la Faculté qu'il lui manque cinq mois de stage pour obtenir ce degré, mais qu'il peut justifier de trois ans d'études dans une autre Université. La Faculté l'admet, par faveur, à faire compter ces trois années pour cinq mois d'études parisiennes, mais à condition : quod de cetero ipse magister singulis annis circa festum Nativitatis, dabit facultati unum almanach magnum et unum parvum[42]. Vingt ans plus tard il est élu doyen de la faculté de médecine de Paris, en 1470 et 1471. Cet Avis se mêle d'astrologie et est médecin ordinaire des premiers Valois. Le 5 juillet 1501, Jean Avis (ou Loisel), doyen de la Faculté de médecine de Paris, médecin de Charles VIII, meurt et est enterré à Saint-Séverin, après quarante-quatre années de régence, et emportant les regrets unanimes d'une Ecole qu'il a illustrée par son savoir et sa probité. Sa femme, Catherine Formet, ne lui a pas donné moins de dix-huit enfants, selon l'épitaphe gravée à leur décès dans l'église Saint-Séverin, sur une pierre tombale qui recouvre les restes des féconds époux. De Catherine Formet il a entre autres : Jean II Avis Loisel (ca 1450 - après 1506), maître régent de la faculté de médecine de Paris et Denys Avis Loisel (ca 1450 - après 1510), maître des requêtes du roi. Thierry Le Cirier, doyen de la faculté de médecine de Paris, marié à Marie Avis Loisel, l'appelle son beau-père[43].
¤ Hervé Avis Loisel est licencié en médecine et se mêle, comme son frère, d'astrologie[44].


¤.7. Robert II Loisel (ca 1390 - après 1420), originaire de Mantes, est marchand. Antoine Loisel le dit bourgeois de Beauvais à la fin de sa vie[45], rue au Croc ou des Flageots (paroisse Saint-Sauveur), à l'Aigle-d'Or. Il a pour fils :


¤.8. Pierre Loisel (ca 1420 - après 1465) est marchand, bourgeois de Beauvais[46]. Pierre Loisel, habite à Beauvais, rue au Croc[47]. Il est père de :

¤ Jean III Avis Loisel (ca 1460 - 1522 ou 27), natif de la rue au Croc à Beauvais, est docteur en médecine de la Faculté de Paris. Ce savant latinise son nom, et se fait appeler Avis, comme les trois premiers docteurs de sa famille. C'est un médecin français du XVe siècle et du XVIe siècle. Il devient régent de la Faculté de médecine de Paris en 1498 et doyen de la Faculté de médecine de Paris en 1504, 1505 et 1506[48]. Jean III Avis Loisel est premier médecin des rois Louis XII (1498 - 1515) et François Ier (1515 - 1547). Louis XII (1498 - 1515) le nomme maître et administrateur, par vacance en régale, de la Maladrerie de Saint-Lazare de Beauvais de 1503 à 1519. Loisel est médecin des boursiers du collège de Cluny. C'est lui qui, le premier, fait accorder aux médecins ordinaires des rois et princes du sang le privilège d"exercer leur art dans Paris, même s'ils ne sont point docteurs. Sur ce Jean Avis on peut consulter les manuscrits du Docteur Chereau, déposés à la Bibliothèque de l'Histoire de la Ville de Paris, rue de Sévigné. L'on peut aussi se reporter au volume n° 32354 du Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale. Familles Parisiennes, article Loisel. Ce personnage a auprès des dames une célébrité de galanterie peu ordinaire. C'est de lui que le Sieur Brantôme parle dans ses mémoires, et Rabelais dans son Pantagruel. C'est lui qui après avoir caressé une femme (Dame) onze fois de suite, lui demande excuses de ce qu'il n'a pas fait davantage, à cause qu'il a pris une médecine ce jour là[49].
¤ Madeleine Loisel, mariée à Louis de Béthencourt, seigneur de Hondainville, près Mouy, dont la fille l’apporte en mariage à Claude de Rieux. Antoine parle de descendants, des gentilshommes avec lesquels nous cousinons.

¤.9. Nicolas Loisel (ca 1455 - 1535) est échevin de Beauvais en 1512[50]. Il hérite des biens considérables que lui laisse son frère, Jean III Avis Loisel. A partir de cette époque, on voit en effet la Famille Loisel bien établie, honorablement et quelquefois hautement alliée[51]. Il se marie en secondes noces à Marie Walon (ca 1470 - 1535) et ils ont a 12 enfants. Loisel connaît son grand-père et sa grand-mère et douze de leurs enfants vivants. Son père est l'aîné, à l'exception de ceux qui sont religieux[52]. Ce dévot est inhumé aux Cordeliers à Beauvais. Nicolas Loisel est le père de :

¤ Jean Loisel, écuyer, qui suit.
¤ Lucien, marié à Pontoise, arrière-grand-père de Marguerite Loysel, veuve de Maistre Nicolas Germain.
¤ Huguette Loisel Mariée avec Martin Clément
¤ Marie Loisel mariée avec Nicolas Patin, sieur d'Argenlieu, mère de Marie Patin (1530 après 1553), épouse en 1553 de Pierre II de Nully (1520 - 1580), Docteur en faculté de médecine.
¤ Nicolas II, Receveur des Comtés et Évêché de Beauvais, marié à Beauvais avec Anne Docor, puis Marguerite de Nully, dont Anne mariée avec Nicolas des Essars, élu en l'élection de Beauvais. Il est pair en 1560.
¤ Jacques Loisel dit Père Avis est né à Beauvais, après 1490. Il est le neveu de Jean III Avis Loisel et l'oncle d'Antoine Loisel. Il devient maître ès arts, régent à Paris et docteur en théologie. Puis il est Père cordelier (ordre mineur franciscain), à Beauvais. Ce Loisel gagne une grande réputation en tant que prédicateur et par ses bonnes œuvres.
¤ Antoine Loisel, Prêtre, chanoine de la cathédrale de Beauvais
¤ Claude Loisel, Prieur du Couvent de la Chaise, au diocèse de Séez.
¤ Angadresme Loisel mariée à Antoine Bourrée, parents de Jean Conseiller en élection de Beauvais.
¤ Catherine Loisel de Flambermont (ca 1495 - 1568) est religieuse, puis abbesse de l'abbaye de Penthemont, en 1567 et 1568. Marguerite Loisel de Flambermont (ca 1520 - 1586), sa nièce, lui succède.
¤ Marie Angadresme Loisel mariée à Pierre Cantarel, maire de Beauvais en 1553.


¤.10. Jean Loisel (ca 1490 - 1557), écuyer, marié en 1518 à Catherine d'Auvergne (voir sous-chapitre : Ses parents)


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

MARIAGE ET DESCENDANCE D'ANTOINE LOISEL[]

.


Mariage[]

.

Marie de Goulas est la cousine germaine de Nicolas Goulas.

Antoine Loisel est incité à se marier le 2 août 1563 avec Marie de Goulas (1541 - 1595), fille de Léonard Goulas, ancien avocat au parlement, secrétaire des commandements de Gaston d'Orléans, et Filipe du Mesnil. Elle est la cousine germaine de Nicolas Goulas, et aussi la nièce de l'avocat Jean-Baptiste Dumesnil. Avocat du roi au parlement de Paris sous les règnes des rois Henri II, François II et Charles IX, il gagne une grande réputation par sa probité, son savoir et son éloquence, ainsi que pour son zèle pour le bien public. Avocat-général dans l'affaire de l'Université contre les jésuites, il conclut contre eux.

Antoine Loisel et Marie Goulas ont 12 enfants. Elle meurt à Paris le 22 août 1596. Elle est comme son mari inhumée en l'église Saint-Jean en Grève, à Paris.

.

.

.

.

.

Descendance d'Antoine Loisel[]

.

Autre portrait d'Antoine Loysel.

Guillaume Marescot âgé.

Depuis son acquisition en 1612 par Guillaume Marescot, le château de Thoiry est resté depuis treize générations la propriété de la même famille, la transmission se faisant souvent par les femmes.

Statue de Chrestienne Le Clerc du Vivier, belle mère de son fils Antoine II.

Boulevard Loisel à Beauvais.

Robert Loysel dans l’Armorial des parlementaires de Normandie à Rouen (1656)[53][54]

Antoine Loisel et Marie Goulas ont :

¤ Marie Loisel (° 1567) mariée à Guillaume Joly, avocat, lieutenant général de la Connétablie, mère de Claude Joly (1607 - 1700) homme de lettres français[55]. D’abord avocat, il est ensuite entré dans les ordres pour devenir en 1631 chanoine, puis official de Notre-Dame de Paris. Il accompagna le duc de Longueville au congrès de Münster et fait un voyage à Rome. Frondeur et ami du cardinal de Retz, il est l’auteur du Recueil de maximes véritables et importantes pour l’institution du roi, contre la fausse et pernicieuse politique du cardinal Mazarin, prétendu surintendant de l’éducation de Sa Majesté (Paris, 1652, in‑8o). Le 11 janvier 1653, le livre est condamné au bûcher et son auteur à l’exil. Claude Joly publie de nombreux autres ouvrages historiques, politiques et religieux. Il est l’oncle de Joly[56].


¤ Antoine II Loisel (1569 - 1610) se marie en 1602 avec Anne Bailly (1585 - 1642). Le contrat stipule en faveur d'Anne Bailly un douaire de 1500 livres[57]. Il est conseiller au Parlement de Paris et à la cour en 1604. Antoine Loysel est malade. Pendant cette indisposition, il perd Antoine Loysel, son fils aîné, conseiller en la Cour, qui meurt le 23 décembre 1610. Anne Bailly est la fille de M. Bailly, président en la Chambre des comptes et Chrestienne Le Clerc du Vivier. Elle accouche le 23 septembre de l'année 1611, d'un fils posthume, Niçaise, futur conseiller en la Cour. Ce Niçaise Loisel (1611 - 1652) est le grand-père de Pierre Coustant Pierre Coustant (1654 -1721) et un des ancêtres des familles Coustant et Mottet. Antoine Loysel fait élever cet enfant auprès de lui, et il en marque son plaisir par ces vers :

Quis Civilliaca lateal, si quaeris, eremo,
Laertesque senex, Thelemacusque puer[58].

Pierre Pithou, conseiller au Parlement le 11 mai 1629, épouse Chrétienne Loisel, fille d'Antoine II, conseiller au Parlement en 1604, et mort en 1610[59].


¤ Guy Loisel (1570 - 1631), second fils d’Antoine, chantre en 1590, est reçu conseiller clerc au Parlement de Paris en 1597, en la troisième Chambre des enquêtes. Monté à la Grand’Chambre en 1619, il est chanoine de Notre-Dame de Paris, puis de l’église de Beauvais, prieur de la Chaise du Fresnoy (Popoff, no 1596)[60]. La septième maison canoniale du chapitre de Beauvais appartient à Messire Guy Loisel, en 1584, après lequel elle est vendue, le 30 janvier 1604, à Me Léonore Le Bou. Il porte :

D'argent, à trois merlettes de sable[61].


¤ Valentine Loisel (1572 - 1641), est mariée en 1597 à Guillaume Marescot, avocat du roi, entre autres Intendant en Normandie (1627).


Article détaillé : Guillaume Marescot


¤ Jean Loisel 1573


¤ Claude Loisel (1575 - après 1622) est sieur de Flambermont, possesseur de la terre et ferme du Chouquoy, demeurant à Flambermont. Arrêt du Parlement portant que la terre de Vendeuil, décrétée sur Pierre Loisel, écuyer, sieur de Quèvremont, vendue à la charge du droit et cours de l'eau appartenant à l'abbaye de Breteuil, 1648.


¤ Léonie Loisel née en 1577 est religieuse à Fontevrault.


¤ Renauld Loisel né en 1578, mort le 13 septembre 1596.


¤ Édouard Loisel né en 1582 et mort le 31 août 1596.


¤ Jacques Loisel 1585


¤ Charles Loisel publie le Trésor de l'histoire générale de notre temps, depuis 1610 jusqu'en 1628, Paris, 1636.


¤ Marguerite Loisel mariée avec Antoine de Sulphour,


¤ Quatre autres enfants morts en bas-âge.


En 1793, Pierre Loysel (1751 - 1813), député, demande qu’on mette au Panthéon les restes d’Antoine Loisel, qui est son ancêtre, mais un autre député fait remarquer que Loisel a le premier publié cette maxime despotique, Si veut le roi, si veut la loi . La proposition est alors unanimement rejetée (Michaud)[62].

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Garand Monique-Cécile. Un manuscrit d'auteur de Raoul Glaber ?. In: Scriptorium, Tome 37 n°1, 1983. pp. 5-28.
  2. Mémoires des pays, villes, comté et comtes, évesché et évesques, pairrie, commune et personnes de renom de Beauvais et Beauvaisis, par M. Antoine L'Oisel, Loisel, Antoine (1536-1617). S. Thiboust (Paris) : 1617.
  3. Les manuscrits d'afforty, Les registres de l’état-civil ancien de Senlis, les dossiers manuscrits de la Bibliothèque Nationale : Cabinet de d'Hozier, v. 24, Carrés de d'Hozier, v Dossiers bleus.
  4. Mélanges historiques, littéraires et archéologiques, Charles Dupont-White, Desjardins 1847.
  5. Auteuil
  6. Mémoires des pays, villes, comté et comtes, évesché et évesques, pairrie, commune et personnes de renom de Beauvais et Beauvaisis, par M. Antoine L'Oisel, Loisel, Antoine (1536-1617). S. Thiboust (Paris) : 1617.
  7. Mémoires des pays, villes, comté et comtes, évesché et évesques, pairrie, commune et personnes de renom de Beauvais et Beauvaisis, par M. Antoine L'Oisel, Loisel, Antoine (1536-1617). S. Thiboust (Paris) : 1617.
  8. UNE FAMILLE DE LIEUTENANTS GÉNÉRAUX AU BAILLAGE DE SENLIS AU XXVIe ET XVIIe SIÈCLES LES LOISEL
  9. Nobiliaire du Berry ..., Volume 2, Hugues A. Desgranges, l'auteur, 105, av. Jean-Jaurès.
  10. Auteuil
  11. Auteuil
  12. Auteuil
  13. Auteuil
  14. [1]
  15. Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790: Oise. Archives ecclésiastiques, Série G, Volume 1, Gustave Desjardins, Imprimerie de D. Pere, 1878.
  16. Auteuil
  17. Auteuil
  18. Auteuil
  19. Mélanges historiques, littéraires et archéologiques, Charles Dupont-White, Desjardins 1847.
  20. Mélanges historiques, littéraires et archéologiques, Charles Dupont-White, Desjardins 1847.
  21. UNE FAMILLE DE LIEUTENANTS GÉNÉRAUX AU BAILLAGE DE SENLIS AUX XVIe ET XVIIe SIÈCLE S. : LES LOISEL
  22. Beauvais hier et aujourd'hui, Robert Lemaire, Horvath, 1986.
  23. Archives historiques et ecclésiastiques de la Picardie et de l'Artois, Paul Roger p. 157.
  24. Dictionnaire topographique, statistique, historique, administratif, commercial et industriel des villes, bourgs et communes du département de l'Oise, Victor Tremblay, chez E. Tremblay, 1846.
  25. Mélanges historiques, littéraires et archéologiques, Charles Dupont-White, Desjardins 1847.
  26. Mélanges historiques, littéraires et archéologiques, Charles Dupont-White, Desjardins 1847.
  27. Armorial Général, généralité d'Amiens, folio 479.
  28. Le nobiliaire universel: ou, Recueil général des généalogies historiques et veridiques des maisons nobles de l'Europe, Volume 3, vicomte Ludovic de Magny, Institut Heraldique, 1836.
  29. Les maisons canoniales du chapitre de Beauvais et leurs possesseurs, Librairie de Mme Veuve Pineau, 1870.
  30. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  31. UNE FAMILLE DE LIEUTENANTS GÉNÉRAUX AU BAILLAGE DE SENLIS AU XXVIe ET XVIIe SIÈCLES LES LOISEL
  32. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc... / recueillis et publ. par Ch. Brainne.
  33. Le nobiliaire universel: ou, Recueil général des généalogies historiques et veridiques des maisons nobles de l'Europe, Volume 3, vicomte Ludovic de Magny, Institut Heraldique, 1836.
  34. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  35. Le nobiliaire universel: ou, Recueil général des généalogies historiques et veridiques des maisons nobles de l'Europe, Volume 3, vicomte Ludovic de Magny, Institut Heraldique, 1836.
  36. Volume 1 de Extrait des chartes: et autres actes normands ou anglo-normands, qui se trouvent dans les archives du Calvados ... Accompagnés d'un atlas in 4o. contenant 500 sceaux ou contresceaux dessinés et mis en ordre, Léchaudé d'Anisy, Chez l'auteur, 1834.
  37. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  38. Antoine Loisel et son temps (1536 - 1617). Discours prononcé le jeudi 2 décembre 1875, à l'ouverture de la conférence Paillet, par Demasure, Armand, 1848-1885 ; Ordre des avocats à la cour d'appel, Paris 1876.
  39. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  40. Le nobiliaire universel: ou, Recueil général des généalogies historiques et veridiques des maisons nobles de l'Europe, Volume 3, vicomte Ludovic de Magny, Institut Heraldique, 1836.
  41. Revue des travaux et comptes rendus de ses séances, Volume 97, Académie des sciences morales et politiques, Librarie Sirey, 1872.
  42. Commentarii Facult. med. Paris. Reg. 2, f° 108.
  43. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  44. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  45. Mémoires des pays, villes, comté et comtes, évesché et évesques, pairrie, commune et personnes de renom de Beauvais et Beauvaisis, par M. Antoine L'Oisel, Loisel, Antoine (1536-1617). S. Thiboust (Paris) : 1617.
  46. UNE FAMILLE DE LIEUTENANTS GÉNÉRAUX AU BAILLAGE DE SENLIS AU XXVIe ET XVIIe SIÈCLES LES LOISEL
  47. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  48. Dictionnaire Biographique Des Medecins en France Au Moyen Age, Volume 35 de Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole pratique des hautes études médiévales et modernes, Danielle Jacquart, Librairie Droz, 1979. ISBN 260004664X, 9782600046640.
  49. Origine des Anciennes Familles de Paris, note marginale F.F.32354.
  50. UNE FAMILLE DE LIEUTENANTS GÉNÉRAUX AU BAILLAGE DE SENLIS AU XXVIe ET XVIIe SIÈCLES LES LOISEL
  51. Mélanges historiques, littéraires et archéologiques, Charles Dupont-White, Desjardins 1847.
  52. Les hommes illustres du département de l'Oise : Bibliothèque du Beauvaisis : notices biographiques, critiques, analyses littéraires, citations d'ouvrages, documents particuliers, etc... / recueillis et publ. par Ch. Brainne.
  53. AD 76.
  54. Famille(s) de Marescot.
  55. Les maisons canoniales du chapitre de Beauvais et leurs possesseurs, Librairie de Mme Veuve Pineau, 1870.
  56. Note [3]
  57. Bulletin de Société historique du sixième arrondissement de Paris, page 25, 1921.
  58. Institutes coutumières d'Antoine Loysel; ou, Manuel de plusieurs et...', p.lxii.
  59. ARMORIAL DU PARLEMENT DE PARIS par M. Bonneserre de Saint-Denis (1862)
  60. Note [3]
  61. Les maisons canoniales du chapitre de Beauvais et leurs possesseurs, Librairie de Mme Veuve Pineau, 1870.
  62. Note [3]
Advertisement