Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

brouillon




                   Dominique de Lannux de La Chaume



Blason des Lannux.

La fleur de lys dans l'écu couronné du papetier Jean (de) Villedary.

Marie de Lannux rend de fidèles et affectueux services, depuis 1701, à la duchesse de Foix. Cette dernière lui fait d'importants dons, des cadeaux et en fait une de ses héritières. Les enfants de Dominique de Lannux de La Chaume héritent de leur tante et son mari, banquier.

Dominique de Lannux de La Chaume est né au château de La Mothe-Charente, à Nersac, en 1675. Il décède, le 26 août 1749, au Logis de La Chaume, paroisse du Roullet et est enterrée le lendemain dans l'église.


Dominique de Lannux de La Chaume est un membre de la famille Lannux. Il est élevé au château de la Mothe-Charente, à Nersac, jusqu'en 1787. Puis il s'installe avec ses parents, Noël Lannux de la Chaume et Elisabeth Gaudin, au Logis de La Chaume à Roullet en Angoumois.

En 1701, sa soeur Marie de Lannux (1672 - 1750) monte à Paris, pour vivre auprès de leurs oncles, Auger, Dominique de Lannux (1634 - 1718), et Jean-Baptiste de La Nux (tige des Lanux). Comme eux elle fait bientôt partie de la haute domesticité royale ou ducale. Jean-Baptiste de La Nux (tige des Lanux) est écuyer de la Reine et la femme de leur autre oncle, Dominique de Lannux (1634 - 1718), est Demoiselle suivante de la duchesse de Foix. Les Candalle-Foix sont apparentés à Jean Louis de Nogaret de la Valette, un Nogaret... Marie de Lannux devient la femme de chambre de la Duchesse, et hérite en partie d'elle. Elle se marie avec Charles Philibée (1662 - 1750), en 1710, le commissaire des affaires du Roy au département de Dinan, en Bretagne, lui aussi au service de la duchesse et du duc de Foix[1]. Mais dès 1720 il est négociant et banquier. En 1746, Philibée est receveur des droits du duc de Penthièvre, amiral de France. Le couple laisse pour héritiers en 1750 les enfants de Dominique de Lannux de La Chaume[2]. Dominique a aussi un frère qui se marie, comme lui avec une Villedary. Comme Marie de Lannux et les enfants de Dominique il s'installe avec sa femme à Morlaix et devient riche.


Les enfants de Dominique s'enrichissent à Morlaix, s'allient avec des familles nobles et occupent des fonctions importantes. Le Nobiliaire et armorial de Bretagne, de Potier de Courcy, nous parle de :

Lannux, seigneur de Kermabon, — de la Chaume, — du Rascofit (Rascoët) , paroisse de Garlan, évêché de Tréguier. Trois maires de Morlaix de 1753 à 1776[3].


Voir article détaillé : Lannux


Voir article détaillé : Noël Lannux de la Chaume


Voir article détaillé : Lanux


Voir article détaillé : Descendance de Marie Catherine Saulnier de Cugnon


Les Lannux sont originaires de la Bigorre. Ils vont en Aragon et forment deux branches : les Lanuza qui s'y installent, tandis que les Lannux vont en Gascogne. Du Béarn, au XVIIe siècle, une branche s'installe dans l'Angoumois et l'autre, les Lanux, à Paris, puis à La Réunion. Ceux des Charentes émigrent à Morlaix au XVIIIe siècle. Ces Lannux font du négoce à Séville et Cadix et sont Consuls d'Espagne à cette époque.

SA JEUNESSE[]

Noël de Lannux est Fondé de procuration du Général-Gouverneur Henry François de Gentil (1628 - 1693) et est toujours domicilié au château de la Mothe, à Nersac, en 1787.

Dominique de Lannux de La Chaume (ca 1675 - 1749) est un membre de la famille Lannux. Il est élevée au château de la Mothe-Charente, à Nersac, jusqu'en 1787, où son père est procureur du marquis de Langallerie et d'un enfant de l'aristocratie. Très instruit il est aussi une sorte de régisseur du Premier baron de Charente.

Dominique de Lannux de La Chaume demeure, avec ses parents, Noël Lannux de la Chaume et Elisabeth Gaudin, en 1690, à Roullet en Angoumois, au Logis de La Chaume[4]. Sous l'Ancien Régime, Roullet est une seigneurie qui appartient à la famille de Gentil de Langallerie, donc le fief de La Chaume est donné ou vendu aux Lannux par le Marquis. En effet, nous avons retrouvé le 7 novembre 1690 un acte de baptême dans lequel sa soeur Marie de Lannux est citée comme marraine d’Estienne Guesdon.

Marie de Lannux et son frère Dominique de Lannux de La Chaume ont un frère décédé avant 1720, à Morlaix. Il est un des principaux contributeurs à la capitation de 1720 du quartier du Pavé[5]. On trouve dans les registres paroissiaux de Morlaix, une Anne Marie de Villedary, veuve Lannux, marraine le 19 août 1783, de la fille de noble Jean Diot. Il s'agit certainement de sa veuve, membre de la Famille Villedary. Les noms des autres épouses des Lannux sur Morlaix nous sont connues.


Voir article détaillé : Marie de Lannux


Maître-chirurgien[]

.

Dominique de Lannux, son fils, est Maître chirurgien à Roullet et à Angoulême.

L'hôpital Saint-Roch à Angoulême. En 1692 il est remplacé par un hôpital général, à peu près l'emplacement de la gare actuelle.

Leçon d'anatomie (Rembrandt).

Dominique de Lannux apparaît comme sieur de La Chaume, demeurant à la paroisse de Roullet en Angoumois en 1709 où il occupe les fonctions de maître chirurgien.

Il résulte de tout ceci que vers le milieu du XVIIe siècle il existe à Angoulême plusieurs hôpitaux et établissements charitables :

1° Saint-Michel;

2° Saint-Roch de L'Houmeau;

3° Saint-Roch nouveau;

4° L'aumônerie Saint-Gelais;

5° L'aumônerie Saint-Pierre ou du chapitre;

6° L'hôtel-Dieu de Notre-Dame-des-Anges.

Il existe plus tard un autre hôpital à Angoulême sous le nom d'hôpital général. Il est situé au faubourg L'Houmeau, où est actuellement la gare des marchandises du chemin de fer. Il est fondé en 1692 par le bureau d'administration des hôpitaux, sous l'épiscopat de François de Péricard.

Dominique de Lannux de la Chaume est maître chirurgien (gravure de A.Bosse). A cette époque, il n'y a qu'un seul maître chirurgien à l'Hôtel-Dieu à Paris. Ce sont les ancêtres de nos chefs de clinique. Régulièrement Dominique doit se déplacer dans toute la province et l’on vient de très loin pour le voir.


Le 30 septembre 1691, nous relevons dans un acte de baptême à la paroisse du Roullet, que Dominique de Lannux a été le parrain de Dominique Gaudin, peut être un de ses neveux.


Le 27 mars 1741, Dominique de Lannux et Madeleine de Villedary, donnent, par acte passé devant Delafont notaire Royal au Roullet, leur consentement au mariage de leur fils Jean l’aîné. Acte contrôlé le même jour au Roullet. Ils ne se sont donc pas déplacés pour ce mariage qui a eu lieu à Morlaix.

Le 11 janvier 1745, (2 E 4860 Nre Paranteau Jean) Les sieurs et demoiselle de Villedary donnent quittance à Dominique de Lannux de la Chaume et à sa femme. Il s’agit des enfants du second lit de Jean Villedary demi-frères et sœurs de Magdeleine..

Le 23 juillet 1745 Dominique de Lannux et sa femme vendent à Pierre Gaudin une terre leur appartenant.

23 07 1745 - 2 E 4860 - Vente par le sieur de Lannux et sa Femme à Gaudin

Furent présents Dominique de Lannux sieur de La Chaume et sa femme Magdeleine de Villedary, demeurant au Roullet, lesquels ont vendu, cédé, quitté et délaissé à Pierre Gaudin charpentier présent et demeurant au village de Damaud paroisse du Roullet, une pièce de terre labourable sise au lieu appelé « Les Chesneaux » prés de Guesdon, pour 15 livres. Signé parenteau, Delafont, Gaudin, D. Lannux et M. Villedary


Le 11 janvier 1745, Les enfants du second lit de Jean Villedary et de Marie Desombres, donnent quittance à Dominique de Lannux et à son épouse.

11 janvier 1745 - 2 E 4860 - Notaire Paranteau Jan - A.D. Angoulême Quittance des Sieurs et demoiselle de Villedary aux Lannux de La Chaume . étaient présents : Jean Pierre Villedary juge assesseur de Claix, demeurant à Angoulême paroisse St André, Françoise et Madeleine Villedary, sœurs majeures demeurant au bourg de La Couronne, F. Lescallier procureur et époux de défunte Jacquette Villedary, demeurnt au bourg de La Courante, Dominique de Lannux et Magdeleine de Villedary. Les premiers reconnaissent avoir reçu de Dominique de Lannux sieur de La Chaume et de Magdeleine de Villedary son épouse, demeurant à la Chaume, la somme de 900 livres en principal du par vertu de l’acte du 29 mai 1736 reçu par le dit notaire et insinué le 10 juin à Roullet par Tiffon et 27 livres pour intérêts depuis le procès verbal du dit acte. Cette somme sera partagée entre les quatre Villedary suivant acte du 8 janvier 1745 reçu chez Meslier. Pour rembourser cette somme Dominique Lannux doit hypothèquer tous ses biens présents et à venir. L’acte est passé en la maison de Lescalier Acte signé Villedary, de Lannux, Paranteau, Meslier Nre royal au Roullet.

Le 20 juillet 1745 ( 2 E 4860) Dominique de Lannux et son épouse remboursent également une somme de 200 livres à Pierre Ordonneau époux de Anne Villedary, cinquième enfant du second lit de Jean Villedary.

20 07 1745 - 2 E 4860 Meslier Notaire Quittance de Ordonneau et sa femme au sieur de Lannux de La Chaume

furent présent Pierre Ordonneau agriculteur et Anne Villedary sa femme demeurant du Chastelard, paroisse du Roullet, qui reconnaissent avoir reçu de Dominique de Lannux maître chirurgien et Magdeleine de Villedary sa femme, demeurant à La Chaume, la somme de 200 livres de principal restant sur les 1.200 livres dues au dit Ordonneau porté en l’acte passé devant Portet notaire le 29 mai 1736 et insinué le 10 juin 1736 par Tiffon.


Le 11 janvier 1745, Les enfants du second lit de Jean Villedary et de Marie Desombres, donnent quittance à Dominique de Lannux et à son épouse.


11 janvier 1745 - 2 E 4860 - Notaire Paranteau Jan - A.D. Angoulême Quittance des Sieurs ert demoiselle de Villedary aux Lannux de La Chaume .

Etaient présents : Jean-Pierre Villedary juge assesseur de Claix, demeurant à Angoulême paroisse St André, Françoise et Madeleine Villedary, sœurs majeures demeurant au bourg de La Couronne, F. Lescallier procureur et époux de défunte Jacquette Villedary, demeurant au bourg de La Couronne, Dominique de Lannux et Magdeleine de Villedary. Les premiers reconnaissent avoir reçu de Dominique de Lannux sieur de La Chaume et de Magdeleine de Villedary son épouse, demeurant à la Chaume, la somme de 900 livres en principal du par vertu de l’acte du 29 mai 1736 reçu par le dit notaire et insinué le 10 juin à Roullet par Tiffon et 27 livres pour intérêts depuis le procès verbal du dit acte. Cette somme sera partagée entre les quatre Villedary suivant acte du 8 janvier 1745 reçu chez Meslier. Pour rembourser cette somme Dominique Lannux doit hypothèquer tous ses biens présents et à venir. L’acte est passé en la maison de Lescallier Acte signé Villedry, de Lannux, paranteau, meslier Nre royal au Roullet.

Le 20 juillet 1745 ( 2 E 4860) Dominique de Lannux et son épouse remboursent également une somme de 200 livres à Pierre Ordonneau époux de Anne Villedary, cinquième enfant du second lit de Jean Villedary.

20 07 1745 - 2 E 4860 Meslier Notaire Quittance de ordonneau et sa femme au sieur de Lannux de La Chaume

furent présent Pierre Ordonneau agriculteur et Anne Villedary sa femme demeurant du Chastelard, paroisse du Roullet, qui reconnaissent avoir reçu de Dominique de Lannux maître chirurgien et Magdeleine de Villedary sa femme, demeurant à La Chaume, la somme de 200 livres de principal restant sur les 1200 livres dues au dit Ordonneau porté en l’acte passé devant Portet notaire le 29 mai 1736 et insinué le 10 juin 1736 par Tiffon.


Jean-Pierre, Jacquette épouse Lescallier, Françoise, Madeleine, Anne qui épouse Pierre Ordonneau agriculteur vivant au Chastelard paroisse du Roullet et un autre enfant dont nous ne connaissons pas le prénom.


Il apparaît comme sieur de La Chaume, demeurant la paroisse de Roullet en Angoumois 1709 où il occupait les fonctions de maître chirurgien. Il vit à La Chaume, paroisse du Roullet (Charente) vers 1670, il se marie avant 1696 avec Madeleine de Villedary, paroisse du Roullet, il était décédé en 1756 lors du mariage de son fils Jean. Le 30 septembre 1691, nous relevons dans un acte de baptême qu'il a été le parrain de Dominique Gaudin, peut être un de ses neveux. Le 20 août 1709, par acte passé par-devant Renard, notaire à Paris ( AN/MC/ET/CXVII/223), sa sœur Marie, alors majeure, renonce à la succession de ses parents en sa faveur, il sera donc seul héritier de Noël de Lannux. Son épouse Madeleine de Villedary est présente à Morlaix en août 1756 pour le mariage de son fils Jean Lannux de La Chaume, domiciliée à la paroisse St Melaine. Elle est peut être décédée à Morlaix.

Renonciation de Marie de Lannux à l'héritage (1709)[]

.

Carte de Cassini (en 1750). Roullet. La Chaume.

Le 20 août 1709, par acte passé par-devant Renard, notaire à Paris, sa sœur Marie, alors majeure, renonce à la succession de ses parents en sa faveur. Il est donc seul héritier de Noël de Lannux. Renonciation de Marie de Lannux en faveur de Dominique de Lannux :

Aujourd'huy est comparu par-devant les conseillers du Roy, notaires au Chastelet de Paris soussignés, demoiselle Marie de Lannux, fille majeure jouissante de ses droits, demeurant à Paris à l'hostel de Foix, rue Neuve des Petits Champs, paroisse Saint Roch, laquelle a déclaré qu'elle s'abstient et renonce en faveur de Dominique de Lannux, sieur de La Chaume son frère, maître chirurgien à Roulette en Angoumois aux successions de défunts Noël Lannux de la Chaume et demoiselle Elisabeth Gaudin, jadis sa femme, ses père et mère, après qu'elle a juré et affirmé en mains des notaires soussignés ne s'être immiscée, prise et appréhendée aucuns biens et effets de la succession, quittant et remettant mesme, la dite demoiselle de Lannux pour et en faveur du dit sieur son frère tout ce qui peut luy être du par la succession des dits sieur et demoiselle ses père et mère et par le dit sieur son frère pour quelque cause que ce soit. Et pour faire insinuer ces présentes ou besoin sera, dans le temps de l'ordonnance, la dite demoiselle de Lannux a constitué son procureur le porteur des présentes auquel elle en donne pouvoir[6].

Fait et passé à Paris en l'étude de Renard Notaire.

L'an mil sept cent neuf, le vingtième jour de aoust après midy et ont signé.


¤ Renard, Delambon, notaires au Châtelet de Paris

¤ Noël Lannux de la Chaume

¤ Dominique, de Lannux, fils de Noël de Lannux et d'Elisabeth Gaudin, sieur de La Chaume, maître chirurgien

¤ Marie de Lannux, fille de Noël Lannux de la Chaume et d'Elisabeth Gaudin

¤ Elisabeth Gaudin

Décès de Dominique de Lannux, puis de son épouse[]

.

Acte de décès de Dominique Lannux.

26 août 1749, Acte de décès de Dominique de Lannux :

Ce 26 août 1749 a esté enterré Dominique Lachaume chirurgien dans ses sépulture qui sont dans l’église. Jouet Curé du Roullet[7].


25 novembre 1762, Acte de décès de Marie Magdeleine de Villedavid :

Marie Magdeleine de Villedavid en son vivant veuve de noble homme Dominique Lannux, âgée d’environ soixante dix sept ans, morte dans la communion de l’église le vingt et cinquième novembre mil sept cent soixante deux, fut le lendemain inhumée dans le cimetière de cette église paroissiale en présence des soussignants.
Lannux J., Lannux de La Chaume, l’abbé La Bourou Grestin, H. Martel prêtre[8].


Il était en effet vivant à La Chaume en 1741 lors du mariage de son fils aîné Jean l’aîné, mais cité comme feu lors du mariage de son fils Jean.


MARIAGE ET DESCENDANCE[]

.


Mariage[]

.

Filigrane avec les initiales des Jean Villedary.

Eglise de St-Jean de la Palue (La Couronne).

Le moulin à papier de Beauvais est devenu une usine.

Dominique de Lannux de La Chaume (1675 - 1749) se marie fin 1709 à La Couronne. Un contrat de mariage a été passé par-devant Pechillon, notaire à La Couronne, le 24 octobre 1709[9], contrat fait au lieu de La Fuye, avec Magdeleine de Villedary, Nous n’avons pas retrouvé l’acte de mariage. Magdeleine de Villedary (1687 - 1762) n’est pas majeure, elle est sous tutelle de M. Léonard Vivien, procureur au siège présidial et curateur. Dominique de Lannux apporte en dote tous les biens à lui échus par le décès de ses parents en quoi qu’ils puissent consister et ce, en vertu de la renonciation de Marie sa sœur. Magdeleine de Villedary est un membre de la Famille Villedary. Elle apporte ce qu’elle a reçu en biens échus du décès de ses parents, Jean de Villedary, maître papetier au Moulin de Beauvais, paroisse de Nersac, et Marie Clergeau sa première épouse, notamment 200 livres en argent ainsi que ses bagues, joyaux et meubles. Ils mettent tous les deux dans la communauté 200 livres, en ce qui concerne Dominique de Lannux à prendre sur l’inventaire fait suite au décès de ses parents, inventaire passé chez Ordonneau notaire le ? 1708. Les témoins présents à ce contrat de mariage sont Jean Gillier sieur Dagninat venant de la part de Marie de Lannux, Jean Gaudin, oncle maternel de Dominique de Lannux, pour Magdeleine de Villedary, Léonard Vivien curateur, Jean et autre Jean de Villedary ses frères ainsi que Seguin, curé de la paroisse de Nersac. L’acte est signé par les deux notaires Ordonneau et Pechillon, ainsi que par Marie Sallée, épouse d’un des frères de Villedary.

Magdelaine Villedary est née le 13 octobre 1687, à La Fuye, paroisse de Nersac et a été baptisée le 16 octobre à Nersac. Elle est la fille de Jean Villedary, maître papetier au moulin de Beauvais, paroisse de Nersac et de Marie Clergeau. Par acte du 12 mars 1704,( 2 E 2640 Nre. Pechillon à Nersac) ses parents étant décédés, elle est émancipée à la demande de ses frères. Elle est présente au Roullet le 14 juin 1717 dans l’acte de naissance de Jacquette léger dont elle est citée comme marraine, puis le 3 avril 1740 comme marraine de Gérard Clément et à Morlaix en août 1756 pour le mariage de son fils Jean Lannux de La Chaume. Elle décède à Morlaix, à l’âge de 75 ans, paroisse St Melaine le 25 novembre 1762 et fut inhumée le lendemain dans le cimetière de l’église Ste Melaine, en présence de Jean de Lannux de Lachaume ainsi qu’un Lannux, un Gratien, l’abbé La Bourat et H. Martel prêtre.

Jean-Edmond Laroche-Joubert, descendants de papetiers, est né, le 12 janvier 1820, lui-aussi, au moulin de Beauvais à La Couronne


Voir article détaillé : Famille Villedary


Descendance[]

.

Ses fils héritent de Marie de Lannux, leur tante, et de son mari, Charles Philibée, dont voici le blason.

De son mariage il a 9 enfants connus de nous :


¤ Jean l’aîné Lannux de la Chaume, né en 1711, receveur des fouages, négociant à Morlaix.


¤ Jean de Lannux de la Chaume, né en 1713, demeurant à la Chaume, en 1752.


¤ Charles François de Lannux, né en 1718, négociant à Morlaix.


¤ Françoise de Lannux, née en 1720, , épouse de Maître Jean-Baptiste Paranteau de la Meullière, demeurant à la Chaume.


¤ Pierre de Lannux, né en 1723 il a du décéder avant 1751.


¤ Le Père Anselme, dans son Histoire de la Maison royale de France, nous dit

Femme, Madeleine Lannux, mariée à Morlaix par contrat du 15 février 1732, mariage célébré à Saint-Melaine de Morlaix le 18 des mêmes mois & an, épouse de Philippe Miron de l'Estang, demeurant à Morlaix, négociant, ancien prieur, consul à Morlaix, et maire en charge de cette ville.Elle est était fille de Dominique Lannux, seigneur de la Chaume, & de Madeleine de Villedavy[10]. Les Miron sont une très ancienne famille catalane qui des descend des premiers Comtes de Pallars.


¤ Jean Lannux du Rascoët, sieur de la Groix, né en 1726, demeurant à Morlaix, paroisse Saint Martin et Saint Melaine.


¤ Françoise de Lannux, née en 1727, qui a du décéder avant 1752.


¤ François Lannux, né en 1729 (émancipé de justice, donc n'ayant pas 25 ans), sieur Descombes, négociant à Morlaix


Les enfants de Dominique Lannux partent à Morlaix (du fait des origines de leur mère ? ou des Philibée ?), d'autres restent à Roullet, parmi eux seul Françoise a une nombreuse descendance. Les Morlaisiens ayant eux-aussi une importante descendance. Nous retrouvons presque tout ses enfants dans l’acte de succession de Charles Philibée et Marie de Lannux du 15 avril 1752.

Quand le couple Philibée-Lannux décède, en 1750, les Lannux sont déjà une des 32 familles de négociants connus de Morlaix. Cet héritage et leurs talents vont leur permettre de devenir l'une des puissantes[11].

Les différentes branches de la famille Lannux sont repérables par l'adjonction au nom patronymique d'un nom de terre précise. Le Jean Lannux (1726 - 1801), qui se marie avec Marie Catherine Saulnier de Cugnon, apparaît comme sieur de Groix sur un extrait des registres du greffe du siège royal de Morlaix[12], du samedi 15 avril 1752, mais il achète la terre du Rascoët et Jean Lannux du Rascoët.


Le Nobiliaire et armorial de Bretagne, de Potier de Courcy, nous parle de :

Lannux, seigneur de Kermabon, — de la Chaume, — du Rascofit (Rascoët) , paroisse de Garlan, évêché de Tréguier. Trois maires de Morlaix de 1753 à 1776[13].

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Les anciennes familles bourgeoises dans les insinuations judiciaires de Riom (Puy-de-Dôme) : 1650-1703, Eric Tixier, E. Tixier 1996.
  2. E. 1030 AD. Nantes.
  3. Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890 (2, pp. 141-218).
  4. Histoire de la Maison royale de France, Volume 9, Partie 1, Anselme (père), Honore Caille Dufourny, Ange de Sainte-Rosalie (P.), P. Simplicien, Pol Louis Potier de Courcy, Édition 3, Editions du Palais royal, 1968.
  5. MORLAIX EN 1720. La ville de Morlaix, quartier par quartier, d'après la capitation de 1720
  6. AN/MC/ET/CXVII/223- Notaire Renard.
  7. Source : AD. Angoulême 1MIEC 312 - R1.
  8. Source : AD DE Morlaix.
  9. 2 E 2641 AD Angoulême.
  10. Histoire de la Maison royale de France, Volume 9, Partie 1, Anselme (père), Honore Caille Dufourny, Ange de Sainte-Rosalie (P.), P. Simplicien, Pol Louis Potier de Courcy, Édition 3, Editions du Palais royal, 1968.
  11. Guy de Rambaud, Les Lannux à Morlaix (1731 - 1811). La Gazette Saint Germain, Numéro 1, Janvier 2005.
  12. AD. Nantes - E. 1116.
  13. Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890 (2, pp. 141-218).


Nous adressons nos plus vifs remerciements à Madame Evelyne Couteau, pour sa contribution importante aux recherches.

Advertisement