Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

.

.

.

.

.

                                Cigogne blanche

.

.

.

.

.

Cigognes blanches (Bloc WWF Bosnie-Herzégovine).

Majestueux vol de cigognes blanches.

Distribution et itinéraires de migrations approximatifs (zone de nidification, zone d'hivernage, routes de migration).

La Cigogne blanche doit désormais faire face à l'hiver continental. La plupart des cigognes choisissent même d’affronter le froid et le jeûne de leur région plutôt que de migrer vers l'Afrique, où elles sont de plus en plus chassées du fait de la croissance démographique.

Nids de cigognes sur une ferme en Mazurie (ex Prusse Orientale, de nos jours en Pologne, près de la frontière lituanienne

La Cigogne blanche (Ciconia ciconia), est un grand oiseau échassier de la famille des Ciconiidés. Linnœus le place dans le rang des scolopaces[1]. Il existe plusieurs espèces, les deux plus connues étant cette cigogne blanche, et dans une moindre mesure la Cigogne noire (Ciconia nigra). Le petit est appelé cigogneau.

La cigogne blanche adulte possède un superbe plumage blanc[2]. Ce sont les rémiges qui sont noires. Mâles et femelles sont semblables[3]. Les adultes ont de longues pattes de couleur rouge orangé et de longs becs pointus rouges. Ils mesurent en moyenne entre 100 et 120 cm de la pointe du bec à la queue, avec une envergure de 155/215 cm, pour un poids de 2 à 4,5 kg[4].

Les deux sous-espèces, qui diffèrent légèrement en taille, se reproduisent, ou vivent toute l'année, en Europe — au nord jusqu'en Finlande —, dans l'Afrique sub-saharienne tropicale et en Afrique australe ou dans le sous-continent indien et à l'est jusque dans le Sud du Kazakhstan.

En 1974, la Cigogne blanche est au bord de l’extinction[5]. La Cigogne blanche n'est heureusement plus une grande migratrice. Elle part de moins en moins souvent[6] vers l'Afrique. Elle évite ainsi les nombreux dangers dont elle est victime durant ses longues migrations (chasse et braconnage, substances actives toxiques interdites dans l’UE dans l'agriculture[7], lignes à haute tension...). La sédentarisation de l'espèce lui sauve la vie[8].

Les dernières cigognes qui migrent évitent toujours la traversée de la mer Méditerranée en réalisant un détour à l'est par le Levant ou à l'ouest par le détroit de Gibraltar, car les courants ascendants de l'air, dont elle a besoin, ne se forment pas au-dessus de l'eau.

La Cigogne blanche a un régime carnivore et consomme un large éventail de proies animales : insectes, poissons, les amphibiens, lézards et serpents, petits rongeurs, oisillons, lombrics, limaces, et mollusques. Elle trouve la plupart de sa nourriture au sol, parmi la végétation basse, et dans l'eau peu profonde.

L'espèce est monogame, mais cette fidélité ne dure pas toute la durée de sa vie. Ils construisent un grand nid de branches qu'ils entretiennent et agrandissent pendant plusieurs années. Chaque année la femelle pond généralement une couvée de 3 à 5 œufs, qui éclosent 33 ou 34 jours après la ponte. Les deux parents incubent les œufs à tour de rôle et nourrissent tous les deux les cigogneaux. Ils naissent couverts d'un duvet blanc, avec un bec noir dont l'extrémité est brune. Les jeunes quittent le nid 58 à 64 jours après l'éclosion, et continuent d'être nourris par les parents durant 7 à 20 jours supplémentaires.

La Cigogne blanche est considérée comme espèce de préoccupation mineure par l'IUCN : International Union for Conservation of Nature. Car si Le défrichement de zones boisées pour l'agriculture lui a bénéficié, les changements dans les méthodes agricoles et l'industrialisation vont conduire au déclin et à la disparition locale de l'espèce en Europe aux XIXe et au début du XXe siècle. Les programmes de conservation et de réintroduction dans toute l'Europe ont abouti à la reprise de la nidification de la Cigogne blanche en France, aux Pays-Bas, en Suisse et en Suède. Cet oiseau n'a que peu de prédateurs naturels, mais peut être porteur de divers parasites ; le plumage est la cible des poux mâcheurs et des acariens des plumes, tandis que les grands nids peuvent contenir une grande variété d'acariens mésostigmates.

La Cigogne blanche, par sa grande taille, sa prédation des animaux nuisibles et parce qu'elle niche près de l'homme, a un impact important dans la culture et le folklore[9]. Dans les croyances ukrainiennes et de la plupart des pays européens, la cigogne possède des pouvoirs magiques pour protéger et aider les humains. Une famille avec un nid de cigogne sur sa ferme vivra dans la paix, la prospérité et la bonne santé. Un village avec beaucoup de Cigognes peut compter sur une récolte abondante. L'oiseau est censé être capable de prédire le temps. Le comportement agité indique l'approche du mauvais temps, debout sur une jambe, le temps froid et claquements du bec, une journée ensoleillée. Dans les contes et légendes de la cigogne joue toujours le rôle d'une aide de l'homme[10]. La légende la plus connue est celle de bébés apportés par les cigognes.

.

.

.

.

.

Timbres pakistanais avec comme thème les cigognes blanches.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

TAXONOMIE[]

.


Historique des classifications[]

.

Martinet : Cigogne blanche (1770).

Le naturaliste anglais Francis Willughby parle de la cigogne blanche au XVIIe siècle, après avoir vu un dessin envoyé par son ami et passionné d'histoire naturelle Sir Thomas Brown de Norwich. Il la nomme Ciconia alba. Ils remarquent que se sont juste des hôtes de passage en Angleterre, soufflés là par des tempête[11].

C'est l'une des nombreuses espèces d'oiseaux décrites à l'origine par Linné dans la 10e édition historique de ses Systema Naturae, où il lui attribue le nom binomial Ardea Ciconia (1758)[12].

La cigogne blanche est reclassée : nouveau genre Ciconia par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson, en 1760. Le genre et l'épithète spécifique Ciconiasont le mot latin pour "cigogne", initialement enregistré dans les œuvres d'Horace et d'Ovide. Le mot latin survit dans la plupart des langues romanes (cicogna, cigueña, cegonha...). Le mot cigogne est dérivé du mot anglais ancien stork, et est apparu dans les œuvres du Xe siècle. Dans le Glossaire d'Erfurt, le nom est assimilé à Ciconia, comme dans les Homélies d'Aelfric. Le mot est lié à la vieille storah haut-allemande , "cigogne", et des mots similaires dans de nombreuses autres langues européennes, qui sont toutes descendantes du sturko-z germanique[13].

.

.

.

.

.

Espèces existantes[]

.

Cigognes noires (FDC Belarus).

Laos Fdc 2001 : feuille et timbres Cigognes orientales.

Cigognes (Japon).

Cigognes (Inde).

Cigogne et gorille (Gabon).

D'après la classification de référence du Congrès ornithologique international (ordre phylogénique) :

¤ Ciconia nigra (Linnaeus, 1758) – Cigogne noire. En Europe, la cigogne noire est un oiseau sylvestre, qui fréquente aussi bien les forêts de feuillus que les forêts mixtes (résineux et feuillus)[14].

¤ Ciconia abdimii (Lichtenstein, 1823) – Cigogne d'Abdim. C'est une cigogne noire aux pattes grises, avec des genoux et des pieds rouges, un bec gris et le ventre blanc. C'est la plus petite espèce de cigognes. La cigogne d'Abdim se retrouve dans des espaces ouverts d'Afrique orientale et d'Afrique du Sud.

¤ Ciconia episcopus (Boddaert, 1783) – Cigogne épiscopale. La cigogne épiscopale est une espèce présente en Afrique ainsi qu'en Asie du sud-est, dans les zones humides, mais arborées. Elle construit son nid en roseaux dans les forêts

¤ Ciconia stormi (Blasius, 1896) – Cigogne de Storm. Son nom vient de Hugo Storm, le capitaine allemand du vapeur Lübeck, qui durant ses années de service (de 1887 jusqu'à environ 1895), récolte des spécimens d'histoire naturelle en Asie. À cause de la perte de son habitat, de populations très restreintes et du braconnage des espèces rares en forêt, la cigogne de Storm est hélas classifiée comme espèce en danger par l'UICN.

¤ Ciconia maguari (J. F. Gmelin, 1789) – Cigogne maguari. Six espèces sur sept sont des cigognes de l'ancien Monde, seule la Cigogne maguari (Ciconia maguari) se rencontre en Amérique du Sud. Les études fossiles suggèrent cependant que les cigognes sont sans doute plus abondantes en Amérique tropicale durant la Préhistoire. Elle possède un plumage blanc et noir, un bec gris terminé par une pointe rouge et un lore rouge également. Comme les autres ciconiidés, elle fréquente les zones marécageuses et y capture poissons, amphibiens et petits reptiles.

¤ Ciconia Ciconia (Linnaeus, 1758) – Cigogne blanche

¤ Ciconia boyciana (Swinhoe, 1873) – Cigogne orientale. Laest aussi appelée Cigogne à bec noir, Cigogne blanche de Corée ou Cigogne blanche du Japon. La Cigogne orientale ressemble beaucoup à la Cigogne blanche, mais est en moyenne plus grande : elle mesure de 100 à 129 cm de long du bout du bec au bout de la queue, pour une hauteur de 110 à 150 cm, un poids de 2,8 à 5,9 kg et une envergure de 2,22 m1,2. Elle est également plus pâle, son œil à l'iris blanchâtre est bordé de peau rouge, et son bec est noir et plus massif. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel apparent, mais la femelle est légèrement plus petite que le mâle. Les jeunes sont blancs, avec le bec orange.


Un fossile de Ciconia représentant l'extrémité d'un humérus droit a été récupéré dans des lits du Miocène de l'île Rusinga, au lac Victoria, au Kenya.Le fossile de 2,4-6 millions d'années pourrait provenir d'une cigogne blanche ou d'une cigogne noire, qui sont des espèces de la même taille avec des structures osseuses très similaires. Les couches du Miocène moyen de l'île de Maboko ont produit d'autres fossiles.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

DESCRIPTION[]

.

La Cigogne blanche est un oiseau de grande taille. Les mâles sont plus gros que les femelles.

Vol de la cigogne blanche.

Cigognes et cigogneaux.

La cigogne blanche est un gros oiseau. Les espèces de ce genre se caractérisent par leur bec droit et pointu et leur plumage principalement noir et blanc. Ce sont des échassiers, qui font 100-125 cm de haut et 155-215 cm d'envergure. Son poids est de 2,3-4,5 kg.

Les sexes sont identiques en apparence, sauf que les mâles sont plus gros que les femelles en moyenne. Dans certaines provinces espagnoles, des études ont montré que le pigment est basé sur l'astaxanthine provenant d'une espèce d'écrevisse introduite (Procambarus clarkii) et que le bec rouge vif apparaît même chez les oisillons, contrairement aux becs plus ternes des jeunes cigognes blanches ailleurs[15].

Les cigognes n'ont pas de muscle trachéo-bronchial autour du syrinx et ne peuvent ni chanter ni crier, et communiquent entre elles en claquant du bec : il s'agit du craquètement ou claquettement. Son petit s’appelle le cigogneau. Tout petit, il peut produire un son appelé miaulement. C'est en grandissant que le cigogneau perd cette capacité et développe le craquètement.

Au moment de l'éclosion, la jeune cigogne est partiellement couverte de plumes blanchâtres, clairsemées et courtes. Ce premier duvet est remplacé environ une semaine plus tard par une couche plus dense de duvet blanc laineux. Au bout de trois semaines, le jeune oiseau acquiert des scapulaires noirs et des plumes de vol. Au moment de l'éclosion, le poussin a des pattes rosâtres qui deviennent noirâtres à mesure qu'il vieillit. Son bec est noir avec une pointe brunâtre. Au moment où il s'envole, le plumage de l'oiseau juvénile est semblable à celui de l'adulte, bien que ses plumes noires sont souvent teintées de brun, et son bec et ses jambes sont d'un brun-rougeâtre ou orange plus terne. Le bec est typiquement orange ou rouge avec une pointe plus foncée[16].

En vol les cigognes blanches volent avec le cou tendu. Comme avec les autres cigognes, les ailes sont longues et larges permettant à l'oiseau de planer. Ses battements d'ailes sont lents et réguliers. Il marche à un rythme lent et régulier avec son cou tendu. En revanche, il se met souvent la tête entre les épaules lorsqu'il se repose.


Mortalité :

60 - 75 % des jeunes avant 1 an

20 - 25 % des adultes chaque année, essentiellement à cause des lignes électriques, des câbles... et de la chasse ![17].


Longévité :

une Cigogne a atteint l'âge de 39 ans ![18].

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

ESPÈCES SIMILAIRES[]

.

Bec-ouvert indien.

Timbres avec des grues chinois.

Dans sa gamme, la cigogne blanche est facile à distinguer des autres espèces lorsqu'elle est vue sur le sol. Mais l'aire d'hivernage de la Cigogne orientale chevauche celle du Bec-ouvert indien, qui a un plumage similaire mais une forme de bec différente.

Lorsqu'elle est aperçue à distance en vol, la cigogne blanche peut être confondue avec plusieurs autres espèces ayant des caractéristiques similaires, comme la cigogne à bec jaune, le grand pélican blanc et le vautour percnoptère. La cigogne à bec jaune est identifiée par sa queue noire et un bec jaune plus long et légèrement incurvé. La cigogne blanche tend également à être plus grande que la cigogne à bec jaune.

Le grand pélican blanc a des pattes courtes qui ne s'étendent pas au-delà de sa queue, et il vole avec son cou rétracté, gardant sa tête près de son corps trapu, lui donnant un profil de vol différent. Les pélicans se comportent également différemment, planant dans des troupeaux ordonnés et synchronisés plutôt que dans des groupes d'individus désorganisés comme le fait la cigogne blanche. Le vautour percnoptère est beaucoup plus petit, avec une longue queue en forme de coin, des jambes plus courtes et une petite tête jaune, teintée sur un cou court.

La grue commune, qui peut également regarder en noir et blanc dans la lumière forte, montre des jambes plus longues et un cou plus long en vol[19].

.

.

.

.

.

Timbres namibiens avec comme thème les cigognes.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

HISTOIRE[]

.

Enseigne en bois polychrome de la Pharmacie de la Cigogne (Strasbourg).

Pour les Français l'histoire de la cigogne remonte à la guerre de 70 et la perte de l'Alsace. Comme le montre cette enseigne en bois polychrome de la Pharmacie de la Cigogne à Strasbourg, la cigogne est liée aux traditions de l'Alsace.

Pourtent elle est là depuis des millénaires dans la France de l'intérieur, de l'autre côté du Rhin et même du Danube, voir en Afrique ou en Asie. L'Histoire naturelle des animaux nous qu'au XVIe siècle) :

Belon, garant de ce fait, assure qu'il vit les cigognes, en hiver dans l'Egypte, occupées du soin de propager leur espèce, comme elles y travaillent pendant l'été en Europe[20].

Sous Vercingétorix, du fait de la Grande forêt des Gaules et des immenses forêts en Germanie, il s'agit surtout de la Cigogne noire (Ciconia nigra), qui préfère la forêt comme habitat. Mais au Moyen Âge la cigogne est répandue jusqu’à Moscou, puis à l’Oural à la Renaissance, ce qui montre sa fluctuation en fonction des climats, des températures.

À la fin du XVe siècle la forêt a fortement reculé, hormis localement pour quelques forêts royales, relativement épargnées pour les besoins de chasse de la noblesse. Donc ce sont les cigognes blanches qui colonisent leurs habitats préférés les terres agricoles et les zones humides.

.

.

.

.

.

Cigognes patriotes dans le ciel de Strasbourg libérée en 1918.

.

.

.

.

.

Cigogne et anciennes croyances de l'Europe[]

.


Du temps des anciennes civilisations européennes[]

.

Ésope écrit : Du Renard et de la Cigogne.

Antigone métamorphosée en cigogne par Héra – François Chauveau – 1676 – Montpellier.

La Cigogne blanche, par sa grande taille, sa prédation des animaux nuisibles et parce qu'elle niche près de l'homme, a un impact important dans la culture et le folklore[21].

Hors d'Europe, dans l'Égypte antique, elle est associée au , l'âme, dont elle est le hiéroglyphe[22]. Le mot hébreu pour désigner la cigogne est חסידה (chasidah) et dérive de חסד (chesed), la gentillesse, miséricorde, selon une croyance que l'oiseau est réputé pour être serviable avec les autres membres de son espèce[23].

Les mythologies grecque et romaine dépeignent les cigognes comme des modèles de piété pour leurs parents. Les pelargos nourrissent leurs parents, alors qu’ils sont vieillissants. De là découlé le nom de la loi grecque,Pelargonia, qui oblige les enfants à s’occuper de leurs parents.

Selon les Anciens les cigognes ne meurent pas de vieillesse mais s'envolent vers les îles et prennent l'apparence d'êtres humains.

L'oiseau est le protagoniste de deux des fables d'Ésope : Du Laboureur et de la Cigogneet Du Renard et de la Cigogne. Cette dernière a inspiré Jean de La Fontaine dans l'écriture de sa fable Le Renard et la Cigogne ; le même auteur écrit également Le Loup et la Cigogne.

Dans la mythologie grecque, Antigone, fille de Laomédon est changée en cigogne par Junon, celle qui permet à l'enfant de voir la lumière du jour[24], après lui avoir disputé la beauté.

Dans la mythologie slave, la cigogne fait naître les âmes en les apportant du paradis, Iriy, jusque sur la Terre, au printemps et en été[25].

Dans le folklore germanique, Holda donne vie aux nouveau-nés à partir des âmes des défunts et l'oiseau est chargé d'apporter les enfants aux parents[26].

.

.

.

.

.

Le nouveau-né apporté par les cigognes[]

.

Der Klapperstorch (La cigogne), Carl Spitzweg.

Illustration du mythe européen.

Quand passent les cigognes !

Le caractère durable du mythe du nouveau-né apporté par les cigognes est possiblement lié au fait qu'il remédie à l'inconfort de parler de sexe et de procréation à des enfants.

Les oiseaux sont longtemps associés à des symboles maternels, des déesses païennes comme Junon ou Ilithyie[27], jusqu'au Saint-Esprit. La cigogne es choisie pour son plumage blanc (représentant la pureté), sa taille (elle est assez grande pour transporter un nouveau-né) ou son vol à haute altitude (comparé à un vol entre la Terre et le Ciel)[28].

La célèbre légende de la cigogne, également appelée Légende du Kindelesbrunnen (fontaine aux enfants) est née en Alsace :

Précisément sous la cathédrale de Strasbourg, où il y avait, autrefois, un lac. Dans ce lac, les âmes des enfants qui attendaient de venir au monde barbotaient et un gnome (gentil) naviguait à bord d’une barque argentée. A l’aide d’un filet d’or, il attrapait les âmes des bébés pour les donner à la cigogne qui les déposait ensuite aux parents. En Alsace, la légende veut que les parents qui veulent commander un bébé doivent déposer sur le rebord de leur fenêtre quelques morceaux de sucre. Et pourquoi une cigogne ? Cela est sans doute lié à leur retour au printemps en Alsace, synonyme de naissance et de renouveau. De plus, leur long bec leur permet de débarrasser les champs et les marécages des serpents et autres animaux nuisibles à l’homme[29].

Mais se retrouve ce mythe dans toute l'Europe centrale. La première trace remonte à 1840 avec un poème gravé par l'allemand Jean Frédéric Wentzel, mais ce mythe a probablement une origine bien plus ancienne. Il est popularisé par le Danois Hans Christian Andersen au XIXe siècle par son petit conte intitulé Les Cigognes.

Le folklore allemand rapporte que les cigognes trouvent les bébés dans les grottes ou les marais et les apportent aux ménages dans un panier, en les portant sur leur dos ou les tenant dans leur bec. Les grottes sont alors censées contenir l'adebarsteine (pierre de cigogne), sans oublier le Kindelsbrunnen.

Les nouveau-nés sont directement donnés à la mère ou lâchés dans la cheminée. Les couples désirant un enfant pouvaient le signifier en plaçant des sucreries pour la cigogne sur le rebord de la fenêtre. Depuis l'Europe, le folklore s'est propagé partout dans le monde aussi loin que dans les Philippines et en Amérique du Sud[30].

Ces croyances sont toujours présentes dans la culture populaire moderne de nombreux pays slaves, au travers de l'histoire pour enfants simplifiée expliquant que les cigognes apportent les enfants dans ce monde. Les néerlandais nomment l'oiseau Ooievaar de l'allemand odebaar pour transporteur d'âmes. Les slaves voyaient la cigogne comme un porte-bonheur, et tuer l'un de ces oiseaux portait malheur. La légende sur l'origine des enfants est apparue sous différentes formes dans l'histoire, et l'on disait parfois aux enfants d'esclaves afro-américains que les bébés blancs étaient apportés par les cigognes tandis que les bébés noirs naissaient à partir d'œufs de buses. En Orient, un simple regard de l'oiseau suffit à rendre une femme enceinte


La légende des bébés et sa relation avec le monde interne de l'enfant a été étudiée par Sigmund Freud, et par Carl Gustav Jung qui se rappelle s'être entendu raconter cette histoire pour la naissance de sa propre sœur[31].

.

.

.

.

.

Au Moyen Âge[]

.

Ciconia ciconia, Histoire et archéologie. En bleu les sites datant du Moyen Âge. Pour les autres couleurs les sites datant de la Préhistoire[32].

Nid de cigogne (en haut à droite, XVe siècle).

Isidore de Séville (vers 570 -636) dans ses Étymologies, relève les rassemblements en colonnes des cigognes pour se rendre en Asie, il oublie d’indiquer qu’elles traversent périodiquement le ciel d’Espagne pour rejoindre la Gaule au début du printemps, et l’Afrique à la fin de l’été. Plongé dans les manuscrits de Pline ou de Solin, il semble ignorer ce qui se passe au dessus de sa tête[33].

Oiseau valorisé, comme sachant tromper le trompeur, la cigogne est l’héroïne de fables morales. Avec la fable du loup et de la cigogne qui figure au bas de la tapisserie de Bayeux, le renard et la cigogne fait partie des récits fréquemment cités par les auteurs du Moyen Âge chrétien, et que reprend plus tard La Fontaine. Mais cette fable vient des Fables d’Ésope (VIe siècle avant Jésus-Christ) reprises par Phèdre et d’autres auteurs latins a beaucoup voyagé : on la retrouve aussi dans la tradition orale kurde, par exemple, avec des variantes[34].

Les vertus familiales — bien que limitées à ses proches — de la cigogne, déjà soulignées par les auteurs antiques et par la Bible hébraïque, fournissent de nombreux exemples à la littérature d’édification du Moyen Âge chrétien en Europe : dans l’hagiographie chrétienne médiévale ou dans les écrits de Jacques de Vitry (m. 1240), la cigogne sert généralement à illustrer la fidélité conjugale et la punition de l’adultère (les cigognes s’assemblent pour tuer l’adultère)[35].

Les poésies des douzième et treizième siècles nous apprennent que nos pères mangent le héron, la grue, la corneille, la cigogne, le cygne, le cormoran et le butor. Ces oiseaux sauvages paraissent sur les meilleures tables, et les trois premiers surtout sont regardés comme excellents. Le Ménagier de Paris et Taillevent donnent des recettes pour les cuire et les accommoder[36].

Lorsque Charles IX passe par Amiens en 1566, le corps de ville lui offre douze dindons, douze hérons, douze aigrettes, six butors, six cygnes et six cigognes. Ces oiseaux sont servis également sur la table des gentilshommes en Angleterre[37].

Mais la chasse à la cigogne est interdite à Strasbourg en 1423[38].

En Flandres, en Hollande et dans quelques contrées de l'Allemagne, on prépare exprès au haut des tours, des toits ou des cheminées, des caissons carrés de bois, dans lesquels on se plaît à voir les cigognes établir leurs nids, et le peuple regarde comme un augure heureux pour les habitants d'une maison, que des cigognes établissent leur couvée dans ces caissons[39].

.

.

.

.

.

Régression des effectifs (1930 à 1976)[]

.

Flèches montantes : le nombre de couples nicheurs est en augmentation. Flèches descendantes : le nombre de couples nicheurs est en diminution Carrés : le nombre de couples nicheurs est stable ou plus ou moins stable. Etoile : le nombre de couples nicheurs est très bas.

L'évolution de l'effectif de la Cigogne blanche est très bien connue. La régression jusque dans les années 80, est due au concours de plusieurs facteurs (des dangers spectaculaires. L'assèchement des lieux humides, la régulation des fleuves et l'intensification de l'agriculture associés à l'utilisation accrue de pesticides, portent pendant un siècle préjudice à la nourriture de base.

Beaucoup de cigognes sont électrocutées suite à l'augmentation des lignes électriques. D'autres périssent noyées dans des châteaux d'eau. Dans la région du Sahel, la sécheresse des années 70 et du début des années 80 est la cause d'une mortalité hivernale plus élevée. De plus, les cigognes sont souvent chassées en Afrique de l'ouest en France et en Espagne (et le sont encore aujourd'hui)

.

.

.

.

.

Croissance des effectifs (1976 à de nos jours)[]

.

Cette autre carte montre une forte progression des effectifs.

Les programmes de conservation et de réintroduction dans toute l'Europe ont abouti à la reprise de la nidification de la Cigogne blanche en France, aux Pays-Bas, en Suisse et en Suède.

Ce n'est pas tant la revalorisation écologique des habitats de nidification qui est la cause de l'augmentation de la population occidentale des cigognes européennes (le succès de la reproduction étant toujours faible), mais plutôt des changements aux lieux de passage et d'hivernage. L'augmentation peut en partie être expliquée par la fin de la période de sécheresse au Sahel à partir du milieu des années 80.

En même temps, on relève, en Espagne, une augmentation considérable des couples nicheurs, mais aussi du nombre des hivernants. Dans les nouveaux champs d'irrigation, une espèce d’écrevisse importée s'est étendue et est devenue une proie importante pour les cigognes. En outre, le nombre accru de décharges permet aux cigognes d'utiliser pendant toute l'année de nouvelles ressources de nourriture. Ces changements ont sans doute aussi influencé la population de cigognes en Europe centrale.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

HABITATS[]

.


Les zones humides[]

.

Cigogne blanche à la recherche de nourriture, au bord d'un étang, le long du Rhin, dans la forêt de la Robertsau.

On rencontre la cigogne dans les prairies humides, les champs, les zones marécageuses, aux bords des étangs[40].

Le Rhin et le Danube forment durant des millénaires de grandes plaines alluviales. Les forêts alluviales abritent une flore et une faune absolument exceptionnelles. Forêts primaires, ces jungles comprennent trois zones principales : la partie basse Gründe le long des méandres du Rhin, les Brunnenwasser et les Giessen qui se composent d'espèces d'arbres à bois tendre, Le Ried blond prairies alluviales bordées de saules et de roseaux et la partie haute Köpfe, où se développe des jungles avec une sa cinquantaine d'espèces d'arbres, arbustes et lianes arborescentes. Ce sont des zones idéales pour que les cigognes, blanches ou noires, puissent chasser.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

MIGRATIONS[]

.

La chasse aux oiseaux migrateurs est fréquent en dehors des pays civilisés. Ici se sont des outardes qui sont pourtant sur la liste Rouge de UICN (espèce en danger).

La chasse à la cigogne est interdite en Europe, mais dans les pays pauvres c'est une tradition et de plus en plus un besoin du fait de la malnutrition

Cigogne blanche arrêtée pour espionnage en Haute-Égypte.

Les espèces migratrices comme la Cigogne blanche et la Cigogne noire volent en planant, ailes étendues et immobiles, utilisant les courants chauds aériens pour les soutenir sur de longues distances. Ces courants ne se formant qu'au-dessus des terres, ces oiseaux migrateurs doivent franchir la Mer Méditerranée en ses points les plus étroits comme le font les rapaces. De ce fait il est facile d'observer ces oiseaux en cours de migration au niveau du Détroit de Gibraltar ou du Bosphore.

Leur vol est lent et puissant. Les cigognes comme grues cendrées ont l'habitude d'utiliser les ascendances thermiques pour s'élever en planant et migrer en se déplaçant d'un thermique à l'autre en évitant le vol battu. Ainsi, elles planent et économisent leur énergie. Le vol battu est utilisé en cas de mauvais temps, de vol de nuit ou au-dessus de la mer . Dans les années cinquante, sa raréfaction dans certaines régions a alerté les populations. La chasse, principalement en France, a probablement grandement contribué au déclin des populations de Cigognes blanches[41].

Depuis cette chasse est interdite en France, mais de plus en plus fréquente, du fait de la malnutrition dans beaucoup de pays.

Au Maroc, une légende marocaine assure que la cigogne est un imam qui un jour, en plein Sahara, manqua d'eau ses ablutions. Pour ne pas manquer la prière, il utilisa le petit lait pour faire sa toilette commettant ainsi un grave péché car le petit lait est béni du fait de sa rareté dans le désert. Alors le Tout Puissant le métamorphosa en cigogne et l’expédia au Maroc pour expier son péché.

Les autorités égyptiennes détiennent depuis la semaine dernière une cigogne, suspectée d'être un agent secret à la solde des Français, a révélé dimanche l'agence Associated Press. Cet espion d'un nouveau genre a été intercepté en Haute-Égypte, dans le gouvernorat de Qena, à 450 kilomètres au sud du Caire, alors qu'il évoluait parmi quatre de ses congénères. C'est un pêcheur, interpellé par un étrange boîtier électronique fixé sur le dos de l'oiseau. Le boîtier n'est en rien un dispositif d'écoute ultraperfectionné mis au point par la DGSE, mais une simple balise fixée par des scientifiques français pour suivre les déplacements de l'oiseau migrateur[42].

À court terme, les premiers à perdre sont les Africains. Les cigognes ont les sauterelles dans leur régime alimentaire, elles sont donc un agent naturel de lutte contre les ravageurs acridiens dans des régions telles que le Soudan ou l'Éthiopie[43].

.

.

.

.

.

Vol de cigognes dans les Landes. Elles ne reviennent pas obligatoirement d'une migration en Afrique. Depuis quelques années les cigognes vivent dans l'ouest et le sud de la péninsule ibérique.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE EN 2017[]

.

Les cigognes blanches en Europe.

La cigogne blanche est très anciennement connue et célèbre de tout temps. Ces oiseaux, si bien accueillis dans beaucoup de contrées, se livrent sans défiance au peuple qui les reçoit. Il y a entre l'homme civilisé et eux un traité par lequel l'homme leur a garanti toute sûreté, à condition d'être délivré par eux des serpents et des autres reptiles, si abondants dans les pays marécageux[44].

Autrefois bien répandue, la Cigogne habite toute l'Europe, au début du siècle.

Sur la carte d'Europe les chiffres datant de 2004-2005 doivent être revus à la hausse. Toute l'Europe, sauf le Royaume-Uni !

.

.

.

.

.

Au Royaume-Uni[]

.

La première nidification au Royaume-Uni pendant 600 ans est repérée sur la cheminée au-dessus de Great Yarmouth (Norfolk).

Dans l’Angleterre du Moyen Âge, la cigogne est associée à l’adultère, peut-être à cause de ses parades nuptiales un peu trop démonstratives. Sa toilette et ses postures sont interprétées comme de la fatuité. La cigogne peut réprimander les femmes infidèles et les attaquer avec des coups de bec. Seules les femmes sont bien entendu concernées par ce comportement moraliste. Les cigognes sont tenues pour viande royale. On n'en parle pas dans les livres de cuisine de la Grande—Bretagne.

Certainement pourchassée à cette époque, de ce fait les cigognes ne font que traverser l'Angleterre[45].

La Revue britannique nous dit que :

Maintenant, à la vérité, l'oiseau ne vient jamais régulièrement dans ces îles, et l'on ne cite que de rares exemples de sa présence[46].

La dernière fois que les cigognes reproduisent au Royaume-Uni dans la nature, c'est à Édimbourg en 1416, du temps de la bataille d'Azincourt[47].

.

.

.

.

.

En Pologne[]

.

Les cigognes sont encore plus nombreuses à l'est et au nord de la Pologne.

Cigognes blanches (FDC Pologne).

Dorénavant, on compte 52.000 couples en Pologne. Chaque printemps, la Pologne accueille environ 25 % des cigognes blanches qui se reproduisent en Europe. Quand les cigognes reviennent de leurs aires d'hivernage en Afrique, ils sont attirés par les grands arbres ou des bâtiments où ils construisent des nids qui pèsent souvent plusieurs tonnes. Les gens ont l'espoir d'attirer les oiseaux près de chez eux[48]. De nos jours les entreprises de télécommunications mettent en place des poteaux spéciaux avec supports pour les nids de cigognes.

Les couples de cigognes, dans les 16 provinces de la Pologne, sont plus nombreux à l'est et au nord[49].

La population globale de cigogne blanche en Europe occidentale a diminué de façon constante au cours du siècle dernier, en grande partie en raison de la pollution et la perte de l'habitat.

Si les cigognes sont protégées par l'opinion populaire en Europe, ils sont de plus en plus massacrés en Afrique, où ils hivernent. Récemment, les cigognes se sont mises à passer l'hiver en Espagne, à proximité des grandes zones de déchets, où ils trouvent suffisamment de nourriture[50].

.

.

.

.

.

En Espagne[]

.

Nid de cigognes sur le clocher de l'église de Rabé de las Calzadas, à côté de Burgos.

Dorénavant, on compte 42.000 couples en Espagne. Les influences de la structure de l'habitat et du climat en sont les causes.

Il n'y a pas si longtemps, les cigognes quittaient le ciel du nord à la fin de l'été pour se rendre en Afrique. Cependant, un nombre croissant de populations de cigognes blanches hivernent là où elles sont nées ou effectuent des migrations plus courtes vers la péninsule ibérique. Les activités humaines: les décharges, les cultures ou les piscicultures offrent une plus grande disponibilité de nourriture et les hivers sont plus doux[51].

Certes des cigognes abandonnent encore leurs nids pendant l'été le long de la route occidentale. Ils se rassemblent par milliers dans les environs du détroit de Gibraltar, attendant que les vents les amènent au Sahel, la savane au sud du Sahara.

L'existence de piscicultures, des rizicultures et des parcs naturels, dans la péninsule ibérique, offrent une source de nourriture sûre et proche. Ce processus de sédentarisation n'est pas exceptionnel. Une grande partie des populations adultes ne migrent plus et des jeunes cigognes venant du nord de l'Europe s'installent dans tout l'ouest et sud de l'Espagne[52].

.

.

.

.

.

Le Parc de la Doñana accueille de plus en plus de cigognes.

.

.

.

.

.

En Ukraine[]

.

Cigognes blanches sur un nid en Ukraine.

Dorénavant, on compte 30.000 couples de cigognes blanches en Ukraine. La cigogne est considérée comme l'oiseau national de l'Ukraine. C'est un symbole de l'amour parental, du bien-être familial et du patriotisme. La cigogne est considérée comme un oiseau sacré. Son nid, construit sur le toit de la maison, apporte fortune et bonheur à ses hôtes.

Il y a une légende ukrainienne, selon laquelle, la cigogne est un homme, qui a péché contre Dieu et est devenu un oiseau.

Il y a beaucoup de présages concernant les cigognes en Ukraine.

¤ Si la cigogne arrive à la terre natale, le printemps arrive.

¤ Si la cigogne quitte soudainement son nid et ne revient jamais, la maison sera bientôt vidée.

¤ Si une jeune fille remarque d'abord une cigogne volante au printemps, elle se mariera cette année.

¤ La femme enceinte doit porter un talisman avec l'image de la cigogne afin de réussir son accouchement.

.

.

.

.

.

En Belarus[]

.

Belarus.

Dorénavant, on compte 30.000 couples de cigognes blanches en Belarus. Au printemps, outre les cigognes blanches et noires, les hérons gris et d'autres oiseaux qui nidifient en Polésie, s'arrêtent aussi ici une multitude d'oiseaux.

Les champs cultivés occupent de 50 à 60 % de la superficie totale du Bélarus. Le reste c'est des forêts et des immenses marais.

La pièce de un rouble du Bélarus est orné d'une cigogne.

.

.

.

.

.

Arbre avec des nids de cigognes en Belarus.

.

.

.

.

.

En Lituanie[]

.

FDC/cigognes blanches/Lituanie.

Dorénavant, on compte 13.000 couples de cigognes blanches en Lituanie. Au printemps, des centaines de cigognes blanches viennent nicher sur les toits et les poteaux électriques. A la campagne, quand reviennent les beaux jours, il est fréquent de voir des cigognes juchées majestueusement sur leur nid. La cigogne blanche est d'ailleurs l'un des symboles de la Lituanie, et le célèbre oiseau alimente de nombreux contes et légendes. La Lituanie compte, entre autres, l'une des plus forte densité de cigognes blanches au monde.

Sur les 330 espèces d'oiseaux recensées en Lituanie, près de 270 fréquentent le parc régional du Delta du Niemen.

.

.

.

.

.

Les marais lituaniens nourrissent des dizaines de milliers de cigognes.x

.

.

.

.

.

En Lettonie[]

.

Les cigognes blanches sont très populaires en Lettonie.

Dorénavant, on compte 11.000 couples de cigognes blanches en Lettonie.

La nature sauvage lettone est riche et diversifiée. Une colline insolite décore les plaines ondulées entre mer, lacs et innombrables rivières. De majestueuses forêts, des marais, de larges prairies, des champs et jardins forment une mosaïque unique du paysage letton. Donc la Lettonie est, en été, un des lieux du plus important rassemblement de cigognes blanches. Elles apprécient les 12.500 rivières et 2.256 lacs de plus d’un un kilomètre carré.

Mais ses immenses forêts comptent aussi un nombre encore plus grand de cigognes noires (Ciconia nigra). Nulle part ailleurs en Europe vous ne trouverez une aussi grande population de cigognes noires.

.

.

.

.

.

La Lettonie avec ses nombreuses zones humides est le paradis des cigognes blanches en été.

.

.

.

.

.

En France[]

.

Dans les Barthes de l’Adour, Candresse accueille une nouvelle plateforme à cigognes.

Les cigognes dans la Brenne. Atlas du patrimoine naturel du PNR Brenne - 2007. Depuis 2007 le nombre de couples a du augmenter.

Si l'espèce est courante au Moyen Âge dans la majeure partie du pays, le changement dans les pratiques agricoles cause un fort déclin de l'espèce durant l’ère moderne. Un cycle de sécheresse en Afrique, où cet oiseau migrateur passe à cette époque l’hiver, cause une réduction dramatique des populations résiduelles au milieu du XXe siècle dans l'ensemble de l'Europe occidentale, dont la France. La chasse et le braconnage, principalement en France, contribuent au déclin des populations de Cigognes blanches, en Europe de l'Ouest, selon de Musée d'histoire naturelle de Fribourg.

Productivisme agricole, chasseurs, élus, Africains, et climats trop froids ou trop secs, font que seuls onze couples nicheurs subsistent en France en 1974, dont un en Ille-et-Vilaine, un dans la Manche, et neuf en Alsace, région dans laquelle cet oiseau constitue un véritable symbole régional.

Mais les cigognes sont de retour. Elles ne font pas que passer. Elles nidifient et passent de plus en plus l'hiver en Europe. Les mentalités changent presque partout dans la France de l'intérieur et les cigognes passent l'hiver en Espagne, pays qui permet même aux ours et aux loups de repeupler ses sierras. L'ours de la péninsule Ibérique c'est désormais 70/80 oursons par an, véritable atout touristique pour les Monts cantabriques.

En 2017 il y 2.400 couples de cigognes blanches en France. La cigogne blanche niche dans l’Est (Alsace), dans le Centre (Brenne, Sologne, Dombes) en Normandie, le long du littoral Atlantique, en Camargue et sur les étangs côtiers méditerranéens. Les cigognes blanches sont de retour au marais de Brouage. Comme les années précédentes, pour préparer la naissance de leurs petits, au moins 450 couples se sont installés en Charente-Maritime.

Aux alentours du 7 décembre 2007, deux individus peu farouches ont été signalés près de la décharge de Vert-le-Grand dans le département de l'Essonne (Île-de-France). Les décharges sont un réel problème. Certes elles permettent aux cigognes blanches de passer l'hiver en Europe et éviter les coups de fusil, mais elles meurent parfois en mangeant tout ce qui ressemble à leur alimentation naturelle.

.

.

.

.

.

La Baie de Somme voit des cigognes nicher et pas seulement. La Picardie est une terre de reconquête pour ce grand échassier.

.

.

.

.

.

En Alsace[]

.

Cigogne d'Alsace de Hansi.

En Alsace, comme dans de nombreux pays, la cigogne blanche est un oiseau mythique. Symbole incontestable de l'Alsace, la Cigogne blanche a de tout temps, suscité l'émerveillement des petits et des grands. Menacée de disparition, au milieu du siècle dernier, elle est sauvée, vers 1960, par une poignée de naturalistes.

A noter la présence régulière en Alsace de la Cigogne noire (Ciconia nigra), à peine plus petite que sa cousine blanche, son implantation dans la région semble en bonne voie.

.

.

.

.

.

Cigogne avec ses cigogneaux sur son nid, au sommet d'un toit dans le village de Zellemberg, sur la route des vins d'Alsace.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES CIGOGNES DANS LA CULTURE[]

.


Héraldique[]

.

Blason de La Haye.

Les grues deviennent des cigognes, des cygnes ou des cormorans au niveau de beaucoup de blasons : D’Or à la grue (cigogne) d’Argent, armée de Gueules, happant l’Anguille de Skéria de Sable sont les armes de La Haye[53].

Selon l’équivalence habituelle, la grue est devenue une cigogne à Milan. Les Armes des Cicogne di Milano nous les montrent en naturel sur un champ de sinople, becquetant une Civette ou Anguille et tenant sa Vigilance dans sa dextre (ce qui prouve indubitablement qu’elle n’était pas une cigogne. La devise est Ancora spero ! (Espère encore)[54].

En héraldique il est assez difficile de faire la différence entre le héron, la grue ou la cigogne et seule la pierre dans la patte levée permet d'identifier la grue dans les dessins[55].

.

.

.

.

.

Cinéma[]

.

Affiche du film Les vols de grues traduit on ne sait pourquoi : Quand passent les cigognes.


Dans le film soviétique de Mikhaïl Kalatozov, réalisé en 1957, Quand passent les cigognes, la traduction est mauvaise, il s'agit de vols de grues. Il n'y a pas de cigognes en Russie, mais environ 35.000 grues cendrées. Le chagrin privé de l'héroïne qui fond dans l'émotion collective est une vraie brèche dans la martyrologie officielle du cinéma stalinien[56].

Dernier film muet de Mizoguchi, La cigogne en papier nous livre un magnifique récit sur le sujet de la femme exploitée par le système :

Osen, une ancienne prostituée brisée par le temps et à demi-folle est assise dans la salle d'attente d'une petite gare noyée sous la pluie. Dehors, Sokichi, un médecin, attend lui aussi le train sans que cette dernière ne le remarque. Chacun d'eux se souvient de leur passé respectif....


Le Baron Rouge, la Cigogne blanche. Les deux plus grands As de l'aviation de la Première Guerre mondiale. L'Allemand, le Français. L'aristocrate prussien, le fils d'un ouvrier forestier[57].

Nous avons, dans un autre registre, Cigognes et compagnie, ou Les Cigognes au Québec (Storks), un film d'animation américain, sorti en 2016, réalisé par Nicholas Stoller et Doug Sweetland pour les studios Warner.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle: contenant l'histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et des autres principaux phénomènes de la nature, Bruyset Freres, 1791.
  2. Les cigognes, Portraits sauvages, Michel Cuisin, Editions Artemis, 2005.
  3. La cigogne blanche
  4. Cigogne blanche d'Alsace
  5. La Cigogne blanche
  6. Petit Larousse des oiseaux de France et d'Europe, Frédéric Jiguet, Aurélien Audevard, Larousse, 2016.
  7. Selon la COAG, le Maroc pourrait utiliser 56 substances actives interdites en UE pour la culture des tomates
  8. Cigogne blanche d'Alsace
  9. Mark Cocker et Richard Mabey, Birds Britannica, Londres, Chatto & Windus, 2005, p. 58. (ISBN 0-7011-6907-9)
  10. Encyclopedia of Ukraine, vol. 5 (1993).
  11. Willughby, Francis (1681). The Ornithology of Francis Willughby of Middleton in the County of Warwick, esq. ... :. London, United Kingdom: A.C. for John Martyn. p. 286.
  12. Linnaeus, Carl (1758). Systema Naturae per Regna Tria Naturae, Secundum Classes, Ordines, Genera, Species, cum Characteribus, Differentiis, Synonymis, Locis (in Latin). Vol. I (10th revised ed.). Holmiae: (Laurentii Salvii). p. 142.
  13. Simpson, John; Weiner, Edmund, eds. (1989).Stork. Oxford English Dictionary (2nd ed.). Oxford, UK: Clarendon Press. p.1915. ISBN 0-19-861186-2.
  14. Les cigognes, Portraits sauvages, Michel Cuisin, Editions Artemis, 2005.
  15. Negro, Juan José; Garrido-Fernandez, Juan (2000). Astaxanthin is the major carotenoid in tissues of White Storks (Ciconia ciconia) feeding on introduced Crayfish (Procambarus clarkii). Comparative Biochemistry and Physiology B. 126 (3): 347–52. PMID 11007176. doi:10.1016/S0305-0491(00)00180-2.
  16. Van den Bossche, Willem (2002). Eastern European White Stork Populations: Migration Studies and Elaboration of Conservation Measures (In collaboration with: Berthold, Peter; Kaatz, Michael; Nowak, Eugeniusz; Querner, Ulrich). Bonn: Bundesamt für Naturschutz (BfN)/German Federal Agency for Nature Conservation.
  17. La cigogne blanche
  18. La cigogne blanche
  19. Svensson, Lars; Grant, Peter J. (1999). Collins Bird Guide. London : Harper Collins. ISBN 0-00-219728-6.
  20. Histoire naturelle des animaux, Volumes 1 à 2 Volumes 115 à 119 de Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Louis Jean Marie Daubenton, Volumes 1 à 3, Louis Jean Marie Daubenton, Pierre Jean Claude Mauduyt, Éditeur chez Panckoucke.
  21. Mark Cocker et Richard Mabey, Birds Britannica, Londres, Chatto & Windus, 2005, p. 58. (ISBN 0-7011-6907-9)
  22. John Anthony West, The Traveler's Key to Ancient Egypt: a Guide to the Sacred Places of Ancient Egypt, Wheaton, Theosophical Publishing House, 1995 (ISBN 0-8356-0724-0).
  23. Marvin Margolis et Philip Parker, The Stork Fable − Some Psychodynamic Considerations, Journal of the American Psychoanalytic Association, vol. 20, no 3,‎ 1er juillet 1972, p. 494-511 (PMID 4116100, DOI 10.1177/000306517202000304)
  24. Bernard Bertrand, Le bestiaire sauvage : Histoires et légendes des animaux de nos campagnes, 2006, p. 82-83, (ISBN 9782915810097).
  25. Aleksander Gieysztor, Mitologia Słowian, Varsovie, Wydawnictwa Artystyczne i Filmowe, 1982 (ISBN 83-221-0152-X).
  26. Encyclopédie Larousse, Un oiseau vénéré partout dans le monde - Cigogne et fécondité.
  27. Bernard Bertrand, Le bestiaire sauvage : Histoires et légendes des animaux de nos campagnes, 2006, p. 82-83, (ISBN 9782915810097).
  28. Marvin Margolis et Philip Parker, The Stork Fable − Some Psychodynamic Considerations, Journal of the American Psychoanalytic Association, vol. 20, no 3,‎ 1er juillet 1972, p. 494-511 (PMID 4116100, DOI 10.1177/000306517202000304)
  29. La légende de la cigogne…
  30. Marvin Margolis et Philip Parker, The Stork Fable − Some Psychodynamic Considerations, Journal of the American Psychoanalytic Association, vol. 20, no 3,‎ 1er juillet 1972, p. 494-511 (PMID 4116100, DOI 10.1177/000306517202000304)
  31. Marvin Margolis et Philip Parker, The Stork Fable − Some Psychodynamic Considerations, Journal of the American Psychoanalytic Association, vol. 20, no 3,‎ 1er juillet 1972, p. 494-511 (PMID 4116100, DOI 10.1177/000306517202000304)
  32. INPN
  33. La cigogne : ses noms, ses visages, ses voyages
  34. La cigogne : ses noms, ses visages, ses voyages
  35. La cigogne : ses noms, ses visages, ses voyages
  36. Le Moyen Age et la Renaissance, histoire et description des mœurs et usages, du commerce et de l'industrie, des sciences, des arts, des littératures et des beaux-arts en Europe, Paul Lacroix, Ferdinand Seré, Éditeur Administration, 1848.
  37. Le Moyen Age et la Renaissance, histoire et description des mœurs et usages, du commerce et de l'industrie, des sciences, des arts, des littératures et des beaux-arts en Europe, Paul Lacroix, Ferdinand Seré, Éditeur Administration, 1848.
  38. La cigogne : ses noms, ses visages, ses voyages
  39. Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle: contenant l'histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et des autres principaux phénomènes de la nature, Bruyset Freres, 1791.
  40. Cigogne blanche d'Alsace
  41. La cigogne blanche
  42. Egyptian authorities detain suspected 'spy' bird
  43. Las cigüeñas acortan su migración por la basura y los cultivos humanos, MIGUEL ÁNGEL CRIADO.
  44. Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle: contenant l'histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et des autres principaux phénomènes de la nature, Bruyset Freres, 1791.
  45. Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle: contenant l'histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et des autres principaux phénomènes de la nature, Bruyset Freres, 1791.
  46. Revue britannique, Volumes 3 à 4 ; Volumes 27 à 28, Sébastien Louis Saulnier, Léon Galibert, Pierre Amédée Pichot, Donndey-Dupré, père et fils, 1850.
  47. First nesting storks in the UK for 600 years...
  48. Every Fourth Stork is Polish
  49. Every Fourth Stork is Polish
  50. Every Fourth Stork is Polish
  51. Las cigüeñas acortan su migración por la basura y los cultivos humanos MIGUEL ÁNGEL CRIADO.
  52. Las cigüeñas acortan su migración por la basura y los cultivos humanos, MIGUEL ÁNGEL CRIADO.
  53. LES BLASONS, Survol de quelques Blasons “signifiants” selon notre “point de vue” atlante-boréen… IIe partie : les Meubles de Faisceau à Loup
  54. LES BLASONS, Survol de quelques Blasons “signifiants” selon notre “point de vue” atlante-boréen… IIe partie : les Meubles de Faisceau à Loup
  55. L'art héraldique au Moyen Âge, Michel Pastoureau, Seuil, 2009.
  56. Devant la recrudescence des vols de sacs à main, cinéma, télévision, information: 1988-1991, Volume 1 de Dialogue avec, Serge Daney, Philippe Roger, Éditeur Aléas, 1991.
  57. Baron rouge et cigogne blanche, Documents Domaine Français, Patrick de GMELINE, Place des éditeurs, 2011.
Advertisement