Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

brouillon

.

.

.

.

.


                           Aileen Sibell Mary Guinness

.

.

.

.

.

Aileen Sibell Mary Guinness.

Aileen et son premier mari à Luttrellstown.

Aileen Sibell Mary Guinness est née le 16 mai 1904 à Londres et baptisée à St. Peter's, Eaton Square, Londres, le 10 juin 1904[1]. Elle est décédée le 31 mars 1999 à Uttlesford (Essex).


Aileen passe son enfance avec ses jeunes sœurs à Glenmaroon House (Chapelizod près de Dublin). Son père donne beaucoup d'argent à ses filles, mais son principal intérêt est son entreprise[2]. Ils doivent quitter l'Irlande du fait de l'indépendance. En 1923, elle et ses sœurs font une tournée mondiale dans le yacht à grand mât de son père, le Fantome II. Aileen est considérée comme la plus belle du trio des Golden Guinness Girls qu'elle forme avec ses sœurs Maureen Guinness et Oonagh Guinness, qui sont des icônes dans les années 1920[3].

Après avoir fait la fête à Londres pendant quelques saisons, Aileen épouse le 16 novembre 1927 l'hon. Brinsley Sheridan Bushe Plunket (1903 - 1941), deuxième fils du 5e baron Plunket et son cousin ce qui est fréquent dans la tradition Guinness. Au cours des années suivantes, Plunket redessine les intérieurs du château de Luttrellstown en utilisant les services de l'architecte d'inérieur Felix Harbord. Le château et en particulier la salle à manger reflètent encore leurs évolutions[4]. Plunket organise de grandes fêtes, dont un vaste bar, dans les caves du château[5].

Son mari est tué pendant la guerre au Soudan, où il est pilote de la RAF juste après leur divorce en 1940[6] ou en se crachant avec son Spitfire à Aden en novembre 1941[7].

C'est déjà Oonagh Guinness qui élèvent les enfants d'Aileen[8]. Les héritières brassicoles adoptent après-guerre des modes de vie fabuleusement extravagants. Elles organisant des fêtes légendaires et accumulant les mariages avec des personnages intéressés par leur richesse[9].

En 1956, Aileen épouse l'architecte d'intérieur Valerian Stux-Rybar, mais ce mariage ne dure que jusqu'en 1965. Il est homosexuel, extravagant et très dépensier. Bien qu'apparemment fragile, avec son seul rein toute sa vie, Aileen Plunket va toujours survivre à ses invités, même dans sa vieillesse[10].

Après 1949 le style de vie d'Aileen change, car après la mort de son père les droits de succession doivent être payés. Elle vend le château en 1983 et se retire dans ses résidences à Elsenham et à Londres. Elle est décédée le 31 mars 1999[11].

Aileen Sibell Mary Plunket (née Guinness), by Francis Goodman, 16 July 1947.

SA FAMILLE[]

.


Les oies sauvages[]

.

Dundrum, ou le Magennis Castle, a peut être cet aspect vers 1300.

Blason des Guinness[12]. Il ressemble beaucoup à celui des Magennis et des McCartan avec le lion et au chef une main dextre coupée au poignet.

Magennis, également orthographié Maguiness, Maginnis, Magenis, McGinnis ou McGuinness, est un nom de famille irlandais, signifiant le fils d'Angus. Branche proéminente de l'Uíbh Eachach Cobha, les Magennis deviennent les chefs du terroir d'Iveagh. À la fin du XVIIe siècle, leur territoire est partagé entre eux, les chefs McCartan et les colons britanniques. Burke nous dit que les Guinness descendent de cette famille[13].

Selon un article de la BBC et des tests ADN effectués au Trinity College de Dublin sur le chromosome Y masculin de la puissante famille Guinness à leur propre demande, c'est plutôt l'ADN du clan McCartan[14]. Mais les chefs McCartan, de Kinelarty, descendent de la même lignée généalogique que le clan Magennis, par Eachmilidh Mac Artáin, le fils de Faghártagh.

Les descendants de Mac Artáin sont vaincus à la bataille de Kinsale (1602), par George Carew, Lord-Président de Munster. Ils sont forcés de se réfugier en dehors des limites du comté de Down. Ils deviennent des oies sauvages, servant dans les brigades irlandaises des armées espagnole et française. Ses descendants comprennent : Charles de Gaulle, Diana Spencer, William Mountbatten, Arthur Guinness ...

Richard Hayes, dans Biographical Dictionary of Irishmen in France, Dublin, Gill, 1949, p. 163, nous dit :

Il n’y avait rien de surprenant à ce que de Gaulle connût aussi bien l’histoire de l’Irlande. Par sa grand-mère maternelle, Joséphine Anne Marie Maillot, Charles de Gaulle descendait de ce clan MacCartan, originaire du district de Kinclarty dans le comté de Down, dont un cadet — Anthony MacCartan — par fidélité à la cause jacobite, avait débarqué de son Irlande natale pour prendre du service dans la Brigade irlandaise du roi de France et faire souche dans le Nord à l’orée du XVIIIe siècle[15].

Selon la BBC l'arrière-grand-mère de de Gaulle est Marie Angélique McCartan.

Les Guinnesses[]

.

Arthur Guinness.

FDC Arthur Guinness.

FDC avec le nouveau timbre Arthur Guinness et sa brasserie.

La célèbre famille Guinness, protestante anglo-irlandaise, aristocratique connue dans le domaine de la brasserie, des banques, de la politique et de l'Eglise. Arthur Guinness, le fondateur de la dynastie au XVIIIe siècle, se dit descendant de l'ancienne et éminente maison de Magennis[16][17].

Burke's Peerage nous dit que :

La famille de Guinness revendique la descendance de l'ancienne et éminente maison de Magennis, à laquelle appartenait autrefois la Vicomté d'Iveagh. Plusieurs membres de la famille Magennis sont enterrés dans le cimetière de St. Catherine's, à Dublin. et dans le registre paroissial, la transition du nom de Magennis à McGuinness, ou Guinness, est clairement traçable[18].

Quatre membres de la famille occupent successivement la circonscription parlementaire britannique de Southend, connue sous le nom de Guinness-on-Sea. Les Guinness de la branche bancaire descendent tous du frère d'Arthur Samuel (1727 – 1795) qui s'installe à Dublin en 1750. Son fils Richard (1755 – 1830), avocat à Dublin; et le fils de Richard, Robert Rundell Guinness, qui fonde Guinness Mahon en 1836. Ernest descend de cette branche par sa mère.

Alors que la plupart des milliers de Guinness actuellement en vie descendent d'un seul Richard Guinness décédé en 1766, tous ne descendent pas de son fils aîné, Arthur, le célèbre brasseur. Beaucoup descendent des frères d'Arthur, qui créent des dynasties toutes aussi réussies dans les domaines bancaire et religieux, bien qu'elles n'égalent pas la fabuleuse richesse des brasseurs.

Arthur Guinness est un bon brasseur et homme d'affaires, qualités qui vont également assurer le succès de la brasserie au cours des générations suivantes. Fait intéressant, au cours des trois premières générations, le fils aîné n'hérite jamais de la brasserie. C'est le plus compétent qui est chargé de la fortune croissante de la famille. Bien avant que la gestion de fortune ne devienne une industrie, les Guinness sont très doués dans ce domaine : le testament de 16 pages d'Arthur Guinness, rédigé en 1802, est une leçon sur la façon de conserver la richesse familiale.

Ses parents[]

.

Ernest Guinness.

L'hon. Clothilde Russell-Guinness, en 1912, par Sir Francis Bernard Dicksee, vêtue d'une robe émeraude et d'une plume de Sir Frank Bernard Dicksee[19].

Aileen est la fille de l'hon. Arthur Ernest Guinness et Marie Clothilde Russell, fille de George Russell de Swallowfield et de Constance Lennox. Les Golden Guinness Girls, devenues âgées, sont très fières d'avoir par Constance Lennox des arrière-grands-parents communs avec le père de Diana Spencer[20], mais du fait des ancêtres McCartan des Guinness et des alliances des Russell de Swallowfield elles ont d'autres liens de parenté avec les héritiers du trône. Une fille d'Aileen Doon Aileen Plunket se marie avec le comte James Leveson-Gower (1918 - 1996), le 9 octobre 1958. Il est le fils du comte William Leveson-Gower, vice-amiral et gouverneur de l’Irlande du Nord et de la sœur aînée de la femme du roi Georges V, Rose Constance Bowes-Lyon. Ce cousin germain de la reine Elizabeth.

Arthur Ernest Guinness, son père, est le deuxième fils d'Edward Cecil Guinness (1847 - 1927), 1er comte d'Iveagh, également à la tête de Guinness Brewery, et de sa cousine Adelaïde Maria Guinness (1844 - 1916), de la branche des Guinness banquiers. Ernest est le frère de Rupert Guinness, 2nd Earl of Iveagh et Walter Guinness, 1st Baron Moyne.

Marie Clothilde Russell (1873 - 1953) est née en 1873 à Brompton (Londres). Elle épouse en 1904 Arthur Ernest Guinness (1876 - 1949), second fils de Edward Guinness. Elle est la fille du baronnet George Russell de Swallowfield, parlementaire, et l'historienne Constance Lennox, fille du 4e duc de Richmond et Lennox, descendant de Charles, un roi de la la dynastie des Stuarts. Ses proches la surnomment Chloe.

Pour loger sa famille et faire des fêtes et dîners d'affaires, Guinness construit deux grandes maisons, Knockmaroon à côté de Phoenix Park sur le domaine de Chapelizod, près de Dublin[21]. Le couple passe son temps entre Glenmaroon, leur maison de Dublin; Holmbury House, leur manoir sur 300 acres à Surrey ; et, comme pour souligner les liens des Guinnesses avec la famille royale leur hôtel particulier Grosvernor Place à l'ouest des jardins de Buckingham[22].

.

Les Golden Guinness Girls devenues âgées sont très fières d'avoir par Constance Lennox des arrière-grands-parents communs avec le père de Diana Spencer[23], mais du fait des ancêtres McCartan des Guinnesses et des alliances des Russell de Swallowfield elles ont d'autres liens de parenté avec les héritiers du trône.

SA JEUNESSE[]

.

Aileen Guinness (la plus âgée avec ses deux sœurs et deux de ses cousins germains, en 1912.

Aileen en 1923, à Hong Kong.

La maison de ses parents à Dublin est en fait composé de deux maisons, reliées par une passerelle, d'où les filles peuvent regarder la ville. C'est à partir de ce pont qu'elles regardent la bataille de Dublin en juin 1922, lorsque les quatre tribunaux sont détruits par les forces de l'État libre pendant la guerre civile[24].

Lorsque les trois filles déménagent à Londres en 1924, elles sont déjà les chéries des fêtes de l'aristocratie, apparaissant dans les fêtes, les déjeuners, les bals, les fêtes de fin de semaine, etc.. A la fin des années 1920 et dans les années 30, elles deviennent les Golden Guinness Girls. Ce qu'elles portent, avec qu'elles sont, ce qu'elles disent… tout est fidèlement consigné dans les journaux[25].

En mai 1924, le Prince Andrew de Grèce et Danemark et son épouse Alice de Battenberg emmènent leur fille Margarita de Grèce et Danemark à une soirée dansante donnée par Lord Iveagh pour sa petite-fille, Aileen Guinness[26].

Les amis des filles, au départ en tout cas, sont des jeunes de bonnes familles connus des années 20, comme Baby et Zita Jungman, Stephen Tennant, plusieurs divers Mitford (Diana épouse leur cousin Bryan), Beaton. Les filles Guinness sont aussi frivoles que n'importe lequel des membres de ce groupe[27].

D'une manière ou d'une autre, cependant, elles ont le bon sens de se retirer, échappant ainsi au sort des autres membres de ce groupe, dont certains meurent alcooliques ou drogués; d'autres finissent leur vie oubliés de tous, ou faisant la fête au pont de devenir des curiosités ridicules[28].

Les filles d'Arthur Ernest Guinness font le tour du monde à bord du Belem, rebaptisé Fantôme II[29].

LUTTRELSTOWN[]

.


Luttrellstown avant 1927[]

.

Le Château de Luttrellstown.

Luttrellstown Park (1796).

Le château de Luttrellstown date du début du XVe siècle (vers 1420), et est situé à Clonsilla à la périphérie de Dublin, en Irlande. Le grand château crénelé du XVIIIe siècle, dans 600 acres de parc, est acquis de Henry Luttrell, 2e comte Carhampton, et reconstruit en 1799 par le libraire millionnaire Luke White.

Hermann, le prince von Pückler-Muskau visite Luttrellstown en Irlande en 1828 et en 1831 et écrit :

L'entrée du domaine est en effet la plus délicieuse dans son genre qui peut être imaginé. Le paysage, par nature le plus beau, est amélioré par l'art au plus haut degré de sa capacité, et, sans détruire son caractère libre et sauvage, il se produit une variété et une richesse de végétation qui enchante l'œil… arbustes gais et fleurs sauvages, le gazon le plus doux et les arbres géants, ornés de plantes rampantes, remplissent le vallon étroit à travers lequel le chemin serpente[30].

La reine Victoria visite Luttrellstown pour la première fois en 1844 en allant voir le duc de Leinster à Carton House. En 1900, en route vers le Viceregal Lodge, elle boit une tasse de thé près de la cascade, un événement commémoré par Lord Annaly avec un obélisque constitué de six blocs de granit des montagnes de Dublin.

En 1919, la maison et le domaine de Luttrellstown sont vendus par le troisième baron Annaly au major E.C. Hamilton. Il réside à Newbridge et meurt en 1922, sans s'être jamais apparemment occupé de la maison.

Luttrellstown (1927 - 1933)[]

.

Aileen Sibell Mary Guinness et Brinsley Sheridan Bushe Plunket.

Aileen Guinness et Brinsley Sheridan Bushe Plunket.

Après quelques années à régler les problèmes juridiques, la femme du major Hamilton vend Luttrellstown en 1927 à l'hon. Arthur Ernest Guinness, frère cadet de Rupert, le second Comte d'Iveagh. En novembre de la même année, Ernest donne la propriété à sa fille Aileen Sibell Mary Guinness (1904 - 1999), à l'occasion de son mariage avec l'hon. Brinsley Sheridan Bushe Plunket, dit Brinny, frère cadet du sixième Lord Plunket[31]. En tant que fils puiné, Brinny n'a pas de château. Clonsilla, dans le comté de Dublin, est un domaine bordant le siège des terres ancestrales de la famille Iveagh de Farmleigh[32].

Situé à la périphérie de la capitale, le château se trouve au centre d'un magnifique parc. Au cours des premières années de leur mariage, ils se sont beaucoup amusés à Luttrellstown. Dans les premières années de leur mariage, Aileen et Brinny Plunket organisent de nombreuses fêtes à la maison à Luttrellstown, des occasions méticuleusement relatées dans les albums de photographies d'Aileen.

Bien que les jardins et le parc soient entretenus pendant ces années, il n'y a pas changements majeurs au terrain. L'honorable Brinsley Plunket demande à l'architecte paysagiste anglais, Percy Cane (1881 - 1976), de concevoir un jardin à la française et un porche à arcades donnant sur le jardin devant le château. En 1931 une photo aérienne montre les reliques du jardin d'hiver, créé à la fin des années 1870 par le deuxième baron Annaly avec un design réalisé par Lord FitzGerald. Le parterre flanquant la façade est remplacé par un court de tennis[33].

Luttrellstown (1933 - 1940)[]

.

Aileen a une liaison avec l'acteur Douglas Fairbanks Senior (1883 - 1939).

Le baron Hubert von Pantz.

Après avoir eu trois filles, Neelia (qui est Aileen épelé à l'envers), Doon et Marcia (décédée à l'âge de trois ans), Aileen commence à rechercher des amants.

A partir de 1933, Aileen a une liaison avec l'acteur Douglas Fairbanks Senior (1883 - 1939), l'union des Plunket commence par la suite à se défaire.

Douglas Fairbanks Sr séjourne à Luttrellstown en novembre 1933. Un article dans le Dublin Evening Mail signale la visite de l'acteur à une représentation au Abbey Theatre. Il va en souriant au lieu de la foule jusqu'à sa voiture, accompagné de son hôte et de son hôtesse, les Plunkets.

Après le Douglas Fairbanks Senior, âgé de 50 ans, c'est au tour du baron Hubert von Pantz. Mais Gabrielle Chanel tombe amoureuse de Pantz, qui est encore un aristocrate autrichien fringant à la station de ski de Saint-Moritz. Il achète le Schloss Mittersill qu'il transforme en un prestigieux hôtel de luxe. C'est à Mittersill que Gabrielle Chanel remarque les vestes impeccables portées par les exploitants d'ascenseurs de l'hôtel… Un vêtement dont elle se souviendra au début des années 1950.

Le couple Russell finalement divorce en 1940. Son ex-mari est tué pendant la guerre au Soudan, où il est pilote de la RAF juste après leur divorce en 1940[34] ou en se crachant avec son Spitfire à Aden en novembre 1941[35].

Luttrellstown (1940 - 1945)[]

.

L'ambassadeur d'Italie vit au château de Luttrellstown pendant la Seconde Guerre mondiale pendant que la châtelaine, l'honorable Aileen Plunkett, est aux États-Unis.

Pendant ce temps, les habitants des environs utilisent plus ou moins le parc comme lieu de chasse et de pêche. Par-dessus le mur, ils y vont parfois avec des chiens pour tirer ou braconner des lapins ou des poissons, malgré l'intendant, M. Pilgrim.

Luttrellstown (1945 - 1956)[]

.

La salle à manger de Luttrellstown est une belle décoration inpirée du XVIIIe siècle. Le plafond est peint par de Wit.

Vogue d'octobre 1966, La duchesse et SAR le duc de Windsor, et Mme Guinness-Plunket (debout).

Aileen, en revenant des États-Unis va faire de Luttrellstown Castle l'une des maisons les plus belles et les plus luxueuses d'Irlande. Elle embauche le designer Felix de Wit, qui remplace une salle de banquet Tudor du XIXe siècle par une salle à manger de style XVIIIe siècle, et créé un salon adamesque avec des peintures de Peter de Gree. Il transforme le hall d'escalier avec un plafond peint par Sir James Thornhill (1675 - 1734)[36].

Les beaux tableaux, tapisseries, tapis et meubles qu'Aileen achetes comprennent des peintures de Stubbs et de Vernet et une commode de la chambre de Louis XV à Fontainebleau[37].

Sa recherche en matière de collection n'est pas les hiboux comme Maureen, ni des figurines en porcelaine comme Oonagh, mais des grenouilles sous toutes leurs formes: porcelaine, cristal, tissu...[38].

Comme ses sœurs, Aileen utilise sa demeure comme cadre pour de grandes fêtes informelles et animées. Ses invités sont des jet-setters internationaux, glamour, plutôt que les artistes irlandais bohèmes préférés par Oonagh[39].

L'Aga Khan, Ursula Andress, Jean Paul Belmondo, Douglas Fairbanks, Lord Beaverbrook et les maharanee de Jaipur sont tous des visiteurs. La duchesse de Windsor est une amie proche. Les rassemblements comprennent des soirées déguisées, des soirées de natation, des soirées de dragsters et une fête au sol (dans laquelle tout le monde est assis et mange par terre). Dans les années 1960, elle invite un professeur de danse noir américain à apprendre à ses invités à se déhancher[40].

Une discothèque a été aménagée au sous-sol. Hôtesse exigeante, elle s'est opposée à ce que quiconque se retire tôt (avant 5 heures du matin). Elle-même était infatigable malgré un seul rein. Les invités étaient également soumis à son sens de l'humour farfelu, un trait qu'elle partageait avec Maureen. Ces blagues comprenaient des bols de vomi artificiel placés près des lits et un mannequin en peluche réaliste «endormi» entre les draps. Cependant, à 11 heures le lendemain matin, un valet de pied en livrée apparaîtrait dans les chambres des invités avec un «spécial rose» (le nom d'Aileen pour un Bloody Mary) pour aider à la récupération. À la demande du gouvernement irlandais, elle a présidé des réunions plus formelles, aidant à divertir les visiteurs officiels, car Luttrellstown était à la fois somptueux et bien situé. Profondément soucieuse de la mode, elle était connue pour ses placards de chaussures et pour prendre l'avion pour Paris depuis Dublin pour se faire coiffer. Ne trouvant pas de fleurs en Irlande, elle fit voler des bouquets de Paris pour ses soirées à Luttrellstown. à 11 heures le lendemain matin, un valet de pied en livrée apparaîtrait dans les chambres des invités avec un «spécial rose» (le nom d'Aileen pour un Bloody Mary) pour aider à la guérison. À la demande du gouvernement irlandais, elle a présidé des réunions plus formelles, aidant à divertir les visiteurs officiels, car Luttrellstown était à la fois somptueux et bien situé. Profondément soucieuse de la mode, elle était connue pour ses placards de chaussures et pour prendre l'avion pour Paris depuis Dublin pour se faire coiffer. Trouvant impossible d'obtenir des fleurs en Irlande, elle a fait voler des bouquets de Paris pour ses fêtes à Luttrellstown. à 11 heures le lendemain matin, un valet de pied en livrée apparaissait dans les chambres des invités avec un «spécial rose» (le nom d'Aileen pour un Bloody Mary) pour aider à la guérison. À la demande du gouvernement irlandais, elle a présidé des réunions plus formelles, aidant à divertir les visiteurs officiels, car Luttrellstown était à la fois somptueux et bien situé. Profondément soucieuse de la mode, elle était connue pour ses placards de chaussures et pour prendre l'avion pour Paris depuis Dublin pour se faire coiffer. Ne trouvant pas de fleurs en Irlande, elle fit voler des bouquets de Paris pour ses soirées à Luttrellstown. car Luttrellstown était à la fois suffisamment somptueux et bien situé. Profondément soucieuse de la mode, elle était connue pour ses placards de chaussures et pour prendre l'avion pour Paris depuis Dublin pour se faire coiffer. Ne trouvant pas de fleurs en Irlande, elle fit voler des bouquets de Paris pour ses soirées à Luttrellstown. car Luttrellstown était à la fois suffisamment somptueux et bien situé. Profondément soucieuse de la mode, elle était connue pour ses placards de chaussures et pour prendre l'avion pour Paris depuis Dublin pour se faire coiffer. Ne trouvant pas de fleurs en Irlande, elle fit voler des bouquets de Paris pour ses soirées à Luttrellstown[41].

Luttrellstown (1956 - 1965)[]

.

Aileen et son mari Valerian Stux-Rybar sont des membres de la haute société très célèbres, notamment à Dublin.

Elle a épousé deuxièmement (19 décembre 1956) Valerian Stux-Rybar (191 – 1990), une décoratrice d'intérieur yougoslave qui, comme le troisième mari d'Oonagh, était homosexuelle et extravagante et parcourut une grande partie de la richesse de sa femme avant de divorcer en 1965. Comme ses sœurs, Aileen reprit alors son titre de son premier mariage. Plus tard dans la vie, elle s'est inquiétée de l'argent; Luttrellstown avait dix-huit employés à l'intérieur et était coûteux à gérer. En 1983, elle a été convaincue par le Guinness Trust de le vendre, ainsi que son contenu. Cette vente de trois jours, organisée par Christie's, a marqué de manière poignante la fin d'une époque. Tout était vendu, y compris les paniers de pique-nique. La commode Louis XV a coûté 64 000 £. Par la suite, Aileen a vécu à Londres, à Bishop's Stortford dans le Hertfordshire, et à Ballyconneely dans le Connemara, où elle a continué à recevoir de son «cottage» (qui a dormi vingt). Son majordome[42].

Un mariage que l’on qualifie d’inattendu avec Aileen Plunket, riche héritière Guinness, lui permet, entre autres avantages, de vivre sur un grand pied, ruinant plus ou moins son épouse, et de nouer des liens avec les figures de cette jet-set qui vont ensuite fournir le gros
de sa clientèle. Lorsqu’il a l’idée, quelques décennies plus tard, de résumer son existence sur les dos de quatre cents fausses reliures dont il tapisse les murs de son salon, il résume ses dix années de mariage sous le titre éloquent, quoi qu’inélégant, d’« International Boredom ».

Aileen Guinness- Plunket fait du château un lieu de fêtes : des bals, des repas de chasse et d'autres événements sociaux somptueux. Sa nièce, Lady Caroline Blackwood grandit dans cette atmosphère et le raconte dans ses livres[43].

SA FIN DE VIE (1983 - 1999)[]

.

Guinness House à Ballyconneely (Connemara), où elle dort 20 ans[44].

MARIAGE ET DESCENDANCE[]

.


Ses mariages[]

.

Aileen Sibell Mary Guinness (1904 – 1999) épouse le 16 novembre 1927 l'hon. Brinsley Plunket (1903 - 1941), fils de William Lee Plunket, 5e Baron Plunket of Newton and Lady Victoria. Quand elle épouse Brinsley Sheridan Plunket, son père leur achète le château de Luttrellstown, près de Dublin. Au cours des années suivantes, Plunket remanie les intérieurs du château de Luttrellstown en utilisant le service de Felix Harbord. Le château et particulièrement la salle à manger reflètent encore leurs évolutions. Plunket organise de grandes fêtes. Son mari meurt Flight Lieutenant de multiples blessures au Soudan, à Khartoum[45], juste après leur divorce en 1940.

En 1956, elle se remarie avec l'architecte d'intérieur Valerian Stux-Rybar, mais ce mariage ne dure que jusqu'en 1965. Il est gay et très dépensier. Il décède paraît-il du SIDA[46].

Aileen Guinness doit payer après la mort de son père des droits de succession. Elle vend le château de Luttrellstown en 1983, car du fait de Valerian Stux-Rybar elle est presque ruinée. Ailen devenue âgée se retire dans des résidences à Elsenham et à Londres. Elle est décédée le 31 mars 1999.

Sa descendance[]

.

Neelia Clothilde Reynolds (née Plunket).

Ils ont eu trois filles; l'une est décédée à l'âge de trois ans et les deux autres ont été en grande partie élevées par ses sœurs, car Aileen vit la plupart du temps à New-York. Aileen Guinness et Brinsley Plunket sont les parents de :

¤ Neelia Clothilde Plunket (1929 - 1995) épouse le capitaine Bazil Christian de las Casas (1924 - 1960), fils d'un Cubain Manuel de las Casas, le 18 septembre 1950. Elle et le capitaine Bazil Christian de las Casas divorcent en 1955. Elle se remarie avec Michael Francis MacLean, fils de John Francis MacLean, juge en chef du Bengale, le 3 février 1956. C'est une figure de proue de l'industrie charbonnière britannique, président de United Collieries et un certain nombre d'autres entreprises et organismes industriels. Elle et Michael Francis MacLean divorcent en 1959. Elle épouse, troisièmement, le major Stewart Reynolds, fils du major SR Reynolds.

.

.

.

Doon Aileen Plunket, une des filles d'Aileen Guinness, devient l'épouse de James Leveson-Gower, cousin germain de la Reine Elizabeth II.

Leur fils photographié en 1997 sur l'île écossaise Uist avec sa fiancée Anne Topping (Source : SEBASTIAN SHAKESPEARE POUR LE DAILY MAIL).

¤ Doon Aileen Plunket, née le 8 octobre 1931, fille d'un héros de la Royal Air Force Volunteer Reserve, se marie avec le comte James Leveson-Gower (1918 - 1996), descendant des ducs de Sutherland et des comtes de Strafford, le 9 octobre 1958. Il est le fils du comte William Leveson-Gower, vice-amiral et gouverneur de l’Irlande du Nord.
Sa mère, Lady Rose Bowes-Lyon, est la troisième fille des neuf enfants du 14e comte de Strathmore et Kinghorn. La reine mère, The Queen Mother, Rose Constance Bowes-Lyon (1890 - 1967) est le plus jeune enfant de Lord Strathmore, et donc la tante de Lord Granville. Sa tante, femme du roi Georges V, est Reine consort du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (de 1936 à 1952). James Leveson-Gower (1918 - 1996) est donc le cousin germain de la reine Elizabeth II.
James Leveson-Gower (1918 - 1996) fait ses études à Eton College, Windsor (Berkshire). Il combat pendant la Seconde Guerre mondiale, et est blessé deux fois ce qui mentionné dans les médias. Il est fait major au service des Coldstream Guards (Garde Royale). Il combat en Afrique du Nord, puis en Italie, et est décoré de la Croix militaire (MC) en 1945.
Il devient le cinquième comte de Granville à la mort de son père de Stone Park, co. Stafford, le 25 juin 1953. Il occupe le poste de lieutenant adjoint (DL) d'Inverness-Shire en 1974, puis le poste de vice-lieutenant des îles de l'Ouest entre 1976 et 1983. Il est lord-lieutenant des îles de l'Ouest entre 1983 et 1993. Ils ont trois enfants et neuf petits-enfants.

.

.

.

¤ Marcia Lee Plunket (1933 - 1936).


Aileen Guinness devant son Château de Luttrellstown.


NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Visitation of Ireland, Joseph Jackson Howard, Frederick Arthur Crisp, Ireland. Ulster King of Arms. Priv. print. 1904.
  2. Derek Wilson, Plunket, Aileen Sibell Mary (1904–1999), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  3. Derek Wilson, Plunket, Aileen Sibell Mary (1904–1999), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  4. History of Luttrellstown Castle and Estate. Luttrellstown Castle Resort
  5. MacCarthy, Fiona. Last Curtsey: The End of the Debutantes, Faber & Faber, 2011 ISBN 9780571265817.
  6. Derek Wilson, Plunket, Aileen Sibell Mary (1904–1999), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  7. I Read the News Today, Oh Boy: The short and gilded life of Tara Browne, the man who inspired The Beatles’ greatest song, Paul Howard, Pan Macmillan, 2016. ISBN 1509800050, 9781509800056.
  8. I Read the News Today, Oh Boy: The short and gilded life of Tara Browne, the man who inspired The Beatles’ greatest song, Paul Howard, Pan Macmillan, 2016. ISBN 1509800050, 9781509800056
  9. Aileen Plunkett
  10. Thinker, Failure, Soldier, Jailer: An Anthology of Great Lives in 365 Days - The Telegraph Telegraph Books. Harry Quetteville. Aurum Press, 2012. ISBN 1781311080, 9781781311080.
  11. Derek Wilson, Plunket, Aileen Sibell Mary (1904–1999), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  12. Armorial Families: A Directory of Gentlemen of Coat-armour, Arthur Charles Fox-Davies, Édition 6, T.C. & E.C. Jack, 1910.
  13. Burke's Genealogical and Heraldic History of Peerage, Baronetage and Knightage, Volume 40. John Burke, Bernard Burke. Burke's Peerage Limited1878.
  14. Guinness origins begin to settle (BBC)
  15. François Flohic, Souvenirs d’Outre-Gaulle, Paris, Plon, 1979, p. 208 (citant Richard Hayes, Biographical Dictionary of Irishmen in France, Dublin, Gill, 1949, p. 163)
  16. Burke's Genealogical and Heraldic History of Peerage, Baronetage and Knightage, Volume 40. John Burke, Bernard Burke. Burke's Peerage Limited1878.
  17. Guinness origins begin to settle (BBC)
  18. Burke's Genealogical and Heraldic History of Peerage, Baronetage and Knightage, Volume 40. John Burke, Bernard Burke. Burke's Peerage Limited., 1878.
  19. Grandes dames (vendue aux enchères par Christie's)
  20. Dangerous Muse :The Life Of Lady Caroline Blackwood, Nancy Schoenberger, Groupe d'édition Knopf Doubleday, 2012. ISBN 0307822354, 9780307822352.
  21. The Chinese in Britain: A History of Visitors and Settlers, Barclay Price, Amberley Publishing Limited, 2019. ISBN 1445686651, 9781445686653.
  22. I Read the News Today, Oh Boy: The short and gilded life of Tara Browne, the man who inspired The Beatles’ greatest song, Paul Howard, Pan Macmillan, 2016. ISBN 1509800050, 9781509800056.
  23. Dangerous Muse :The Life Of Lady Caroline Blackwood, Nancy Schoenberger, Groupe d'édition Knopf Doubleday, 2012. ISBN 0307822354, 9780307822352.
  24. Aileen Plunket
  25. Aileen Plunkett
  26. Alice: Princess Andrew of Greece, Hugo Vickers. St. Martin's Publishing Group, 2013. ISBN 1466849037, 9781466849037.
  27. Aileen Plunkett
  28. Aileen Plunkett
  29. 1921-1939. Aventure à travers le monde avec Ernest Guinness.
  30. Temps Perdu
  31. Without Rival in our Metropolitan County - The History of Luttrellstown Demesne, Co. Dublin, Terence Reeves-Smyth
  32. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  33. [http://www.nihgt.org/resources/pdf/History-of-Luttrellstown-Demesne-CoDublin-final.pdf Without Rival in our Metropolitan County - The History of Luttrellstown Demesne, Co. Dublin. Terence Reeves-Smyth]
  34. Derek Wilson, Plunket, Aileen Sibell Mary (1904–1999), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  35. I Read the News Today, Oh Boy: The short and gilded life of Tara Browne, the man who inspired The Beatles’ greatest song, Paul Howard, Pan Macmillan, 2016. ISBN 1509800050, 9781509800056.
  36. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  37. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  38. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  39. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  40. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  41. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  42. Guinness, Ailleen - Dictionary of Irish Biography - Cambridge
  43. Dangerous Muse :The Life Of Lady Caroline Blackwood, Nancy Schoenberger, Groupe d'édition Knopf Doubleday, 2012. ISBN 0307822354, 9780307822352.
  44. Thinker, Failure, Soldier, Jailer: An Anthology of Great Lives in 365 Days - The TelegraphTelegraph Books. Harry Quetteville. Aurum Press, 2012. ISBN 1781311080, 9781781311080.
  45. décès
  46. Dangerous Muse :The Life Of Lady Caroline Blackwood, Nancy Schoenberger, Groupe d'édition Knopf Doubleday, 2012. ISBN 0307822354, 9780307822352.
Advertisement